De la professionnalisation du secteur de la micro finance au Togo

Pour une gestion saine des opérations des institutions de micro finance, les acteurs du secteur ont pris part à un atelier national de formation sur le thème « comment ramener le portefeuille à risque dans les normes ».

Organisé par l’Association Professionnelle des Institutions de Micro finance du Togo (APIM-Togo) avec l’appui financier du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI), cette rencontre a regroupé une cinquantaine de directeurs du système financier décentralisé, de présidents du comité d’administration ainsi que des partenaires techniques et financiers.
MICRO FINANCE
Elle veut attirer l’attention des acteurs impliqués sur les dangers que représentent les cumuls de crédits impayés. Il s’est agi de les renseigner sur le niveau d’évolution des agrégats du secteur tels que les données opérationnelles, institutionnelles et règlementaires ; les causes de la dégradation du portefeuille à risque. La rencontre a permis d’apprécier la collaboration avec le FNFI dans le cadre de l’opérationnalisation des produits Accès des Pauvres aux Services Financiers (APSEF), de l’Accès des Agriculteurs aux Services Financiers (AGRISEF) et de l’Accès des Jeunes aux Services Financiers (AJSEF).

Les participants ont échangé sur les expériences personnelles et institutionnelles. Ils ont approfondi leurs connaissances sur la gestion professionnelle du portefeuille de crédit ; les outils de maitrise du portefeuille de crédit et la gouvernance des services financiers décentralisés pour une meilleure gestion du portefeuille.
Il est souligné que depuis plus de trois ans, le portefeuille à risque qui est la norme de mesure de la santé de leur portefeuille de crédit a connu une dégradation inquiétante. Cette situation dans le secteur de l’UEMOA a frôlé vers fin 2014, le creux de 10% et le Togo détenait malheureusement le record de cette dégradation avec 9,82%. Il urge donc de réfléchir sur les questions de crédit afin de permettre au secteur de micro finance de jouer son rôle dans le développement économique du pays.

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article