L’actualité vue par Le Temps du Togo

Tchad : des gendarmes tirent sur un avocat, les magistrats protestent

Les magistrats de Doba (sud du Tchad) ont fermé leur…

Merzoug Touati, blogueur algérien condamné à 10 ans de prison

Merzoug Touati, un blogueur algérien ayant publié sur internet un…

RDC : Un prêtre catholique contaminé par le virus Ebola

Un prêtre catholique a été placé en quarantaine après avoir…

CEDEAO : A la recherche des juges pour sa Cour de…

Le conseil judiciaire de la CEDEAO recrute les juges de…

Le Togo à l’exposition internationale d’import de Shangaï

Une réunion exposition internationale d’import est prévue pour se tenir…

Le Zimbabwe candidat pour réintégrer le Commonwealth

Le Zimbabwe tente de mettre fin à son isolement sur…

Fin de pagaille dans le secteur immobilier au Bénin

Le secteur immobilier au Bénin se recadre. Le Parlement fixe…

L’Eglise Chilienne : tous les évêques démissionnent devant le Pape

L’Eglise Chilienne est entachée de scandales de pédophilie. En concertation…

WARCIP: Accroître l’économie numérique avec la Banque Mondiale

La Banque Mondiale alloue un financement supplémentaire à l’Etat du…

Les femmes, l’insécurité foncière et la saisine de la justice

Face à l’insécurité foncière et les éprouvantes difficultés des femmes…

Deux journalistes belges interdits d'entrer à Kinshasa

Deux journalistes de nationalité belge accusés de détenir des "visas…

Soudan : Flagellée pour s’être mariée sans le consentement du père

Un commissariat de police au Soudan a donné 75 coups…

L’EEPT : L’Eglise presbytérienne élit son nouveau modérateur

L’édition 74 du Synode de l’EEPT a élu son nouveau…

L’interopérabilité des services financiers sur mobile opérationnel au Ghana

L’interopérabilité des services financiers sur mobile est enfin une réalité…

Les biens et luxe de Yahya Jammeh bientôt en vente

Le gouvernement gambien est acculé par les dettes publiquues. Il…

L’ESMC et sa contribution à la production commune

Les règles de l'innovation de l’ESMC au cœur d’une formation…

Enseignement primaire et secondaire gratuit en Sierra Leone

Le nouveau président Sierra Leonais honore sa promesse de campagne :…

Soudan : Peine de mort pour une adolescente victime de viol

Amnesty International fustige la condamnation à mort par un tribunal…

Dévaluation du FCFA CEMAC pas totalement écartée, selon la COFACE

Le risque d’une prochaine dévaluation du franc CFA de la…

Gambie : La Cour suprême invalide des atteintes aux libertés

La Cour suprême de Gambie a invalidé mercredi plusieurs lois…

L’OIF accompagne jeunes et femmes par l’incubateur Libres Ensemble

L’OIF inaugure son incubateur Libres Ensemble à Lomé, une plateforme…

La Zambie fait la chasse aux étudiantes "à moitié nues"

La Zambie ne donne pas de l’espace aux violeurs des…

Guinée: Importateurs de matériels TIC appelés à promouvoir la qualité

L’Autorité guinéenne de régulation des postes et télécommunications somme les…

Un million d’Africains meurent de pollution de l’air chaque année

La pollution de l'air est responsable de près d'un million…

Burundi : Les radios BBC et VOA suspendues pour six mois

L'autorité des médias du Burundi a annoncé vendredi la suspension…

Le Sénégal va revaloriser son SMIG à partir de juin

Depuis 1996, le Sénégal n’a pu changer son SMIG. A…

Deux pilotes français volent au secours des migrants

Deux pilotes français consacrent leurs économies à l'achat d'un avion…

Bruxelles et Kinshasa : La Belgique sans ambassadeur en RDC

La Belgique affirme qu'elle n'est plus représentée par un ambassadeur…

Neymar arrivera "bien préparé" à la Coupe du monde

Neymar "travaille dur" pour se remettre de la blessure qui…

Mondial/Russie : Zlatan Ibrahimovic sera au Mondial pour…

Zlatan Ibrahimovic a renoncé à faire son retour en équipe…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Jean-Pierre Fabre exige le départ immédiat de Faure Gnassingbe

Retour à la constitution de 1992, départ de Faure Gnassingbe, mise en place d’un gouvernement de Transition, vote de la diaspora,  déverrouillage des institutions, les objectifs et les résultats de la coalition au dialogue intertogolais ont été clairement indiqués par le Jean-Pierre Fabre  à l’ouverture du dialogue.

Un discours historique

Le discours a fuité ce matin et s’est répandu comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. Manifestement la coalition de l’opposition fixait déjà l’opinion avant l’entrée des  invités dans la salle. Stratégie de communication pour faire monter les enchères ?

Le discours est clair, ferme, martial même. Historique.  Remontant aux fondements de l’histoire et de la politique togolaise, le chef de file de l’opposition situe le  « mal togolais » à l’assassinat du père de l’indépendance,  Sylvanus Olympio,  «un drame dont le peuple, dans sa grande majorité, ne s’est jamais remis jusqu’à ce jour.»

Depuis ce spécifique historique un 13 janvier 1963 et l’irruption de l’armée  dans l’espace politique, l’histoire du Togo se résumé à un «pouvoir fait de violations massives des droits de l’homme, de fraudes électorales, de pillage des ressources, d’assassinats politiques, d’arbitraire, d’injustice et de tribalisme.» «Un véritable régime de violence et de terreur», ajoute-t-il.

Jean-Pierre Fabre a rappelé les luttes incessantes du peuple togolais pour la liberté et la démocratie ; les acquis  de la Conférence nationale (Constitution  de 1992 et multipartisme) annihilés par la restauration militaire du dictateur Eyadema et la modification de constitutionnelle de novembre 2002, ainsi que les différents dialogues réduits à néant.

C’est donc à juste titre, selon lui, que «Depuis plusieurs mois, excédé par les atermoiements et les dilatoires ponctués de violences, orchestrés par les dirigeants de ce pays pour échapper à la mise en place de tels mécanismes, l’ensemble des populations togolaises se mobilise massivement, sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger, dans la diaspora, pour dire non à l’accaparement du pouvoir depuis 55 ans par une seule famille.».

Parlant au nom de la coalition, le chef de file de l’opposition  donne clairement les objectifs et les résultats attendus par l’opposition de ce dialogue qui  ne devrait pas être  un « recensement de recommandations » à « jeter aux oubliettes ».

Jean-Pierre Fabre: Faure Gnassingbe a exercé déjà plus de deux mandats

L’opposition en attend plutôt des « décisions exécutoires immédiatement ».  Les résultats attendus sont les suivants :

  • « Le départ de l’actuel chef de l’Etat qui a déjà exercé plus de deux mandats et la mise en place d’une transition politique encadrée par une Charte de la Transition ayant valeur constitutionnelle » ;
  • « La mise sur pied de structures législatives et exécutives de transition chargées de mettre en œuvre la révision du cadre électoral, y compris l’instauration du droit de vote pour les Togolais de l’étranger, le déverrouillage des Institutions de la République et l’organisation des élections législatives, locales et présidentielles totalement libres, transparentes et démocratiques. »

Se fondant sur la mobilisation populaire sans précédent, Jean-Pierre Fabre revendique la légitimité populaire qu’il oppose à la pseudo légalité de Faure Gnassingbé:

 » … ce peuple se reconnait dans ses nouveaux porte-paroles que sont les représentants des 14 partis politiques et les forces de la société civile qui ont structuré ses revendications et fourni des moyens pour que le peuple soit entendu sur toute l’étendue du territoire national et au-delà de nos frontières ».

Le leader de l’opposition dénie donc au régime en place de se fonder sur « une pseudo légalité » pour s’opposer à la volonté du peuple souverain:

«La légalité de la représentation nationale ou de chef de l’Etat peut n’être qu’une fiction juridique fabriquée à coups d’élections truquées, de fraudes massives, de listes électorales délibérément gonflées par-ci, délibérément minorées par-là, de privation du droit de vote pour des citoyens, notamment de la diaspora, sans compter des Institutions de contrôle de la régularité des élections aux ordres. »

Par conséquent, le pouvoir en place ne saurait se dérober aux exigences de la Coalition. Jean-Pierre Fabre cite en renfort la mise en garde du président nigérian au pouvoir togolais. « Les transitions politiques pacifiques ne sont plus négociables en Afrique de l’Ouest», at-il rappelé.

Recours à Dieu sans appel à la mobilisation du peuple

En conclusion, le chef de file de l’opposition annonce qu’il s’agit du dialogue de la « dernière chance » « qui doit tracer définitivement pour notre pays, les chemins de la paix, de la stabilité politique, du développement durable, de la rédemption. »

Il s’agit manifestement d’un discours historique, quasi parfait. Il est juste dommage que le chef de file ne soit pas donné les moyens  pour y arriver avec le peuple. Quand on tienne un discours d’une telle envergure, on sonne la mobilisation générale et on ne finit pas avec de plates bondieuseries du genre :

Chronique II Chapitre 7 verset 13 à 14 :

« Quand je fermerai le ciel et qu’il n’y aura point de pluie, quand j’ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j’enverrai la peste parmi mon peuple, si mon peuple sur lequel mon nom est invoqué, s’humilie, prie et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai du haut des cieux, je lui pardonnerai ses péchés et je guérirai son pays ».

 

 

 

 

1899 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 8 637 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter