Mondial 2022: Des dizaines d’ouvriers laissés sans salaires depuis près d’un an risquent la famine

Le Qatar est encore et toujours dans le viseur des organisations syndicales et des droits de l’Homme en ce qui concerne le traitement infligé aux travailleurs migrants surtout sur les chantiers liés à l’organisation de la Coupe du monde 2022. Cette fois, c’est Amnesty international qui attire l’attention sur le cas de dizaines de travailleurs laissés sans salaire depuis près d’un an par leur employeur et qui ont du mal à se nourrir.
Dans un communiqué rendu public le 18 décembre 2013, cette organisation de défense des droits humains appelle les autorités qataries à trouver une solution à cette « situation critique » qui concerne 80 ouvriers du bâtiment de différentes nationalités, en majorité des Népalais, qui travaillent pour le compte de la compagnie Lee Trading and Contracting (LTC). Ces ouvriers ont effectué les finitions aux 38e et 39e étages d’une tour appelée Al-Bidda Tower, qui abrite les bureaux de plusieurs organisations liées au football. Mais ils n’ont pas d’argent pour se nourrir et pour en envoyer chez eux. Mécontents, ils ont tenté de porter plainte mais le tribunal chargé du droit du travail a demandé à chacun des frais de 165 dollars qu’ils ont été incapables de payer. « Cela fait maintenant plus d’un mois qu’on a rendu visite à ces hommes et constaté leur désespoir mais leur épreuve n’a pas pris fin », a déploré le responsable d’Amnesty dans le communiqué. « C’est une honte de constater que l’un des pays les plus riches du monde laisse des travailleurs exposés au risque de famine », a-t-il poursuivi.
Le Qatar est soumis depuis un certain temps à un feu de critiques sur les conditions de travail des immigrés. Plusieurs organisations de défense des droits humains, dont le syndicat international CSI, ont déjà fait des sorties pour dénoncer le mauvais traitement infligé aux travailleurs migrants. Le 2 décembre 2013, la CSI a respecté une minute de silence à Doha, pour les 30 travailleurs indiens et népalais qui meurent tous les mois dans ce pays asiatique.
ATS/ATOP

Avatar
A propos Colombo KPAKPABIA 1055 Articles
Colombo Kpakpabia est Directeur de publication du journal Le Temps. Il capitalise plus de 20 ans d'expérience dans la presse écrite et audiovisuelle. Colombo axe son travail sur la recherche et l'efficacité. Contact Email: colombock@gmail.com

Laisser un commentaire