L’actualité vue par Le Temps du Togo

RDC : Au moins 890 morts dans les violences à Yumbi

Au moins 890 personnes ont été tuées lors de violences…

Tchad: Des proches de la famille Déby éjectent une ministre

Au Tchad, la ministre des NTIC a été virée de…

Le Ghana souhaite canaliser les dérapages budgétaires

Le Ghana a annoncé la création de deux Conseils destinés…

Football : L’ancien international togolais, Aguzé Dotsé est décédé

La mauvaise nouvelle a été diffusée le 25 décembre 2018…

RDC : Arrêté et tabassé pour avoir couvert un meeting d'opposition

"Journaliste en danger" dénonce l'arrestation d'un journaliste qui a été…

Sénégal: Le groupe de presse Wal Fadjjri perd son fondateur

L’un des pionniers de la presse privée Sénégalaise, patron du…

Tennis : Nouvelles courts pour encourager la pratique de la discipline

Deux courts de tennis ainsi que des bâtiments administratifs et…

ONMT: Tous les médecins ne sont pas inscrits à l’ordre

L’Ordre national des médecins, ONMT, a organisé ses premières journées…

Un journaliste rwandais accusé de "terrorisme"

Un journaliste rwandais, pigiste pour le service local de la…

Eduquer à la paix par le dialogue inter religieux

Des acteurs communautaires ont échangé le 26 novembre à Sokodé…

Nigeria : Des programmes pour former les détenus dans les prisons

Les autorités des Services pénitentiaires au Nigéria (NPS) tentent de…

Le diocèse de Dapaong consacre trois nouveaux prêtres

Trois diacres du diocèse de Dapaong ont été ordonnés prêtres.…

Centrafrique : Un prêtre retrouvé calciné après les combats à Alindao

"On a retrouvé son corps, calciné", a déclaré l'abbé Mathieu…

Les pharmaciens mobilisés contre l’usage excessif des antibiotiques

Les pharmaciens célèbrent leur semaine au Togo. Pour cette nouvelle…

Ouganda : Onze écoliers meurent dans l'incendie de leurs dortoirs

Onze jeunes garçons Ougandais ont été tués et 20 grièvement…

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Quand Zeus rend fou Yahya Jammeh pour le perdre

Zeus rend fous ceux qu’il veut perdre. Les décisions prises en l’espace d’une semaine par le président gambien, sciemment ou inconsciemment, le poussent inexorablement au bord du précipice.

La reconnaissance par Yahya Jammeh de sa défaite au scrutin présidentiel du 1er décembre, son appel téléphonique pour féliciter son challenger, l’allégresse populaire dans les rues de Banjul, la transition pacifique annoncée, tout ce scénario digne d’Alice aux pays des merveilles, était trop beau pour être vrai. Impossible à soumettre au magistère de la raison.

Car la logique voudrait qu’un despote africain, organisateur d’une élection présidentielle, ne perde en aucun cas, qu’il fraude proprement au vu et au su de tous, avec la bénédiction des observateurs de l’Union Africaine, et, cerise sur le gâteau, qu’il réprime dans le sang quelque mécontentement rebelle et en recevoir l’admiration du syndicat des chefs d’Etat du continent.

Mais lors d’un autre scénario défiant  « le bon sens », la victoire échappa à Jammeh et qui plus est ce dernier donna quitus à  son vainqueur et ce, dès le lendemain du scrutin.

Le revirement ce vendredi 9 décembre du même sergent-soldat Jammeh réclamant l’annulation du vote et l’organisation d’un nouveau scrutin, nous ramène à la réalité la plus triviale qui soit : un chef  africain  ne quitte jamais le pouvoir à la faveur des élections. Il le quitte en quatre planches les pieds droit devant ou tout simplement chassé par la rue ou par une rébellion armée.

C’est donc dans l’un de ses scénarii extrêmes que s’engage le sergent-président. Sauf que cette fois-ci, il risque d’en payer le prix fort. Car il est allé trop loin  dans ces facéties ubuesques. La Communauté internationale l’a bien compris en apportant tout son soutien au Sénégal lassé de continuer à tolérer l’insulte que constitue ce Dracula d’opérette installé dans son antre.

L’histoire retiendra que le « Professeur El Hadj Docteur Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Nasiru Den Jammeh », despote, président-guérisseur des maladies tropicales, vivant hors-sol et se croyant aimé de son peuple, a précipité sa propre chute en organisant un scrutin transparent.

Quelque soient les raisons avancées par les uns et les autres pour justifier son revirement- cette volonté avouée ou inavouée du vainqueur  non encore intronisé de réintégrer la Gambie à la CPI et au besoin d’y envoyer juger Jammeh, de faire l’audit de sa gestion- toutes ces raisons aussi vraisemblables qu’elles puissent être, n’excusent pas l’attitude abracadabrantesque du président gambien.

Après  22 ans de règne d’une main de fer, le président sortant aurait dû savoir que la justice des hommes le poursuivrait bon an mal an, d’une manière ou d’une autre. Dans ce cas, pour éviter une telle éventualité humiliante, il faut savoir quitter le pouvoir !

L’Afrique ne peut plus souffrir ce refus d’accountabilité pour ses dirigeants sous prétexte de sauvegarde de la démocratie. C’est plutôt l’injustice qui cause la déstabilisation de la démocratie.

 

3624 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 159 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter