Poursuivi par la CPI, Omar El Béchir empêché de quitter l’Afrique du Sud

Arrivé en Afrique du Sud dans le cadre du sommet de l’Union Africaine, le président soudanais Omar El Béchir risque de se retrouver devant la Cour pénale internationale. Selon une décision d’un tribunal sud-africain, sur demande de la CPI, «les autorités sud-africaines doivent empêcher le président Omar el-Béchir de quitter le pays jusqu’à ce qu’une décision soit rendue par cette Cour ».

La justice africaine agit suivant une demande de la CPI. Dans une décision rendue publique dimanche, la CPI indique avoir rappelé le 28 mai à l’Afrique du Sud son obligation statutaire, en tant qu’Etat membre de la Cour, d’arrêter et de lui remettre el-Béchir si celui-ci se rendait sur son territoire. Une organisation sudafricaine de défense des droits de l’homme,  la Southern Africa Litigation Center a saisi la justice en urgence pour tenter d’obtenir une décision sur le sort du chef d’Etat soudanais

 Le président soudanais est poursuivi pour crimes contre l’humanité dans le cadre de la guerre à l’Est du Soudan. De nombreux crimes ont été perpétrés par les miliciens Djendjawid à la solde de Khartoum.

La justice  sud-africaine rendra son verdict ce dimanche après-midi pour déterminer le sort du président soudanais. Omar El Béchir est arrivé au pouvoir en 1989 à la suite d’un coup d’Etat. Depuis, il dirige le pays d’une main de fer à travers l’organisation d’élections aux résultats contestés par l’opposition.

Sous son règne, le Soudan, qui était le grand Etat d’Afrique aux immenses potentialités, a été divisé en deux parties.

Avatar
About Komi Dovlovi 796 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Be the first to comment

Commenter cet article