Un projet du gouvernement menacé de suspension par le FIDA

Ouro-Koura AGADAZI, Ministre togolais de l'agriculture

Un projet du FIDA pour la promotion de l’entrepreneuriat rural au Togo a du plomb dans l’aile. Des experts jugent les résultats à mi-parcours insuffisants.

Les résultats de l’évaluation à mi-parcours du Projet national de promotion de l’entreprenariat rural (PNPER) ont été jugés « insatisfaisants » par les experts lors d’une réunion de restitution, le 10 juillet à Lomé, dans le cadre d’une revue à mi-parcours qui réexaminait la conception et la structure initiale du projet en vue de mesurer les progrès réalisés et le niveau d’atteinte des résultats.

Des recommandations du FIDA

A la conclusion de l’évaluation, la mission a formulé des recommandations au gouvernement afin d’éviter la résiliation du contrat. Le Togo se doit de remplir les conditions nécessaires au cours des 3 prochains mois, notamment la restructuration du projet, le renforcement de l’unité de gestion et de coordination du projet. Il devra aussi élaborer un plan d’action pour la période de transition, en précisant notamment les activités actuellement prévues et celles susceptibles d’être poursuivies afin d’obtenir des résultats convaincants.

Conditions de réussite

Le 1er août prochain, le gouvernement avec le soutien du Fonds International de développement agricole (FIDA) mettra en place une équipe de spécialistes des Petites et Moyennes Entreprises (PME) rurales afin d’entreprendre une restructuration approfondie du projet, en tenant compte des changements dans le contexte et des nouvelles opérations dans le secteur. Cet exercice devra être finalisé au plus tard le 30 septembre. Un mois plus tard (octobre 2017), une nouvelle mission du FIDA est attendue à Lomé pour examiner la mise en œuvre de ces conditions et l’exécution du plan d’action afin de prendre une décision finale concernant l’avenir du projet.

Le gouvernement n’a pas décaissé sa part

Pour le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique, Ouro-Koura Agadazi, les résultats très faibles de la revue étaient dus au manque de décaissement des fonds de garantie de la part du Togo et aux bouleversements qu’a connus l’équipe de coordination.

En trois ans le projet n’est réalisé qu’à 10%

La chargée de programme à FIDA, Mme Esther Kasalu-Coffin reconnaît qu’après trois années de mise en œuvre du PNPER, des activités ont été mises en œuvre mais elles sont limitées. Les réalisations physiques du projet sont en deçà des niveaux attendus et le taux global de décaissements est seulement de 10%.

Les experts relèvent que le faible niveau de réalisation est dû en grande partie à une faible performance institutionnelle et à des lacunes dans la gestion du projet.

Le PNPER est un accord de financement de prêt et de don signé à Rome le 23 mai 2014 entre le FIDA et le Togo pour que le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) mette en œuvre durant les six ans à suivre (2014-2020) des micro projets agricoles dans le souci de contribuer à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration des conditions de vie en milieu rural pour les jeunes et les femmes âgés de 18 à 40 ans.

Le projet est structuré autour de la facilitation de l’accès aux services non financiers, facilitation de l’accès aux services financiers et la coordination suivi-évaluation et gestion des savoirs.

Le Temps avec ATOP

Avatar
A propos Emilie ORONG 741 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire