L’actualité vue par Le Temps du Togo

Le Burkina bombarde Bana avec des moustiques génétiquement modifiés

Dix mille moustiques mâles génétiquement modifiés ont été introduits à…

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

Ghana : les déchets électroniques passeront à l’usine

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé mercredi la…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Quand Zeus rend fou Yahya Jammeh pour le perdre

Zeus rend fous ceux qu’il veut perdre. Les décisions prises en l’espace d’une semaine par le président gambien, sciemment ou inconsciemment, le poussent inexorablement au bord du précipice.

La reconnaissance par Yahya Jammeh de sa défaite au scrutin présidentiel du 1er décembre, son appel téléphonique pour féliciter son challenger, l’allégresse populaire dans les rues de Banjul, la transition pacifique annoncée, tout ce scénario digne d’Alice aux pays des merveilles, était trop beau pour être vrai. Impossible à soumettre au magistère de la raison.

Car la logique voudrait qu’un despote africain, organisateur d’une élection présidentielle, ne perde en aucun cas, qu’il fraude proprement au vu et au su de tous, avec la bénédiction des observateurs de l’Union Africaine, et, cerise sur le gâteau, qu’il réprime dans le sang quelque mécontentement rebelle et en recevoir l’admiration du syndicat des chefs d’Etat du continent.

Mais lors d’un autre scénario défiant  « le bon sens », la victoire échappa à Jammeh et qui plus est ce dernier donna quitus à  son vainqueur et ce, dès le lendemain du scrutin.

Le revirement ce vendredi 9 décembre du même sergent-soldat Jammeh réclamant l’annulation du vote et l’organisation d’un nouveau scrutin, nous ramène à la réalité la plus triviale qui soit : un chef  africain  ne quitte jamais le pouvoir à la faveur des élections. Il le quitte en quatre planches les pieds droit devant ou tout simplement chassé par la rue ou par une rébellion armée.

C’est donc dans l’un de ses scénarii extrêmes que s’engage le sergent-président. Sauf que cette fois-ci, il risque d’en payer le prix fort. Car il est allé trop loin  dans ces facéties ubuesques. La Communauté internationale l’a bien compris en apportant tout son soutien au Sénégal lassé de continuer à tolérer l’insulte que constitue ce Dracula d’opérette installé dans son antre.

L’histoire retiendra que le « Professeur El Hadj Docteur Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Nasiru Den Jammeh », despote, président-guérisseur des maladies tropicales, vivant hors-sol et se croyant aimé de son peuple, a précipité sa propre chute en organisant un scrutin transparent.

Quelque soient les raisons avancées par les uns et les autres pour justifier son revirement- cette volonté avouée ou inavouée du vainqueur  non encore intronisé de réintégrer la Gambie à la CPI et au besoin d’y envoyer juger Jammeh, de faire l’audit de sa gestion- toutes ces raisons aussi vraisemblables qu’elles puissent être, n’excusent pas l’attitude abracadabrantesque du président gambien.

Après  22 ans de règne d’une main de fer, le président sortant aurait dû savoir que la justice des hommes le poursuivrait bon an mal an, d’une manière ou d’une autre. Dans ce cas, pour éviter une telle éventualité humiliante, il faut savoir quitter le pouvoir !

L’Afrique ne peut plus souffrir ce refus d’accountabilité pour ses dirigeants sous prétexte de sauvegarde de la démocratie. C’est plutôt l’injustice qui cause la déstabilisation de la démocratie.

 

3338 Vues totales 8 Vues ce jour
(Visited 159 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter