Protection forêts : des associations mettent en place de nouvelles stratégies autour de la forêt classée d’Abdoulaye à Tchamba

Tchamba, le 25 nov. (ATOP) – Les Associations Villageoises de Gestion des Aires Protégées (AVGAP) des localités de Goubi, Bago, Koussountou et Alibi 1, riveraines de la réserve de la faune d’Abdoulaye, se sont fusionnées en Union des Associations Villageoises de Gestion des Aires Protégées (UAVGAP) au cours d’un atelier de formation et de recyclage placé sous le thème « Principes associatifs et coopératifs, rôles et responsabilités des AVGAP » à Tchamba. Cette session est organisée par l’ONG Action Environnementale pour un Développement Durable (AE2D), et s’inscrit dans un projet de la stratégie de biodiversité mis en œuvre par le ministère de l’Environnement et des Ressources forestières et financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM).

La session a permis de renforcer les capacités des AVGAP pour la conservation de la biodiversité et la promotion de la gestion durable des ressources forestières pour le bien-être des générations présentes et futures. A terme, une Union des Associations Villageoises de Gestion des Aires Protégées (UAVGAP) a été mise sur pied pour améliorer leurs actions sur le terrain. Les participants ont été instruits sur les principes associatifs et coopératifs ainsi que sur les rôles et responsabilités des AVGAP autour de la faune d’Abdoulaye. Ils ont été aussi éclairés sur les opportunités et leurs relations avec les autorités coutumières et administratives. Cette Union est dirigée par un comité de coordination de trois membres présidé par le chef canton d’Alibi 1, Atcha-Affo Inoussa pour trois ans.

Le préfet de Tchamba, Palanga Kolu-Edjowou et le directeur préfectoral de l’Environnement et des Ressources forestières, Blikine Kpatchein ont félicité l’ONG AE2D pour ses multiples actions dans le cadre de la sauvegarde de la réserve de la faune d’Abdoulaye. Ils ont témoigné leur gratitude au gouvernement pour avoir mis en place une politique de réhabilitation consensuelle de l’environnement pour protéger le patrimoine naturel et culturel pour le bien-être des populations.

Le coordonnateur des programmes de l’ONG AE2D, Djiwa Oyétoundé a remercié les participants pour leur engagement à soutenir et à œuvrer aux côtés de son ONG pour ensemble faire de la forêt classée d’Abdoulaye un site touristique de grande renommée sur le plan national voire internationale.

ATOP/KKT/SAS

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article