Bavure policière à Avedji : Le policier dit avoir tiré pour “mettre hors d’état de nuire”

Dans la matinée du 21 mai 2020, à Avedzi Telessou, un policier a abattu un jeune homme nommé Agbende-Kpessou Hega dit Mohammed, qui avait une altercation avec deux militaires. Alors que le ministre de la Sécurité et de la Protection civile dit attendre les conclusions d’une enquête pour comprendre les circonstances du drame, un rapport de police vient plaider quasiment la légitime défense. Le policier aurait tiré sans sommation « pour mettre hors d’état de nuire » le nommé AGBENDE-KPESSOU Hega qui a tenté de poignarder un militaire en uniforme.

Nous reproduisons in extenso ce rapport qui circule sur le réseau social WhatsApp ; un rapport que confirme des sources proches de la police.  Le Temps reviendra sur ce compte-rendu totalement kafkaïen  qui fait passer la victime pour un Tarzan mettant en danger la vie de deux militaires armés d’un couteau et d’une cordelette.

CR COMPLÉMENTAIRE [Compte-rendu complémentaire, ndlr]

Le 21 Mai 2020 aux environs de 12 heures, un élément de la BAC sur le point fixe carrefour SUN CITY à Avédji, a mis hors d’état de nuire le nommé AGBENDE-KPESSOU Hega qui a tenté de poignarder un militaire en uniforme.

CR BRI-DGPN (Compte-rendu de la Brigade d’intervention- Direction générale de la Police nationale)

Événement: Mise hors d’état de nuire d’un individu

Date et heure: Ce 21 mai 2020 aux environs de 11h 40’

Localité : Avédji Sun City

Victime : AGBENDE-KPESSOU Hega, né à Sokodé originaire de Kanté, laveur de véhicules demeurant à Avedji s/c MENSAH Kokou contact: 90865351

Circonstances : La victime roulait à vive allure dans le quartier Sun City à bord du véhicule Nissan Almera Tino immatriculé TG 4592 AY et ayant remorqué son fils de trois ans et son second PENOUKOU Sassou âgé de 28 ans. Dans sa progression, il a failli  tamponner le caporal-chef ATSONOU Kodjo et le soldat de première classe SENA Folly du 2ème RI aux guidons de leurs motos en tenues treillis qui venaient de s’immobiliser devant la maison du caporal-chef.

Constatant la conduite dangereuse du chauffeur, les deux militaires se sont lancés à sa poursuite pour lui faire des remontrances et vérifier ses pièces. Rattrapé peu avant le carrefour Sun City, les deux militaires réclamaient les pièces affairantes à la conduite du véhicule au chauffeur quand ce dernier a opposé un refus catégorique en coupant le contact puis descendre du véhicule empochant la clé.

Le caporal chef après plusieurs injonctions sans succès, a voulu se saisir de la clé de la voiture de sa poche. C’est ainsi que la victime a désarmé le second militaire qui se tenait à ses côtés de son couteau poignard pour poignarder le caporal chef. Celui-ci a esquivé tout en recevant une blessure légère à la main droite et  pris la fuite. Son second en position de faiblesse et dans la panique a trébuché dans sa tentative de fuir puis tombé.  C’est ainsi que la victime a bondit (sic) sur lui et a armé (sic) le couteau pour le poignarder. Le GPx DOUKPENI de la BAC suivant la scène de près a immédiatement riposté en faisant usage de son arme de service pour sauver son frère d’arme en difficulté. Cette riposte a malheureusement atteint mortellement l’agresseur. Après l’incident une grande foule s’est agglutinée autour du corps et voulait s’en prendre aux agents sur place. Le renfort de L’USIG et du GIPN arrivé sur les lieux a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour dégager la foule et permettre que le constat se fasse dans de bonnes conditions.

Il est à préciser que le policier était en service anti-braquage au carrefour Sun City.

Mesures prises : Transport sur les lieux, constats effectués conjointement avec le groupement de gendarmerie, la DCPJ, l’IJ, le SCRIC et le CIC en présence constante et effective du Procureur de la République et son deuxième substitut et de l’adjoint au Maire du Golfe 5. Le corps a été déposé à la morgue du CHU S. O (Sylvanus Olympio) par la  gendarmerie qui a pris en charge l’enquête.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 964 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire