Virus Ebola : Asky suspend ses vols vers Freetown et Monrovia

Dans un communiqué rendu publique ce matin, la compagnie aérienne privé de droit togolais, Asky, annonce la suspension de ses vols vers Freetown (Sierra-Léone) et Monrovia (Liberia), les capitales des deux pays proches du sud de la Guinée, foyer d’une intense épidémie d’Ebola depuis janvier 2014.

ASKY votre compagnie aérienne panafricaine est pleinement consciente de la préoccupation autour de l’exposition au virus Ebola dans la région. Votre compagnie aérienne est extrêmement préoccupé par la sécurité et le bien-être de tout le monde et coopère pleinement avec toutes les autorités, les gouvernements, les organisations médicales et internationales dans le but de prévenir une large diffusion, d’après le communiqué.

Ceci est une conséquence à l’alerte au virus Ebola déclenchée par les autorités sanitaires togolais suite au décès suspect à Lagos d’un voyageur en provenance de Conakry et en transit à l’aéroport Gnassingbé Eyadema de Lomé.

Asky

 La compagnie a pris des mesures sur « terre et à bord de tous ses vols  afin d’éviter la contamination ». Ces mesures sont les suivantes:

  • Suspension temporaire de tous ses vols vers Freetown et Monrovia ;
  • Arrêt  de fourniture en denrées alimentaires provenant des destinations touchées, y compris Conakry ;
  •  Articles de protection du personnel d’Asky pour éviter le contact direct et empêcher la propagation du virus ;
  • Des équipes médicales déployées à l’aéroport pour contrôler tous les passagers en transit ;
  • L’aviation civile locale au Togo a convenu de mettre en place un scanner à l’aéroport, comme l’a fait la Guinée Conakry.

Les autorités togolaises ont lancé une alerte au virus Ebola depuis le 25 juillet dernier suite au cas suspect annoncé de Lagos. Pendant le week-end, une fausse alerte au virus Ebola a été déclenchée à la station de transport terrestre d’Agbalépedo, suite à un voyageur, en provenance du Mali et du Burkina, qui présentait  des saignements au nez. Selon la cellule de veille installée au CHU Campus, il s’agit plutôt d’un cas d’hypertension artérielle. Le malade est toujours à l’observation.

Les autorités ont installé un numéro vert d’appel 111 destiné à recueillir tous les appels d’urgence.

L’Afrique de l’Ouest fait actuellement face à la plus grave épidémie qu’elle ait jamais connue. Depuis février, Ebola a contaminé plus de 1 000 personnes et tué 660 malades en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’arrivée d’Ebola au Nigéria est le pire scénario imaginé par les autorités mondiales de la Santé. Si le cas de Lagos s’avère alors qu’il se trouvait  200 personnes dans l’avion le transportant, on imagine le pays le plus peuplé d’Afrique confronté à cette épidémie, c’est tout le continent qui risque d’être contaminé.

A propos Komi Dovlovi 1071 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*