WARCIP: Accroître l’économie numérique avec la Banque Mondiale

La Banque Mondiale alloue un financement supplémentaire à l’Etat du Burkina pour améliorer la connectivité à internet dans le cadre du programme WARCIP.

La République du Burkina Faso est officiellement entrée en possession du financement additionnel de 11 105 586 885 FCFA, accordé au pays pour améliorer l’accès des populations à Internet. Le 11 mai 2018, la convention de prêt y relative a été signée à Ouagadougou, par Rosine Coulibaly, la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, et Cheick Fantamady Kanté, le représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso.

Ce financement additionnel vient porter à 39,4 millions de dollars l’investissement déjà consenti par la Banque mondiale pour améliorer la connectivité au Burkina Faso dans le cadre du Programme régional d’infrastructures de communication pour l’Afrique de l’Ouest (WARCIP). La nouvelle dotation financière « devrait permettre d’améliorer la qualité du réseau internet au Burkina Faso, mais également entre le Burkina et le reste du monde. En outre, nous espérons que ces ressources permettront de réduire le coût de la connectivité régionale et internationale », a déclaré Cheick Fantamady Kanté.

Le financement supplémentaire permettra de déployer le réseau de fibre optique de Ouagadougou jusqu’à la frontière avec le Ghana, tirer l’infrastructure télécoms à très haut débit jusqu’à la frontière avec le Bénin. Pour Charles Hurpy, le chef de l’équipe du projet WARCIP à la Banque mondiale, « il s’agit d’une étape essentielle pour le développement de l’économie numérique et du e-gouvernement qui est appuyé notamment par le projet e-Burkina financé par la Banque mondiale ».

Le Temps avec Agence Ecofin

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 888 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Soyez le premier à commenter

Votre commentaire sur cet article