Appel aux bonnes pratiques dans le commerce café-cacao

A l’orée de la campagne de commercialisation du café-cacao, les intervenants sont appelés au respect des bonnes pratiques régissant les filières.

Cette campagne est initiée par le Comité de Coordination pour les Filières Café-Cacao (CCFCC-Togo) en collaboration avec le Conseil Interprofessionnel des filières Café Cacao du Togo (CICC-Togo).

La campagne entend sensibiliser les acteurs intervenant dans les filières café et cacao sur le respect de bonnes pratiques en matière de production, de collectes, d’achat/vente, d’exportation, de transformation et de consommation du café et du cacao togolais.

Des contraintes fragilisent les deux filières et constituent des défis à relever, tel les exportations non contrôlées et le non-respect de la réglementation en vigueur. La ministre du commerce dit ne plus tolérer les exportations frauduleuses. Des mesures avaient été prises pour limiter ces pratiques. « Avec ces mesures, on a constaté une amélioration au niveau de la commercialisation », la responsable du commerce togolais. Ces deux cultures ont connu un certain nombre de pathologie, tels que les feux de brousse, l’attaque des chenilles et la chute des prix à l’international.

Les procédures sont en vigueur en matière de commercialisation du café et les conséquences du non-respect des engagements pris.

Le café et le cacao occupent dans la production agricole togolaise, les 2ème et 3ème rangs après le coton et contribuent à la formation de 1,4% de la richesse nationale et 5,5% du secteur agricole. Ces deux produits sont cultivés par 31.203 producteurs sur une superficie totale de 38.058 hectares de café et 20.183 hectares de cacao selon le recensement de 2017.

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 915 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire