Niger: L’opposition exige une nouvelle commission électorale

A cinq mois des élections générales, les partis de l’opposition exigent la démission des membres de la cour Constitutionnelle, la dissolution de la commission électorale ainsi que la reprise du code électoral.

L’exigence de la démission des membres de la Cour constitutionnelle résulte selon les quatre fronts de l’opposition d’une décision prise par cette cour. La gardienne du respect de la constitution a indiqué dans un arrêt que le fichier électoral “reste valide même sans les listes des Nigériens de la diaspora”.

Elle répondait ainsi à une requête du Premier ministre après que la commission ait informé la classe politique de l’impossibilité pour elle d’enrôler pour les futures élections les Nigériens établis à l’extérieur, comme l’exige la loi. Comme motif, la commission électorale avance les mesures de riposte contre le coronavirus, à savoir la fermeture des frontières.

Pour les partis de l’opposition, les conditions invoquées ne sont pas satisfaisantes car “depuis la fermeture des frontières aériennes, plusieurs dizaines de mouvements d’aéronefs ont été enregistrés à l’aéroport de Niamey”, selon une source.

L’opposition souligne également le fait que d’autres pays ont été en mesure d’organiser l’enrôlement des électeurs et même tenir des élections malgré la pandémie. Cette “manœuvre” de la Cour constitutionnelle la disqualifie et “ne saurait rester impunie”, estime l’opposition. C’est pourquoi elle exige la démission “pure et simple” de ses membres.

Le Temps avec Afp

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 1064 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire