Cinq organisations de la société civile radiées au Burundi

Les persécutions et les restrictions de tous genres s’intensifient au pays de Pierre Nkurunziza, le Président contesté du pays. Cette fois-ci c’est cinq grandes organisations de la société civile et de lutte pour les droits humains qui sont frappées de bannissement. Il s’agit de FORSC, FOCODE, ACAT, APRODH, RCP qui viennent d’être radiées.

Les autorités burundaises accusent ces organisations d’avoir continué à travailler dans le pays alors qu’elles étaient suspendues, également d’avoir terni l’image de leur pays et semé la haine et la division au sein de la population burundaise.

Déjà mi-novembre 2015, une ordonnance du ministère de l’Intérieur suspendait provisoirement les activités de certaines organisations de la société civile et cette mesure signifiait concrètement que ces ONG étaient fermées, interdites de toute activité dans ce pays. Y figuraient déjà à cette époque, l’Association de protection des personnes détenues et des droits de l’Homme (Aprodeh), le Forum pour le renforcement de la société civile (Forsc), le Forum pour la Conscience et le Développement (Focode), Parole et action pour le Réveil des consciences et l’Evolution des mentalités (Parcem). La nouvelle ordonnance vient durcir celle qui existait et exacerber la volonté du pouvoir de renforcer excessivement son autorité. En le faisant ainsi, Bujumbura s’isole davantage.

Avatar
A propos Emilie ORONG 745 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire