Le ministre de la justice déclare : « la population continue de ne pas se reconnaître dans sa justice »

Le très charismatique juge Atandji Koffi Christ Roi, Président du Tribunal pour Enfant, voyait si bien et il a écrit l’ouvrage intitulé « La typologie des actes usuels du parquet et de l’instruction », ce qui devait être presque un bréviaire pour les professionnels de la justice. La question est d’actualité et un atelier de partage et d’échange sur son contenu réunit jusqu’au 4 décembre à Lomé des juges du parquet et d’instruction, des greffiers et des officiers de la police judiciaire, afin d’amener les acteurs de la justice à se familiariser avec ce document mais surtout de l’améliorer à partir des expériences de terrain.

ESSAW

Cet atelier, piloté par le Ministère de la justice et des relations avec les Institutions de la République, est une composante du projet «Appui à l’accès au droit et à la justice» financé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

L’atelier envisage de mettre au même niveau d’information sur les actes usuels afin de favoriser l’accélération des procédures et surtout de mettre à la disposition des professionnels de la justice, un outil de travail quotidien simple et didactique contenant les références qui va servir de tremplin dans la prise d’une décision. Les participants sont en train d’échanger sur les actes usuels du parquet et ceux de l’instruction en vue de le peaufiner pour en faire un support électronique qui constituera la trame de l’application de la chaîne pénale pour la gestion des dossiers.

Au parquet et à l’instruction, les actes de procédure deviennent de plus en plus quasi-formels et stéréotypés, selon le Ministère et à cet effet il est important que ces actes soient à la portée du juge pour qu’il s’en inspire.

Inutile de comprendre que les choses ne vont pas si vite et de façon transparente malgré les tentatives de justification des avancées que veulent soutenir les autorités en matière de modernisation de la justice. Le constat populaire n’est pas reluisant. L’inspection générale des services juridictionnel et pénitentiaire doit être revitalisée ainsi que le processus de création des centres de formation des professionnels de la justice et la construction des cours d’appel de Lomé et de Kara, la revalorisation du traitement salarial qui sont des préoccupations majeures et revendicatives des acteurs du secteur. Pour cette fois-ci, le Ministre Essaw de la Justice n’est pas allé par quatre chemins : « la population continue de ne pas se reconnaître dans sa justice et des voix s’élèvent au sein du peuple pour critiquer celle-ci dans son fonctionnement ». L’auteur du livre de 292 pages, quant à lui, soutient avec humilité que son initiative permet tout simplement de corriger l’opacité des actes que le juge peut rencontrer dans l’exercice de sa fonction et la lenteur dans le jugement. Vœu populaire pour que les magistrats s’en inspirent pour une bonne justice au Togo.

Avatar
A propos Colombo KPAKPABIA 1050 Articles
Colombo Kpakpabia est Directeur de publication du journal Le Temps. Il capitalise plus de 20 ans d'expérience dans la presse écrite et audiovisuelle. Colombo axe son travail sur la recherche et l'efficacité. Contact Email: colombock@gmail.com

Laisser un commentaire