Dialogue politique suspendu, un parti exige la présence d’un médiateur

Le plus difficile commence vraiment pour les protagonistes au dialogue. La séance de ce matin a été suspendue à cause de la demande d’un parti politique qui exige la présence d’un médiateur au dialogue. Le nom du parti n’est pas donné, mais on suppose aisément qu’il s’agit de l’ANC, la question d’un médiateur était en manchette ce matin dans les journaux proches de l’opposition.

Les travaux ont été donc suspendus et reprendront demain matin, en attendant de trouver peut-être un compromis en dehors du huis clos du siège de Togo Télécom, la société publique de téléphonie fixe.

Historiquement, les dialogues intertogolais se sont toujours déroulés en présence d’un ou des médiateurs. La classe politique a souvent eu recours à l’Union Européenne, la France, l’Allemagne, l’Union Africaine, ou le Burkina Faso. Le dernier dialogue avant les législatives 2013, a été facilité par le prélat d’Atakpamé, Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan. En revanche, le premier dialogue intertogolais a eu lieu en juin 1991 et a abouti à la conférence nationale, il s’est déroulé sans médiateur, même si on ne peut pas négliger les pressions bienveillantes de l’ambassadeur de France Bruno Delaye.

La présence d’un facilitateur est elle opportune et indispensable ? Merci de participer à notre petit sondage ci-dessous.

[socialpoll id= »2202285″]

 

A propos Komi Dovlovi 1071 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*