Mexique: Une centaine de passagers survivent à un crash

Une centaine de passagers d’un vol Aeromexico ont survécu le 31 juillet au crash au décollage de leur appareil dans le nord du Mexique. Blessures légères.

Une centaine de passagers d’un vol Aeromexico ont survécu mardi au crash au décollage de leur appareil dans le nord du Mexique, mais la plupart ont dû être hospitalisées pour des blessures, dont deux dans un état grave.

L’avion de type Embraer 190, qui effectuait la liaison entre Durango et Mexico, s’est écrasé vers 20h30 TU, avec 99 passagers à bord – dont onze enfants – et 4 membres d’équipage, tandis qu’il décollait au milieu d’un orage.

Une rafale de vent aurait « rabattu l’avion vers le sol » dont une aile aurait touché la piste, selon le gouverneur de l’Etat. Les moteurs auraient alors été arrachés et l’appareil aurait glissé sur 300 mètres à travers un champ où il s’est finalement immobilisé avant de s’enflammer.

L’activation des toboggans aurait permis l’évacuation des passagers avant le début de l’incendie.

Les images de la protection civile diffusées par les médias montrent un avion au milieu des herbes, la carlingue endommagée, partiellement consumée. « Il n’y a pas de personne décédée », s’est réjoui le gouverneur. L’accident a cependant fait deux blessés graves, dont le pilote, qui a dû être opéré de la colonne vertébrale. Une petite fille souffre par ailleurs de brûlures sur 25% du corps.

97 personnes ont été admises dans les hôpitaux de la ville mais la majorité pour des blessures « très légères », selon le porte-parole de la protection civile locale, et certaines auraient déjà pu regagner leur domicile.

L’avion aurait, selon lui, été pris dans une forte averse de grêle et les pilotes auraient tenté d’effectuer un atterrissage forcé.

Le Temps avec AFP

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 886 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article