Le CIPRES plaide pour une meilleure couverture maladie universelle

Le premier forum international sur la couverture maladie recommande des meilleures pratiques pour une couverture maladie universelle améliorée.

Le premier forum international sur la couverture maladie dans la zone de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) a pris fin le 5 mars à Lomé.

Ce forum de deux jours préludait la 27ème session ordinaire du conseil des ministres de la zone prévue du 6 au 8 avril prochain sous le thème « Problématique de l’instauration de la couverture maladie dans les Etats de la zone CIPRES : Enjeux, Défis et Opportunités ».

Le forum a recommandé une réflexion collective sur les modalités et conditions de mise en place et de gestion efficiente de la couverture maladie au sein des Etats membres de la CIPRES. Les participants ont recommandé également aux Etats l’instauration effective de la couverture du risque maladie des populations en application de l’article 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH). Ils ont demandé aux pays de privilégier les modèles mixtes dans la conception des régimes de couverture maladie et l’approche progressive dans la mise en place de la couverture maladie universelle.

Le Premier ministre togolais a révélé au cours de ce forum que le gouvernement a entrepris l’actualisation de la politique nationale de protection sociale, la mise en place d’une architecture de la couverture maladie universelle avec l’implication des mutuelles de santé.

Dans l’ensemble l’accès des populations aux soins de santé dans la zone CIPRES se heurte à l’offre de soins inadaptée caractérisée par la faiblesse des infrastructures sanitaires, à l’insuffisance des financements dédiés à la santé et au coût onéreux des soins. Le niveau de pauvreté grandissant et la prédominance de l’économie informelle empêchent la majorité des actifs de bénéficier d’une protection sociale.

Les statistiques rapportent que la prise en charge des soins de santé reste l’apanage des personnes bénéficiaires d’un système formel de couverture maladie qui ne dépassent guère 10% de la population.

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article