Des Togolais victimes des émeutes au Niger, ont regagné le bercail

Rescapés à leur descente du bus

Rescapés à leur descente du  bus
Rescapés à leur descente du bus

Vingt-trois ressortissants togolais victimes des émeutes assorties de violences ciblées sur des personnes pour leur conviction confessionnelle et sensibilité politique, survenues les 16 et 17 janvier au Niger en représailles à la publication de la caricature du prophète Mahomet dans le journal français Charlie Hebdo ont regagné le bercail, le mardi 27 janvier.

Ces rapatriés d’obédience chrétienne parmi lesquels quatre religieuses et cinq enfants étaient domiciliés à Zinder au centre Est du Niger où ils ont fait les frais des actes xénophobes perpétrés contre eux par les musulmans (80% de la population). Suite aux traumatismes et pertes subis ils ont décidé de regagner le bercail.

Ils ont été accueillis au centre des sinistrés des catastrophes naturelles et ou anthropique par la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Dédé Ahoéfa Ekoué et l’ambassadeur du Niger au Togo, Mme Sidibé Fadjimata Maman en présence des chrétiens et musulmans du Togo et des chefs traditionnels.

La ministre de l’Action sociale a exprimé sa gratitude à l’Archevêque de Lomé et à l’Organisation de la Charité pour un Développement Intégral Caritas (OCDI Caritas)-Togo pour avoir facilité le rapatriement.

L’ambassadeur du Niger au Togo, a déploré ces évènements douloureux, assortis de violences xénophobes. Au cours de ces atrocités, a-t-elle précisé, « des membres de la communauté togolaise ont été affectés dans leur corps et perdu leurs biens ». Elle a informé que suite aux instructions du président nigérien, son gouvernement a financé les obsèques d’une Togolaise le 23 janvier en présence de hautes autorités du Niger. La diplomate a témoigné la compassion de son gouvernement au peuple togolais et à la famille éplorée et réitéré qu’il ne manquera pas d’apporter son assistance aux victimes.

Les rapatriés ont bénéficié des vivres. Chaque ménage a eu droit à un sac de riz, un bidon d’huile et des boîtes de conserve. Les ménages de sept personnes ont ensuite bénéficié d’une enveloppe de 420.000 F CFA et les maisonnées de quatre personnes 240. 000 F CFA ainsi que les moyens financiers pour assurer leur déplacement en direction de leur localité d’origine.

Le Temps/Atop

Avatar
A propos Emilie ORONG 782 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire