Quelles Priorités pour le Prochain Gouvernement?

Il en est ainsi chaque fois qu’à l’issue d’une élection, il est faut prendre un nouveau départ. Les élections législatives du mois passé quoique n’ayant pas modifié outre mesure les forces en présence ont amené le Président Faure Gnassingbé à recevoir la démission d’Arthème K. Ahoomey-Zunu. Reconduit à son poste, ce dernier a été appelé à mener des consultations en vue de la formation d’un nouveau gouvernement.

Le ritual répond à un principe républicain. L’Etat a ainsi la possibilité à travers ses principaux dirigeants de recharger ses accumulateurs, pour faire face avec plus de clairvoyance aux affaires du pays. On peut admettre que la période des élections a permis, dans le cadre des échanges avec les populations, d’adopter de nouvelles approches pour une meilleure direction des secteurs et des politiques qui vont avec.

Le Président Faure Gnassingbé
Le Président Faure Gnassingbé

La majorité à l’Assemblée nationale n’ayant pas changé et  le Premier Ministre étant le même et, on est en droit de se demander quelles seront les priorités du prochain gouvernement. Mais avant toute conjecture sur le sujet, le climat politique prête à une certaine considération qui mérite attention. L’opposition politique qui a été consultée aurait refusé de prendre part au gouvernement. Tel serait le cas de la coalition ‘’Collectif Sauvons le Togo’’ (CST) et de la Coalition Arc En Ciel (AEC). Par contre l’UFC serait prête à poursuivre le deal gouvernemental au côté d’UNIR. Les positions n’ont donc pas changé. Alors qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?

C’est au niveau d’UNIR qu’on peut s’attendre à des modifications, aussi bien au niveau des personnes qui seront appelées à occuper les portefeuilles ministériels qu’au niveau de l’organisation pratique de l’exécutif. En la matière, il faut comprendre que le Premier Ministre est plus dans le rôle d’un commis que de celui d’un manager. En effet, il ne forme pas le gouvernement en allant par lui-même identifier, investiguer et choisir les hommes et les femmes qui vont travailler avec lui. Non. C’est le Chef de l’Etat qui fait ce travail. Au surplus, il demanderait au chef du gouvernement de faire des commentaires ou donner son avis sur telle ou telle personne pressenties à un poste.

C’est encore le Président qui définit les grandes orientations de l’action gouvernementale et en instruit le Premier ministre. Et il reviendra à ce dernier de préparer son déclaration de politique générale qu’il présentera à l’Assemblée nationale pour avoir l’onction des députés, représentant du peuple (selon la loi fondamentale).

La grande question pour les citoyens, c’est de se demander si la majorité actuelle saura être à la hauteur des enjeux. On se rappelle toutes les promesses qui ont été faites durant la campagne électorale : l’eau, la santé, l’éducation, l’emploi pour les jeunes, etc… Des défis qui sont anciens mais par rapport auxquels les dirigeants se devront d’inventer des solutions. Mais sauront-ils s’y prendre comme il se doit ? Une partie de la population largement acquise à l’opposition en doute certainement. Les partisans du pouvoir eux, doivent encore compter sur les pratiques de l’Etat qui permettent de favoriser des militants ou de récompenser des localités en fonction des promesses ou engagements passés.

Les Togolais aspirent à la bonne gouvernance et à la prise en compte de leurs préoccupations. La gestion démocratique de l’Etat et le respect des institutions : tels sont les changements qui produiront le grand sursaut, susceptible d’apporter plus de cohésion dans le pays. En être conscient est une chose. Avoir les moyens de les réaliser en est une autre.

Le Temps

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 893 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire