Dévaluation du FCFA CEMAC pas totalement écartée, selon la COFACE

Le risque d’une prochaine dévaluation du franc CFA de la zone Afrique centrale revient dans l’actualité. Selon la COFACE, le risque est élevé dans la CEMAC.

Le besoin de couverture des opérations par rapport aux risques de change demeure important en zone CEMAC, selon un récent focus publié sur l’Afrique subsaharienne par la COFACE. S’appuyant sur l’évolution de l’indice de pression des changes dans la région (EMPI), l’institution conclut que la zone reste une poche de risque pour une éventuelle dévaluation de la monnaie locale qu’est le Franc CFA. « Les réserves ont commencé à se stabiliser, mais demeurent faibles et leur évolution pourrait retrouver une tendance baissière si le FMI ne parvient pas à conclure un accord avec la République du Congo et la Guinée Équatoriale. Le risque de dévaluation du franc CFA d’Afrique centrale n’est donc pas totalement à exclure », expliquent les analystes de la COFACE.

A l’issue de la conférence de fin 2016, qui s’était tenue à Yaoundé au Cameroun, les pays de la zone s’étaient engagés à prendre un ensemble de mesures visant à reconstituer les réserves de changes, et à soutenir ainsi la stabilité qui fait la particularité du Franc CFA.

Le Cameroun a été le premier pays à trouver un accord avec le Fonds Monétaire International, suivi du Gabon, de la République centrafricaine et du Tchad. Jusqu’à récemment, le Congo et la Guinée Equatoriale tardaient à se mettre sous-programme. Le premier semble avoir effectué une avancée en trouvant un accord-cadre vers un programme avec le FMI.

La CEMAC n’est pas la seule zone à risque de dévaluation monétaire en Afrique, selon la COFACE. D’autres pays cités dans le rapport sont l’Algérie, la Tunisie, l’Angola et l’Ethiopie. « Contrairement au Nigéria, les réserves internationales de change de l’Angola ont continué à diminuer à un rythme inquiétant en 2017, malgré une dévaluation en avril 2016. Ces pressions se sont traduites par un écart sans cesse grandissant entre le taux officiel, fixé à 166 kwanza pour 1 USD, et le taux parallèle (plus de 420 kwanza pour 1 USD » indique son rapport.

Le Temps avec Agence Ecofin

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 934 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire