L’actualité vue par Le Temps du Togo

Tchad : des gendarmes tirent sur un avocat, les magistrats protestent

Les magistrats de Doba (sud du Tchad) ont fermé leur…

Merzoug Touati, blogueur algérien condamné à 10 ans de prison

Merzoug Touati, un blogueur algérien ayant publié sur internet un…

RDC : Un prêtre catholique contaminé par le virus Ebola

Un prêtre catholique a été placé en quarantaine après avoir…

CEDEAO : A la recherche des juges pour sa Cour de…

Le conseil judiciaire de la CEDEAO recrute les juges de…

Le Togo à l’exposition internationale d’import de Shangaï

Une réunion exposition internationale d’import est prévue pour se tenir…

Le Zimbabwe candidat pour réintégrer le Commonwealth

Le Zimbabwe tente de mettre fin à son isolement sur…

Fin de pagaille dans le secteur immobilier au Bénin

Le secteur immobilier au Bénin se recadre. Le Parlement fixe…

L’Eglise Chilienne : tous les évêques démissionnent devant le Pape

L’Eglise Chilienne est entachée de scandales de pédophilie. En concertation…

WARCIP: Accroître l’économie numérique avec la Banque Mondiale

La Banque Mondiale alloue un financement supplémentaire à l’Etat du…

Les femmes, l’insécurité foncière et la saisine de la justice

Face à l’insécurité foncière et les éprouvantes difficultés des femmes…

Deux journalistes belges interdits d'entrer à Kinshasa

Deux journalistes de nationalité belge accusés de détenir des "visas…

Soudan : Flagellée pour s’être mariée sans le consentement du père

Un commissariat de police au Soudan a donné 75 coups…

L’EEPT : L’Eglise presbytérienne élit son nouveau modérateur

L’édition 74 du Synode de l’EEPT a élu son nouveau…

L’interopérabilité des services financiers sur mobile opérationnel au Ghana

L’interopérabilité des services financiers sur mobile est enfin une réalité…

Les biens et luxe de Yahya Jammeh bientôt en vente

Le gouvernement gambien est acculé par les dettes publiquues. Il…

L’ESMC et sa contribution à la production commune

Les règles de l'innovation de l’ESMC au cœur d’une formation…

Enseignement primaire et secondaire gratuit en Sierra Leone

Le nouveau président Sierra Leonais honore sa promesse de campagne :…

Soudan : Peine de mort pour une adolescente victime de viol

Amnesty International fustige la condamnation à mort par un tribunal…

Dévaluation du FCFA CEMAC pas totalement écartée, selon la COFACE

Le risque d’une prochaine dévaluation du franc CFA de la…

Gambie : La Cour suprême invalide des atteintes aux libertés

La Cour suprême de Gambie a invalidé mercredi plusieurs lois…

L’OIF accompagne jeunes et femmes par l’incubateur Libres Ensemble

L’OIF inaugure son incubateur Libres Ensemble à Lomé, une plateforme…

La Zambie fait la chasse aux étudiantes "à moitié nues"

La Zambie ne donne pas de l’espace aux violeurs des…

Guinée: Importateurs de matériels TIC appelés à promouvoir la qualité

L’Autorité guinéenne de régulation des postes et télécommunications somme les…

Un million d’Africains meurent de pollution de l’air chaque année

La pollution de l'air est responsable de près d'un million…

Burundi : Les radios BBC et VOA suspendues pour six mois

L'autorité des médias du Burundi a annoncé vendredi la suspension…

Le Sénégal va revaloriser son SMIG à partir de juin

Depuis 1996, le Sénégal n’a pu changer son SMIG. A…

Deux pilotes français volent au secours des migrants

Deux pilotes français consacrent leurs économies à l'achat d'un avion…

Bruxelles et Kinshasa : La Belgique sans ambassadeur en RDC

La Belgique affirme qu'elle n'est plus représentée par un ambassadeur…

Neymar arrivera "bien préparé" à la Coupe du monde

Neymar "travaille dur" pour se remettre de la blessure qui…

Mondial/Russie : Zlatan Ibrahimovic sera au Mondial pour…

Zlatan Ibrahimovic a renoncé à faire son retour en équipe…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Comores : Deux ex-présidents soupçonnés de vente de passeports

Une enquête parlementaire aux Comores incrimine deux anciens présidents soupçonnés d’avoir détourné des deniers publics issus de la vente de passeports.

Achevé en décembre 2017, ce rapport parlementaire accuse Ahmed Abdallah Sambi et Ikililou Dhoinine d’avoir participé à une gigantesque fraude et préconise l’ouverture de poursuites judiciaires contre eux.

« Les juridictions pénales doivent être saisies des cas de détournement de deniers publics et de complicités imputables aux présidents et à leurs complices », écrivent ses auteurs. L’affaire a commencé lorsque l’ex-président Sambi a lancé en 2008 un programme destiné à « vendre » la citoyenneté comorienne à des populations apatrides du Koweït et des Emirats arabes unis, connues sous le nom de « Bidouns », contre les investissements des deux pays dans l’archipel. L’accord initial portait sur la naturalisation de 4.000 familles bidouns pour un montant de 200 millions de dollars, destinés à financer des grands travaux d’infrastructures.

Selon les données recueillies, 47.950 passeports ont été émis dans le cadre de ce programme. Mais seule une infime partie a été effectivement délivrée aux Bidouns.

Les auteurs du rapport mettent en cause des « réseaux parallèles mafieux de vente de passeports » avec des « complicités » aussi bien « intérieures » qu' »extérieures » aux Comores.

Exemple, le neveu de l’ex-président Sambi, Abdou Satar, « pouvait aller imprimer autant de passeports qu’il voulait dans les locaux de Semlex (la société chargée de les imprimer) à Bruxelles sans aucun contrôle », assurent-ils.

« Le programme a généré d’importantes ressources financières. Malheureusement une bonne partie des fonds générés n’est pas arrivé dans les caisses de l’Etat ».

Lors de la signature du contrat, l’ex-président Sambi a ainsi reçu une « gratification » de 105 millions de dollars, selon les parlementaires. Cette « enveloppe » relève de « la haute corruption ».

Sambi est aussi accusé d’avoir « consenti à l’ouverture de compte dans les paradis fiscaux » sans pouvoir « justifier l’affectation de ces fonds », ce qui le rend « suspect de détournement de deniers publics », poursuivent les députés.

La même qualification est retenue contre Ikililou Dhoinine, accusé d’avoir ordonné de ne plus verser de fonds publics à la Banque centrale « sans pouvoir expliquer l’utilisation de ces fonds ».

Entendus par la commission d’enquête, les ex-présidents Sambi et Dhoinine ont nié les accusations qui pèsent sur eux.

Le Temps avec AFP

298 Vues totales 1 Vues ce jour
(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter