Soudan : Flagellée pour s’être mariée sans le consentement du père

Un commissariat de police au Soudan a donné 75 coups de fouet à une femme qui a épousé un homme sans le consentement de son père. Elle sortait de prison.

Cette femme originaire du Darfour a été fouettée mardi dans un poste de police dans une ville voisine de Khartoum, après avoir purgé six mois de prison. « Elle a purgé une peine de six mois de prison et aujourd’hui elle a reçu 75 coups de fouet », a indiqué son avocate, Azza Mohamed Ahmed. La jeune femme a été jugée après que son père eut refusé d’approuver son mariage avec un homme de son choix. « Elle et l’homme se sont ensuite mariés et ont vécu ensemble pendant un an ». Ils avaient un bébé de deux mois.

« Sa famille a ensuite porté plainte contre elle, l’accusant de vivre illégalement avec un homme et d’avoir des relations sexuelles hors mariage. » Le tribunal avait déclaré la femme coupable de s’être mariée sans le consentement de son père. Son mari a, lui, été condamné à deux ans de prison.

L’avocate a précisé que sa cliente était désormais libre et devait regagner son domicile, où elle vivait avec son mari.

Une militante des droits des femmes a déclaré avoir assisté à la flagellation. « Je tenais son bébé dans mes bras alors que cela se déroulait devant moi », a déclaré Tahani Abbas, membre de l’ONG soudanaise Don’t Oppress Women. « Ce fut une scène très douloureuse, surtout pour une militante des droits des femmes. »

Le Temps avec AFP

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article