Togocel et Moov épinglés pour l’augmentation des tarifs téléphoniques

Le 12 novembre dernier, le Comité de direction de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) mettait en demeure Togocel et Moov sur les pratiques de différenciation des tarifs intra-réseau et inter-réseau. En clair, le coût de la communication par minute diffère selon que l’on appelle sur le même réseau ou un autre réseau.

Quelques jours plus tard, les deux opérateurs ont répondu à cette injonction de l’Arcep par une diminution de 20 F des appels inter-réseau et une augmentation de 10 F de la communication intra-réseau.

Hostile à cette manœuvre, l’Arcep vient de rappeler les deux opérateurs de téléphonie mobile à l’ordre et demande des explications dans un délai de 24 heures.

L’autorité de régulation « exercera tous les pouvoirs que lui confèrent ses prérogatives du cadre légal et réglementaire pour que l’alignement des tarifs « on-net/off-net » ne serve de prétexte à une augmentation de tarifs intra-réseaux », indique le communiqué.

Elle rappelle son objectif des conditions d’une concurrence saine et équitable sur le marché de la téléphonie mobile.

Ces rappels de l’Arcep arrivent alors que les deux opérateurs ont mauvaise presse dans l’opinion pour la mauvaise qualité de leurs services et surtout le coût prohibitif de la communication situé parmi les plus chers au monde.

Togocel, société publique vendue au français Free.fr à travers des Malgaches, opérait comme dans une situation de monopole avec des prix exorbitants. Sa concurrente Moov (Atlantique Télécom) n’est pas su reste, elle est réputée pour pratiquer des tarifs de connexion mobile excessifs. Non seulement le tarif de la communication est élevée 89 F par minute, mais la qualité du service  est défaillant.

Les bisbilles entre les l’Arcep et les deux opérateurs sont tout de même surprenantes après plusieurs années de silence complice sur les pratiques décriées des deux opérateurs.

Le gouvernement togolais, ordonnateur de la politique des télécommunications, a toujours refusé l’arrivée d’un troisième opérateur censée alléger quelque peu ces pratiques malsaines.  

Avatar
A propos Komi Dovlovi 1007 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire