Economie locale : le marché de Tsévié restreint aux revendeuses

Pendant que l’ancien site du grand marché de Lomé (Adawlato) est en pleine démolition parce que brûlé en début de l’année, c’est le marché de Tsévié qui est en train de s’organiser afin de rentabiliser les activités commerciales au niveau de la commune mais sous fond de restriction à une catégorie de ses revendeuses. marché de tsevie

Les autorités de la ville disent que Faure Gnassingbé projette de parrainer la construction d’un nouveau marché moderne ainsi que la rénovation de l’ancien marché par la coopération allemande au Togo. Et donc il faille prendre des dispositions pour mieux structurer et harmoniser les activités commerciales dans la préfecture. Le Comité de Développement du Marché de Tsévié (CDMT) a organisé une séance de travail dans ce sens à l’intention des commerçantes et commerçants, des chefs traditionnels, des autorités administratives et les responsables d’ONG de développement de la commune de Tsévié. Ceci a ressemblé à une campagne de sensibilisation des participants sur des nouvelles dispositions en vigueur dans ce marché.

Ce fut également l’occasion pour tenter une résolution de conflit qui couvait dans ce marché depuis de longues années et qui opposait les revendeuses. Il s’agit du petit poisson et des oignons vendus aussi bien par les revendeuses détaillantes que par les grossistes qui viennent du Ghana et du Niger. Les premières s’approvisionnent chez les secondes nuitamment ou matinalement mais au finish toutes se retrouvent au lever du soleil à détailler sur le marché avant de replier le soir. Tous les marchés de la région connaissent ce phénomène.

Les détaillantes de Tsévié ne veulent pas partager les maigres recettes avec les grossistes alors que celles-ci payent des impôts. Les autorités municipales sont confrontées aux plaintes récurrentes des revendeuses parce que concurrencées.  

La solution envisagée à ce conflit d’intérêt et qui a été proposée aux concernées est la création de deux nouvelles associations dont « Tsonaklé » pour les revendeuses de poissons de Tsévié et « Aménuvévé » pour les détaillantes d’oignons de Tsévié. Il a été retenu que plus aucun grossiste venu d’ailleurs n’a le droit de vendre les produits en détail au sein du marché et que les détaillantes devraient désormais livrer leurs produits seulement aux commerçantes des deux associations pour le détail. La contravention est sanctionnée par la confiscation des produits et une amende dans le respect des lois. Par ailleurs d’autres secteurs du marché ont été invités à se regrouper en association pour faciliter la gestion des activités dans le marché et éviter des malentendus de ce genre.

A l’heure de la décentralisation et à l’approche des élections locales, la municipalité veut compter sur ces recettes de marchés pour s’octroyer les moyens d’agir.

C. Kpakpabia

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 865 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire