La fête de Epé Ekpé sous surveillance traditionnelle à Aného

Les gardiens des us et coutumes du peuple Gê sont dans l’expectative de prévenir les perturbations qui surviennent lors des étapes de la célébration de leur fête traditionnelle. Perturbées ces dernières années par des actes répréhensibles, les célébrations se terminent parfois par des terreurs rangées entre clans dans la région.

Dans un communiqué publié en fin de cette semaine, les Gê Fio ont décidé d’agir plus tôt afin d’éviter les affrontements qui interviennent et débouchent malheureusement ces dernières années sur des violences de tous genres entre les acteurs (hounon, adeptes, fidèles et autres), les communautés et les populations. Ils veulent sereinement partager ces moments de recueillement et de retrouvailles.
EPE EKPE
Cérémonies dans l’intimité des lieux sacrés
La principale décision issue de leurs assises pour garantir la sécurité et le déroulement, prévoit que « toutes les étapes d’ablution (situtu) à Aného, de la prise de la pierre Sacrée (Ekpe sosso) à Glidji et Ekpan tsontson à Aného liées à « Epé Ekpé » en pays Gê de cette année 2016 et celle de l’année 2017 seront faites dans l’intimité des lieux sacrés ». Les Gè Fio, signataires du communiqué préviennent pour les deux prochaines célébrations (2016 et 2017) qu’ils feront appliquer dans le strict respect la décision sus-mentionnée mais dans un esprit purement traditionnel en y impliquant les chefs de cantons et de villages ainsi que les chefs de couvents.
Période d’accalmie
Les deux prochaines années sont donc une période d’accalmie qui s’impose pour que la communauté Gê retrouve sa sécurité et sa quiétude avant de donner de nouveau l’éclat habituel aux cérémonies. « A cet effet, tous les acteurs impliqués (hounon, houngla, tassinon, kpaga et les fidèles) sont invités à respecter scrupuleusement cette disposition », conclut le communiqué.

Cette année la cérémonie de la prise de la pierre sacrée aura lieu le 1er septembre à Glidji Kpodji à Aného. Elle lancera le démarrage des festivités et réjouissances dans la région et qui durent plusieurs semaines.

A propos Emilie ORONG 960 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire