L’actualité vue par Le Temps du Togo

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

Canal+ condamnée pour un "éloge appuyé" du Togo

La chaîne française Canal+ a été condamnée par le CSA,…

Le Maroc teste son projet de télémédecine en zone rurale

Le Maroc a lancé, le 22 octobre 2018, la phase…

Raila Odinga nommé haut représentant de l'Union africaine

L’Union africaine nomme l’opposant kényan, Raila Odinga haut représentant de…

Arrestation pour contrefaçon de la quinine en RDC 

Deux responsables d'un des plus grands laboratoires pharmaceutiques en RDC…

Ethiopie : au moins 120 clous extraits de l'estomac d'un patient

Des médecins d'un hôpital de la capitale éthiopienne ont extrait…

Le Togo contre la criminalité faunique et floristique

L’autorité chargée de la protection de l’environnement et des ressources…

Médias/RDC : Cinq journalistes "enlevés" à Kinshasa

Cinq journalistes d'un tri-hebdomadaire paraissant à Kinshasa "enlevés" après la…

Le Togo communique sur l’organisme de sécurité sanitaire des aliments

Le Togo est en chantier pour créer un organisme de…

Vers l’interconnexion des douanes de cinq pays ouest-africains

Réunis à Lomé, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le…

Angola : Le président se réjouit d'avoir freiné la corruption

Le président angolais s'est réjoui des résultats obtenus sur le…

Appel aux bonnes pratiques dans le commerce café-cacao

A l’orée de la campagne de commercialisation du café-cacao, les…

Sierra Leone: le gouvernement annule un contrat avec la Chine

Le gouvernement sierra léonais résilie un contrat de 300 millions $…

L'ancien footballeur Bonaventure Kalou gagne la mairie de Vavoua

L'ancien international ivoirien Bonaventure Kalou a été élu maire de…

Dapaong : Une grotte mariale dédiée au pèlerinage des fidèles

Après quinze ans d’existence, la paroisse Bon Pasteur de Natbagou…

Caravane en vue contre l’accaparement des terres par les nantis

Une caravane ouest-africaine sur le droit à la terre et…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Presse : RSF rappelle le rôle important de la presse contre la corruption

Les journalistes sont en première ligne de la lutte contre la corruption, d’après un rapport  publié par Reporters Sans Frontière à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption ce 9 novembre. L’ONG internationale pour la liberté de la presse rappelle « rappelle le rôle majeur joué par les journalistes qui dénoncent des scandales parfois au plus haut sommet de l’Etat, et qui s’exposent pour cela à de graves dangers. »

L’organisation appelle à une protection renforcée des médias et des journalistes qui, en luttant contre la corruption, défendent les fondements des institutions démocratiques et l’État de droit.

La corruption reste endémique et préoccupante dans de nombreux pays du monde, y compris dans les pays développés. Et la corruption reste un sujet tabou  auquel un journaliste doit s’attaquer. Les journalistes payent souvent au prix fort le fruit de leur lutte « pour empêcher que la corruption ne sape la démocratie et n’entraîne davantage de violations des droits de l’homme», selon le communiqué de RSF.

Le dernier Classement de l’ONG Transparency International sur le niveau de corruption des pays dans le monde et le Classement Mondial de la Liberté de la Presse 2016 montrent une certaine corrélation entre les pays ne disposant pas ou peu de liberté de l’information et ceux où la corruption est la plus présente, ajoute Virginie Dangles. Ce n’est pas un hasard si des pays comme le Danemark, la Finlande ou la Suède figurent en tête des deux classements ou qu’en revanche, des pays comme l’Erythrée, la Corée du Nord et Soudan sont les plus mal notés par les deux organisations. Il est urgent que ces pays fassent de la lutte contre la corruption et de la protection des journalistes une priorité.”

“Les guerres, les crises politiques et économiques et les dérives autoritaires sont les principaux facteurs favorisant la corruption, constate Virginie Dangles, rédactrice en chef de Reporters sans frontières. De la Turquie à l’Érythrée en passant par la Somalie, le Mexique, la Russie, la Malaisie ou encore l’Iran, on constate que ce fléau choisit régulièrement ses victimes dans les rangs des journalistes et des journalistes citoyens. ”

Un journaliste tué au Mexique

Faire des enquêtes contre la corruption est une activité à risque pour les journalistes. Et nombreux sont ceux qui risquent leur vie ou la prison pour leur courage de mener des investigations contre un phénomène qui gangrène les sociétés modernes.

Le journaliste mexicain Marcos Hernández Bautista (38 ans), du journal Noticias Voz e Imágen a été tué par balle près de San Andres Huaxpaltepec (’État de Oaxaca), le 21 janvier 2016, peu de temps après avoir publié des articles touchant aux « intérêts de chefs de la région ».

Des ennuis judiciaires pour des journaux et des journalistes

En 2016, des centaines de représentants de médias turcs continuent d’être poursuivis en justice pour avoir évoqué ou dénoncé les allégations de corruption des proches de l’ex Premier ministre et actuel président Erdogan. En Russie, le journaliste d’investigation Alexandre Sokolov, spécialisé dans les affaires de corruption à grande échelle, est aujourd’hui l’une des figures emblématiques de la répression qui s’abat sur tous ceux qui osent exposer de tels abus.

Les condamnations pour « diffamation » ou « atteinte à l’honneur » pleuvent sur les journalistes qui exposent les conflits d’intérêts et la collusion entre des appareils de l’Etat et les acteurs privés. Le 11 mars 2016, David Natera Febres, directeur du journal vénézuélien Correo del Caroni, a été reconnu coupable de « diffamation et injure » et condamné à quatre ans de prison par le tribunal pénal de l’Etat du Bolivar.

 En Angola, le journaliste Rafael Marques de Morais a été condamné le 28 mai 2015 à six mois de prison avec sursis pour « dénonciation calomnieuse », après avoir exposé de graves violations des droits de l’homme ainsi que des actes de corruption liés à l’exploitation diamantifère dans la région des Lundas (nord-est du pays).

Au Panama, dans les jours précédant le sommet international de la lutte contre la corruption, du 1er au 4 décembre, le journaliste néerlandais Okke Ornstein, a été arrêté par les douanes à l’aéroport international de Tocumen (Panama City), et immédiatement placé en détention.

Poursuivi par le pouvoir malaisien, Zunar fait face à neuf chefs d’accusation, relevant tous du Sedition Act, et risque jusqu’à 43 ans de prison pour avoir publié sur Twitter neuf dessins de presse dénonçant la corruption du gouvernement de Najib Abdul Razak et le procès très médiatisé de l’opposant politique Anwar Ibrahim.

Comme Zunar, le blogueur singapourien Roy Ngerng s’est attiré les foudres de son Premier ministre, Lee Hsien Loong, après avoir publié, en mai 2014, un article s’interrogeant sur la gestion par le gouvernement du fonds de retraite de Singapour (Central Provident Fund, CPF). Dans de nombreux pays situés dans le dernier tiers du Classement mondial de la liberté de la presse, l’absence d’indépendance de la justice et la collusion entre le pouvoir, les hommes d’affaires et les magistrats sont un obstacle additionnel au journalisme d’investigation.

Lanceurs d’alerte également menacés

Les lanceurs d’alerte, qui informent sur les pratiques opaques et parfois illégales des grandes entreprises privées sont tout autant, voire dans certains cas davantage, exposés au danger des représailles judiciaires. En témoigne la condamnation de l’ancien employé du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), Antoine Deltour, et de son ancien collègue Raphaël Halet par la justice luxembourgeoise le 29 juin dernier. Les deux hommes ont écopé de douze et neuf mois de prison avec sursis pour avoir contribué à mettre en lumière les pratiques fiscales de grandes multinationales établies au Luxembourg, et ce malgré l’acquittement du journaliste Edouard Perrin, également mis en cause dans cette affaire. Tous trois ont fait appel de la décision de la justice en première instance.

 

 

1812 Vues totales 6 Vues ce jour
(Visited 216 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter