Vers la baisse des tarifs télécoms au Bénin

Le gendarme des télécoms au Bénin recommande aux opérateurs de téléphonie d’améliorer la qualité de leurs services ainsi que les tarifs à la baisse.

Le nouveau conseil de régulation de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (Arcep-Bénin) a annoncé l’adoption prochaine de nouveaux tarifs pour les services télécoms.

Au terme de sa rencontre avec les sociétés télécoms opérant au Bénin, le nouveau conseil de régulation de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (Arcep-Bénin) a annoncé l’adoption prochaine de nouveaux tarifs pour les services télécoms.

Selon Flavien Bichabi (photo), le président du conseil de régulation de l’Arcep, les nouveaux tarifs voix et SMS consacreront une réduction subséquente des coûts actuels pour partager avec les consommateurs les bénéfices liés à l’allègement par le gouvernement des taxes dans le secteur des télécoms pour l’année 2017.

La question de l’amélioration de la qualité des services fait objet de débat. Pendant longtemps, les opérateurs se sont plaints du nombre de taxes qu’ils jugeaient élevé. C’était l’argument avancé pour justifier la mauvaise qualité de service. Ces taxes réduisaient le capital d’investissement et rognaient par la même occasion leur capacité financière à élargir et moderniser leur réseau. L’autorité a fait une avancée avec l’allègement fiscal dans les télécoms consacré par la loi des finances 2017, « le gouvernement a fait le pas attendu » par les opérateurs. L’Arcep va donc désormais « appliquer les textes ».

Les opérateurs télécoms n’ont plus de raison qui justifie qu’ils n’investissent pas dans l’amélioration de la qualité de leur service. Une application des textes augure donc plus de rigueur envers Libercom, MTN, Moov et Glo, les opérateurs dans le pays.

Le Temps avec Agence Ecofin

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article