Le gouvernement communique sur les risques d’inondations cette année

Sur les berges des fleuves Anié et du Mono s’observent chaque saison des activités liées à l’eau notamment la pêche et l’exploitation des sables et graviers. Mais quand vient la saison des pluies il se révèlent des risques liés aux inondations et crues avec ses conséquences. Il ya urgence de prendre des dispositions pour sensibiliser et informer les riverains pour prévenir quelques désagréments. Une équipe interministérielle composée des représentants des ministères chargés de l’Environnement, de la Protection civile, de l’Action sociale et de l’Hydraulique sensibilise depuis des semaines à travers des villages riverains. La cible comprend les chefs traditionnels, les secouristes, les leaders communautaires, les exploitants de sable et de gravier ainsi que les riverains des fleuves et rivières pour les instruire sur le système d’alerte précoce aux inondations et les prévisions saisonnières pour la période trimestrielle juillet-août-septembre. Il s’agit de prévenir et de préparer ceux-ci à se prendre en charge avant, pendant et après les inondations.

Cette année dans la région septentrionale du pays, il y a eu une forte pluviométrie enregistrée et qui risque d’exposer les riverains du fleuve Mono et ses affluents aux risques d’inondations. La démarche participe du partage des informations sur les montées d’eaux avec les autorités locales, les communautés voisines et les structures de secours notamment, la protection civile, les sapeurs-pompiers, l’Action sociale, la Santé et la croix Rouge Togolaise. Dans la perspective de mieux prévenir, la Croix Rouge Togolaise a érigé des balises visibles qui renseignent sur le niveau de l’eau lors des traversées et autres activités autour des grands fleuves du pays et surtout celui du fleuve Mono.

Avatar
A propos Emilie ORONG 665 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article