Deux familles troublent la tranquillité des populations d’Afagnan

Deux familles de braqueurs ont acquis une curieuse célébrité pour avoir écumé dans la préfecture du Bas-Mono la violence et la terreur durant le trimestre de mars à mai 2015. Elles ont refusé les mille trésors des terres riches de leur localité pour s’adonner entièrement au grand banditisme.

Ameyoè Dapéagnon, Ameyoè Kossi, Ameyoè Sodjinè, Ameyoè Awoussi d’une part et Hounkpati Fofo, Hounkpati Komlan, d’autre part qui ont pour dénominateur commun le patronyme de leur géniteur tous natifs de la préfecture du Bas-Mono, avaient à leurs trousses depuis lors, les éléments de la gendarmerie d’Afagnan et des garnisons environnantes. La cavale et la cachette n’auront duré que quelques semaines.

Sur les huit recherchés, six présumés malfrats tous natifs de Bas-Mono sont désormais encagés dans la « volière » de la gendarmerie d’Afagnan en attendant de comparaître devant le procureur. Ils seraient les instigateurs de la recrudescence des actes de criminalité, de cambriolage, de vols à mains armées et de braquages constatés à Afagnan et ses environs. La perquisition de leur domicile a permis de retrouver des motos, une arme à feu de fabrication artisanale et des munitions, un groupe électrogène, des postes téléviseurs, des lecteurs DVD, des brouettes, des coupe-coupe et des machettes. A cela s’ajoutent des téléphones portables, des lampes-torches, des tissus-pagnes, des baffles, des postes radio, des produits cosmétiques, des billets de banque, des pièces de monnaie et des masques, tous des objets enlevés à autrui.
Pendant de longues semaines des nuages d’insécurité écrasaient les populations au dam d’une attaque en tout temps et en tout lieu.

Après l’attaque d’un pasteur à son domicile, le braquage d’une voiture transportant des marchandes et la tuerie d’un innocent vendeur ambulant de tissus sur la voie d’Attitogon, les criminels ont fini par baisser leur ardeur car désormais écroués. Si les deux premiers Améyoè sont encore en cavale, les nommés Soncy Kpéglo et Kaka Komivi, eux, n’ont pu avoir cette chance de continuer leur terreur dans la région.

Le commandant de groupement, le chef d’Escadron Kédéwouli Essodôn a exhorté la communauté locale à la vigilance et à collaborer avec les forces de l’ordre pour démanteler ces réseaux de cambrioleurs dont leur chef de file, Ameyoè Dapéagnon dit Bob et son co-accusé Ameyoè Kossi dit Koltcha en fuite sèment de désolation à Afagnan, Anfoin et Tabligbo, zone Sud-Est du Togo.

Avatar
A propos Emilie ORONG 960 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire