Au Gabon la France exige des résultats par bureau de vote

Echaffourées aux abords de l'Assemblée nationale. (Photo Marco Longari/AFP)

Dans un communiqué sur son site, le Quai d’Orsay, le ministère des Affaires étrangères de la France demande la publication des résultats bureau de vote par bureau, et non région par région comme l’a fait la Cenap, la commission électorale.

Les conditions de l’annonce des résultats de l’élection présidentielle au Gabon sont une source de préoccupation. La France réitère son souci de transparence. Nous estimons nécessaire que les résultats de tous les bureaux de vote soient publiés. C’est la crédibilité du scrutin ainsi que la réputation internationale du Gabon qui sont en jeu, indique le site du Quai d’Orsay ce 31 août, sans toutefois se prononcer sur les résultats validés par le ministère de l’Intérieur du Gabon.

Sans doute en écho aux troubles actuels qui se déroulent à Libreville, dont l’incendie du Parlement, le ministère des affaires étrangères français suggère néanmoins à l’opposition d’utiliser les voies légales.

Les conditions de l’annonce des résultats de l’élection présidentielle au Gabon sont une source de préoccupation. La France réitère son souci de transparence. Nous estimons nécessaire que les résultats de tous les bureaux de vote soient publiés. C’est la crédibilité du scrutin ainsi que la réputation internationale du Gabon qui sont en jeu.

La France demande aux acteurs gabonais d’inscrire leur action dans le cadre de la loi et de récuser toute forme d’intimidation ou de confrontation. La contestation des résultats doit se faire selon les voies juridictionnelles. L’examen des recours devra être impartial et dédié à l’établissement incontestable de la sincérité du scrutin.

Aux côtés de ses partenaires africains et internationaux, la France sera vigilante, selon le site du Quai d’Orsay.

Les résultats donnés par la Commission sont sujets à controverses. Le président sortant réelu est battu à plate couture dans huit régions et remporte une folle victoire dans la province du Haut-Ogoué où le taux de participation est presque le double de la moyenne nationale, qui est de l’ordre e 56% contre 99,96% pour le fief d’Ali Bongo, la deuxième province par la démographie.

Jean Ping veut former son gouvernement

L’ex Président de la Commission de l’Union Africaine entend passer outre les résultats controversés publiés en faveur d’Ali Bongo. Des tractations sont en cours pour former un gouvernement. Il semble que l’armée refuserait de tirer sur la population même si on dénombre plusieurs blessés pendant les manifestations depuis cette après-midi.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 813 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire