RDC: Alexis Thambwe Mwamba, pressenti président du Sénat

Ce mardi 2 juillet, le Front commun pour le Congo (FCC), une plateforme politique initiée et incarnée par Joseph Kabila, ex-président de la République démocratique du Congo (RDC), a désigné Alexis Thambwe Mwamba, 76 ans, candidat au poste de président du Sénat.

« C’est un très grand honneur que notre autorité morale, le président honoraire Joseph Kabila m’a fait, en me désignant comme candidat président du Sénat ». C’est sa première déclaration  après son investiture. Des mots qui renseignent sur la nature de sa relation avec l’ancien président qui, avant lui, a déjà deux de ses pions à la tête des institutions stratégiques notamment Jeanine Mabunda à l’Assemblée nationale et Sylvestre Ilukamba à la Primature. 

Alexis Thambwe Mwamba est né le 6 mai 1943 à Longo dans la province de Maniema. Titulaire d’une Licence en droit obtenue à l’Université du Burundi et en sociologie de l’Université libre de Bruxelles, il a été ministre de la Justice de 2016 jusqu’au dernier gouvernement et travaillé également avec l’ex-chef d’Etat Mobutu, au poste de l’administrateur général de la Société minière et industrielle du Kivu (SOMINKI). Sous Mobutu, il a occupé des postes ministériels notamment les ministères des Travaux publics, de l’Urbanisme et de l’Habitat, du Commerce extérieur, des Transports avant de devenir ambassadeur en Italie pour finalement devenir président de l’Office des douanes et accises.

Des casseroles

Le candidat au Senat a un long parcours politique. En 1997, peu de temps après l’arrivée aux affaires de l’AFDL, Alexis Thambwe-Mwamba quitte le Congo et se refugie à Bruxelles. Il intègre la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie. Cette structure lance la seconde guerre de Congo (RCD) une année plus tard.

Chargé des relations internationales du RCD, il est accusé d’avoir « ordonné l’attaque de l’avion de la compagnie aérienne Congo Airlines », un drame qui a fait une centaine de morts, essentiellement des civils.

Suite à une divergence sur un certain nombre de sujets, Thambwe-Mwamba rejoint le camp de Jean-Pierre Bemba. L’accord de Sun City qui en suivra le nomme ministre du Plan dans le gouvernement de transition formé en juin 2003…

Son nom évoque pour beaucoup de Congolais le trafic illicite de coltan, le blanchiment d’argent. Dans les mauvais moments, Alexis Thambwe Mwamba a toujours su compter sur le clan Kabila, en retour, il lui est fidèle. Du moins, pour le moment.

EKLOU de Badj

Laisser un commentaire