L’actualité vue par Le Temps du Togo

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

Ghana : les déchets électroniques passeront à l’usine

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé mercredi la…

Niger : Trois activistes société civile interdits de séjour à Agadez

Venus en séjour à Agadez, trois activistes nigériens, n’ont pu…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Presse : RSF rappelle le rôle important de la presse contre la corruption

Les journalistes sont en première ligne de la lutte contre la corruption, d’après un rapport  publié par Reporters Sans Frontière à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption ce 9 novembre. L’ONG internationale pour la liberté de la presse rappelle « rappelle le rôle majeur joué par les journalistes qui dénoncent des scandales parfois au plus haut sommet de l’Etat, et qui s’exposent pour cela à de graves dangers. »

L’organisation appelle à une protection renforcée des médias et des journalistes qui, en luttant contre la corruption, défendent les fondements des institutions démocratiques et l’État de droit.

La corruption reste endémique et préoccupante dans de nombreux pays du monde, y compris dans les pays développés. Et la corruption reste un sujet tabou  auquel un journaliste doit s’attaquer. Les journalistes payent souvent au prix fort le fruit de leur lutte « pour empêcher que la corruption ne sape la démocratie et n’entraîne davantage de violations des droits de l’homme», selon le communiqué de RSF.

Le dernier Classement de l’ONG Transparency International sur le niveau de corruption des pays dans le monde et le Classement Mondial de la Liberté de la Presse 2016 montrent une certaine corrélation entre les pays ne disposant pas ou peu de liberté de l’information et ceux où la corruption est la plus présente, ajoute Virginie Dangles. Ce n’est pas un hasard si des pays comme le Danemark, la Finlande ou la Suède figurent en tête des deux classements ou qu’en revanche, des pays comme l’Erythrée, la Corée du Nord et Soudan sont les plus mal notés par les deux organisations. Il est urgent que ces pays fassent de la lutte contre la corruption et de la protection des journalistes une priorité.”

“Les guerres, les crises politiques et économiques et les dérives autoritaires sont les principaux facteurs favorisant la corruption, constate Virginie Dangles, rédactrice en chef de Reporters sans frontières. De la Turquie à l’Érythrée en passant par la Somalie, le Mexique, la Russie, la Malaisie ou encore l’Iran, on constate que ce fléau choisit régulièrement ses victimes dans les rangs des journalistes et des journalistes citoyens. ”

Un journaliste tué au Mexique

Faire des enquêtes contre la corruption est une activité à risque pour les journalistes. Et nombreux sont ceux qui risquent leur vie ou la prison pour leur courage de mener des investigations contre un phénomène qui gangrène les sociétés modernes.

Le journaliste mexicain Marcos Hernández Bautista (38 ans), du journal Noticias Voz e Imágen a été tué par balle près de San Andres Huaxpaltepec (’État de Oaxaca), le 21 janvier 2016, peu de temps après avoir publié des articles touchant aux « intérêts de chefs de la région ».

Des ennuis judiciaires pour des journaux et des journalistes

En 2016, des centaines de représentants de médias turcs continuent d’être poursuivis en justice pour avoir évoqué ou dénoncé les allégations de corruption des proches de l’ex Premier ministre et actuel président Erdogan. En Russie, le journaliste d’investigation Alexandre Sokolov, spécialisé dans les affaires de corruption à grande échelle, est aujourd’hui l’une des figures emblématiques de la répression qui s’abat sur tous ceux qui osent exposer de tels abus.

Les condamnations pour « diffamation » ou « atteinte à l’honneur » pleuvent sur les journalistes qui exposent les conflits d’intérêts et la collusion entre des appareils de l’Etat et les acteurs privés. Le 11 mars 2016, David Natera Febres, directeur du journal vénézuélien Correo del Caroni, a été reconnu coupable de « diffamation et injure » et condamné à quatre ans de prison par le tribunal pénal de l’Etat du Bolivar.

 En Angola, le journaliste Rafael Marques de Morais a été condamné le 28 mai 2015 à six mois de prison avec sursis pour « dénonciation calomnieuse », après avoir exposé de graves violations des droits de l’homme ainsi que des actes de corruption liés à l’exploitation diamantifère dans la région des Lundas (nord-est du pays).

Au Panama, dans les jours précédant le sommet international de la lutte contre la corruption, du 1er au 4 décembre, le journaliste néerlandais Okke Ornstein, a été arrêté par les douanes à l’aéroport international de Tocumen (Panama City), et immédiatement placé en détention.

Poursuivi par le pouvoir malaisien, Zunar fait face à neuf chefs d’accusation, relevant tous du Sedition Act, et risque jusqu’à 43 ans de prison pour avoir publié sur Twitter neuf dessins de presse dénonçant la corruption du gouvernement de Najib Abdul Razak et le procès très médiatisé de l’opposant politique Anwar Ibrahim.

Comme Zunar, le blogueur singapourien Roy Ngerng s’est attiré les foudres de son Premier ministre, Lee Hsien Loong, après avoir publié, en mai 2014, un article s’interrogeant sur la gestion par le gouvernement du fonds de retraite de Singapour (Central Provident Fund, CPF). Dans de nombreux pays situés dans le dernier tiers du Classement mondial de la liberté de la presse, l’absence d’indépendance de la justice et la collusion entre le pouvoir, les hommes d’affaires et les magistrats sont un obstacle additionnel au journalisme d’investigation.

Lanceurs d’alerte également menacés

Les lanceurs d’alerte, qui informent sur les pratiques opaques et parfois illégales des grandes entreprises privées sont tout autant, voire dans certains cas davantage, exposés au danger des représailles judiciaires. En témoigne la condamnation de l’ancien employé du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), Antoine Deltour, et de son ancien collègue Raphaël Halet par la justice luxembourgeoise le 29 juin dernier. Les deux hommes ont écopé de douze et neuf mois de prison avec sursis pour avoir contribué à mettre en lumière les pratiques fiscales de grandes multinationales établies au Luxembourg, et ce malgré l’acquittement du journaliste Edouard Perrin, également mis en cause dans cette affaire. Tous trois ont fait appel de la décision de la justice en première instance.

 

 

1644 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 216 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter