L’actualité vue par Le Temps du Togo

Libre circulation: Rackets, prélèvements illicites aux postes frontaliers du Togo

Un rapport d’une ONG révèle des pratiques anormales aux postes…

Casques bleus Minusma : un soldat togolais perd la vie

Plusieurs casques bleus togolais ont déjà perdu la vie pour…

La création d’une monnaie unique de la Cedeao reportée à…

Pas de monnaie unique de la Cedeao en 2020. L’information…

El hadj Kantoutib YANDJA préside Foadan Football Club de Dapaong

Foadan, club de football de première division du Togo prépare…

Mise en œuvre politiques UEMOA: Avancée mitigée du Togo

L’espace UEMOA organise une revue annuelle où chaque pays évalue…

Kpalimé: Comprendre et expliquer l’importance des taxes dans une commune

Kpalimé et d’autres villes pilotes sont en voie d’expérimentation des…

CAN 2019 : Paul Biya s'implique dans l'accélération de construction

Le Président camerounais, Paul Biya s’implique dans l’avancement de préparation…

Marseille : des témoins assistent à un viol en pleine…

Trois amies qui célébraient leurs retrouvailles à la terrasse d’un…

CAN 2019 : Issa Hayatou répond à son successeur Ahmad

L'ancien président de la CAF, Issa Hayatou rumine à peine…

CEMAC : La forte baisse des réserves de change menace le…

Le FCFA menacé de dévaluation. Le FMI confirme les inquiétudes…

Le journaliste américain Garry Iwele interdit de quitter la RDC

Le journaliste indépendant Garry Iwele, basé à Washington, interpellé puis…

Des inspections pédagogiques célèbrent la citoyenneté par des saynètes

Des inspections pédagogiques ont accueilli un festival en cette fin…

Olusegun Obasanjo présente son livre «l’Afrique en marche»

L’écriture est devenue l’une des passions de l’ancien président nigérian,…

Togo recrute Directeur Général pour réguler l'ARCEP

Le Togo dit vouloir nouer avec les principes modernes de…

La CAF rejette les réserves du Togo contre le Bénin

La CAF a rejeté les réserves portées par le Togo…

Environnement : Les communautés Wadagni s’organisent autour de leurs forêts

Les vastes terres de Wadagni étaient prisées du fait de…

L’année scolaire se termine au collège militaire Eyadéma de Tchitchao

Tout se passe en beauté en cette fin d’année pour…

L'académie Kabiyè réactualise ses textes

Les membres de l’académie de langue nationale Kabiyè ont tenu…

Zones minières : nécessité d’un dialogue autour des droits des communautés

Le 25 juillet à Vogan le «dialogue des parties prenantes…

Qualification CHAN : Des réserves dans la double confrontation Togo-Bénin

Le Togo et le Bénin ont joué pour la qualification…

La vingtième promotion EFOFAT accède aux grades de sous-lieutenants

L’Ecole de Formation des Officiers des Forces Armées Togolaises (EFOFAT)…

Quarante entraîneurs togolais en quête de la licence B-CAF

Quarante entraîneurs de football du Togo sont en stage pour…

Les Akposso ont leur concours/festival de danses traditionnelles

Une première édition du festival de danses traditionnelles s'est déroulé…

Le FMI pourrait délocaliser en Chine dans dix ans

Selon la patronne du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde, le…

Transport taxi : Le Caire, mégapole la moins chère au monde

Quelles sont les villes où le Taxi coûte le plus…

Elle trouve la mort dans un conflit foncier dans l’Akébou

Mme Tchando Bêta contribuait au revenu de la famille par…

Bassar: Un ponceau réaménagé et réceptionné sur la piste Dimori-Bikpadjabe

Bassar enregistre le désenclavement de deux localités naguère reliées par…

Rd Congo: sanctions envisagées pour les compagnies minières

La banque centrale de la RDC ne va pas du…

Les Etats-Unis opposés au siège de la RDC au Conseil…

Un siège pour la RDC au conseil des droits de…

Le CLAC de Notsè transformé en centre culturel numérique

Le Centre de lecture publique, CLAC de Notsè a fait…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Faune : Peine de prison avec sursis pour les détenus

Le verdict de la Faune de l’Oti est tombé ce 3 mars à Dapaong : une peine d’emprisonnement de 48 mois dont 33 mois de sursis pour les cinq détenus.

Jugement sévère. Le tribunal de Mango a eu la main lourde ce matin en prononçant un verdict sans compassion pour les cinq jeunes détenus dans le cadre du  procès de la faune de la vallée de l’Oti.

Le président du tribunal, Kolani toitoka, a presque abondé dans le sens du réquisitoire du procureur, qui a requis 40 mois de prison ferme dont 20 de sursis. Le tribunal est allé plus loin en prononçant une condamnation de 15 mois de prison ferme et 33 mois de sursis contre Kakanrafou  Mamah, Soulemane Rabiou, Cherigneme Abdoulaye,  Naba Ousmane, Aoudou Arimiyao.

.Les détenus ont tout de même recouvré la liberté  dans la journée pour avoir purgé 15 mois à la prison de Dapaong. Le verdict a été accueilli avec soulagement par les populations de la zone.

Quatre des détenus écoutant le verdict ce matin à Dapaong

Le procès a été dépaysé à Dapaong, en dépit du déroulement des faits à Mango; le pouvoir craint des perturbations en raison des tensions autour du procès. Il y avait d’ailleurs une  forte présence de policiers et de gendarmes durant le déroulement. Même constat ce matin à l’énoncé du verdict, un important dispositif sécuritaire s’imposait aux familles et sympathisants des détenus.

En 2015, les populations de l’Oti ont manifesté contre la réquisition par le gouvernement des zones de culture situées entre l’Oti et le Kpendjal en vue de la  réinstallation d’un domaine réservé de faune sauvage. La zone bénéficie d’un climat subsoudano-sahélien.

La réinstallation devrait nécessairement conduire à des déplacements de certaines populations. Les révoltes paysannes transformées en jacqueries ont été sévèrement réprimées dans le sang: 7 morts dans la population. Un commandant d’une unité de police venue de Dapaong a également été tué par un manifestant. La mort de ce commissaire est  l’une des raisons du jugement de ces jeunes mais aussi de la réhabilitation de l’autorité d’un Etat désavoué.

Politique de faune au détriment d’une politique agricole

La réhabilitation des aires dites « protégées », est une résurgence des politiques environnementales désastreuses en termes de droits humains pendant la dictature Eyadema. Les bêtes étaient favorisées au détriment des êtres humains, les populations vivant dans cette zone fortement militarisée étaient victimes des exactions du tristement célèbre commandant Yoma Djoua.

Aussi, à l’époque, l’extension des domaines reservés occuperait-elle une superficie égale à 12% de l’ensemble du pays – chiffre le plus élevé en Afrique. En dépit des  félicitations extérieures pour sa politique de protection de la faune sauvage, les populations payaient le prix fort.

Par conséquent, la reprise de cette politique conduite sans communication et étude préalable de la sociologie et de l’économie de la vallée de l’Oti (plus de 300 mille habitants) indique l’éloignement de la classe dirigeante des préoccupations basiques des populations. Croire que le tourisme animalier pourrait améliorer le quotidien de ces populations rurales, c’est faire preuve de cécité.

La vallée de l’Oti est une zone agricole propice aux cultures du riz et maraîchères dont la mise en valeur pourrait alimenter tout le Togo d’après des études.

Cependant cette région détient le record du taux de pauvreté au Togo avec 96% de pauvres. Plusieurs familles ne disposent pas de 1000 FCFA par jour pour se nourir dans le Kpendjal (140 à 150.000 habts). Et on constate une aggravation de la situation malgré les politiques de développement. Zone fortement arriérée, les paysans rencontrent des difficultés pour commercialiser les produits agricoles, surtout le maïs.

1241 Vues totales 24 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter