Les Gambiens élisent leur président avec des billes

La Gambie où l’on vote 1er décembre pour la présidentielle, a trouvé sa propre solution pour faire face à la fraude et l’analphabétisme: le vote avec des billes, un système « unique » au monde.

Pour bien expliquer le déroulement des opérations de vote, la commission électorale indépendante (IEC) a exhibé lundi devant les médias trois urnes métalliques, chacune à la couleur – verte, violette et grise – d’un des trois candidats.

Au moment du vote, les électeurs reçoivent une bille, s’isolent derrière un rideau et glissent leur bille dans une des urnes – un petit bidon cylindrique d’une soixantaine de cm de haut. L’introduction de la bille dans l’urne fait tinter une clochette, censée empêcher un deuxième vote frauduleux.

De la sciure de bois ou du sable sont déposés au fond des urnes métalliques pour assourdir le bruit de la chute des billes dans le récipient.

« C’est unique et nous sommes très fiers » de ce système, a déclaré le vice-président de l’IEC, Malleh Sallah, expliquant comment le Département des travaux publics gambiens avait imaginé ce système il y a six décennies.

Ce système doit permettre de lutter contre la fraude électorale et d’aider les électeurs illettrés à voter plus facilement en garantissant le principe une voix/une personne.

Au pouvoir depuis 22 ans, le chef de l’Etat gambien Yahya Jammeh, affrontera deux autres candidats dont Adama Barrow, désigné par sept partis d’opposition et Mama Kandeh, ancien député du parti au pouvoir qui se présente sous les couleurs d’une nouvelle formation, tous âgés de 51 ans.

La Gambie compte 880.000 électeurs. Les premiers résultats devraient tomber jeudi soir.

AFP

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 916 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire