Elle trouve la mort dans un conflit foncier dans l’Akébou

Mme Tchando Bêta contribuait au revenu de la famille par la culture de l’arachide dans l’Akébou. La zone de culture était litigieuse. Elle y est assassinée.



La nommée Tchando Bêta n’était âgée que de 35 ans mais déjà mère de 4 enfants et tous survivaient, en plus des activités de son époux, grâce au champ d’arachide qu’elle cultivait à Esséléké, village situé à environ 16km de Kougnohou. Elle a trouvé la mort dans ce champ le 18 juillet dernier, assassinée par un « gang » rival.

Trois coups de feu d’un groupe de personnes lui ont été fatals dans une zone litigieuse opposant les Akposso de l’Amou aux Akébou de Kougnohou. Au moment du drame, le préfet de l’Akébou Yovo Koffi-Kuma était aux rites Evala à Kara. Le chef corps du Camp de Témédja, le colonel Ouro Korigo Mollah Agnoro ainsi qu’une délégation des cadres Akébou venus de Lomé, se sont contenté des condoléances aux parents, amis et enfants de la victime. La situation est actuellement tendue entre les Akposso d’Alaousso de la préfecture d’Amou et Akébou d’Esséléké malgré les tentatives d’accalmie.

Le 18 juillet, Mme Tchando Bêta, Amégali Mondjivi et M. Douté Débiré se sont rendus comme d’habitude dans le champ d’arachide pour la récolte. Sur les lieux, un groupe Akposso de sept hommes du village d’Alaousso surgissent et tirent trois coups de feu, abattent Mme Tchando Bêta et blessent M. Amégali Mondjivi par balle à l’épaule droite. Sur les lieux un détachement des forces de l’ordre et de sécurité s’est installé entre les deux communautés pour empêcher un affrontement des deux populations. Partie pénible pour les forces de l’ordre et de sécurité présentes.

Le conflit foncier opposant les peuples Akébou et Akposso d’Amou est séculaire. Le plus récent remonte à 1991 et 92. Il avait occasionné déjà en cette période des dégâts matériels considérables et des pertes en vies humaines entre les deux communautés riveraines. Fin juin déjà, sur le même terrain litigieux, deux paysans Akébou avaient été sauvagement molestés à mort par des Akposso d’Alaousso.

A suivre…

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 951 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire