Crise togolaise: François Boko aux États-Unis

De source digne de foi, le responsable politique togolais en exil en France Me François Boko séjourne depuis le début de cette semaine aux États-Unis d’Amérique. Il s’est rendu d’abord à Washington DC, la capitale américaine.
D’après nos informations, François Boko aura des entretiens « aux plus hauts niveaux de l’Administration américaine ». Des rencontres seraient prévues notamment au Congrès (Sénat et Chambre des Représentants) et aussi à la Maison Blanche et aux Département d’Etat.
De Washington, Me BOKO pourrait se rendre à New York où il est prévu des réunions aux Nations unies.

Avant les USA, l’ancien ministre togolais de l’intérieur s’était rendu à Bruxelles puis à Berlin. Cette tournée d’après nos informations s’inscrit dans les actions diplomatiques auprès de pays amis du Togo.

François Boko qui vit en exil en France depuis 2005 s’apprête à regagner le Togo. Il est l’un des candidats potentiels de l’opposition démocratique pour la présidentielle de 2020.

Le Temps

Soutenir LE TEMPS

Le bon journalisme coûte beaucoup d’argent. Il s’agit du journalisme qui garantit la possibilité d’une société prospère, une démocratie responsable, et une gouvernance transparente.

En vue de continuer à rendre nos articles libres d’accès à tous nos lecteurs, nous vous demandons de faire un geste modeste en vue de soutenir notre Rédaction.

En contribuant au  journal Le Temps, vous soutenez la presse libre et de qualité, dans un Togo et une Afrique où l’information vaut son pesant d’or.

Avatar
A propos Joséphine Bawa 46 Articles
Responsable Desk politique et Afrique Joséphine Bawa capitalise 17 ans d'expérience en matière de communication et journalisme. Diplômée de Wit University (Johannesbrg, South Africa) elle a collaboré avec diverses agences de presse internationales dont AP, Reuters. Josephine dirige le desk politique de la Rédaction du journal Le Temps. Joséphine est également consultante auprès de plusieurs cabinets en Afrique et en Amérique du Nord.

Soyez le premier à commenter

Votre commentaire sur cet article