Punitions contre des magistrats annulées par le Conseil d’Etat burkinabè

Le Conseil d’Etat du Burkina Faso a annulé des sanctions contre des magistrats, précédemment punis pour « manquement à l’éthique et à la déontologie ».

Le Conseil d’État a prononcé « l’annulation » des sanctions décidées par le Conseil supérieur de la magistrature « pour vice de forme ».

Deux hauts magistrats, la présidente de la Cour de cassation Thérèse Traoré et son procureur général Armand Ouédraogo avaient été mis à la retraite d’office, tandis qu’un troisième avait été révoqué. Six autres magistrats avaient été rétrogradés, sept abaissés d’échelons et deux blâmés, par le Conseil supérieur de la magistrature.

Ces sanctions faisaient suite à « des présomptions graves de violation des règles d’éthique et de déontologie ayant jeté le discrédit sur l’institution judiciaire » qui pesaient sur 34 magistrats. Quinze avaient été mis hors de cause.

En février 2018, quatre magistrats accusés par une commission d’enquête de « monnayer » leurs services avaient déjà été sanctionnés pour « manquement à l’éthique ».

Le Temps avec AFP

Avatar
A propos Emilie ORONG 741 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire