Catastrophes naturelles : deux organisations mutualisent pour assurer l’Afrique

L’ONU et l’ARC mutualisent pour accroître la couverture d’assurance paramétrique contre les effets des catastrophes naturelles en Afrique. Partenariat signé

La Mutuelle panafricaine de gestion des risques (African Risk Capacity, ARC), une institution spécialisée de l’Union africaine, et la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA) ont annoncé un partenariat pour faciliter une synergie d’efforts en vue de renforcer la couverture d’assurance contre les risques climatiques des États africains.

L’accord a été annoncé lors du Sommet annuel de l’Union africaine à Addis-Abeba et engage l’ARC et la CEA à renforcer les capacités de leurs États membres communs en intégrant les investissements de gestion des risques dans la planification gouvernementale. L’ARC et la CEA vont collaborer dans les domaines de la recherche sur les risques économiques et climatiques afin de promouvoir les instruments de transfert des risques.

Selon Mohamed Beavogui, Directeur général de l’ARC, « ce partenariat marque une nouvelle phase de collaboration dans la lutte contre les effets du changement climatique en Afrique ».

L’avenir de la gestion des risques des catastrophes est une question économique de plus en plus urgente, et l’expertise de la CEA renforcera le travail de l’ARC au service de ses États membres ainsi qu’à la résilience sur le continent.

« Le changement climatique est l’une des plus grandes menaces pour le développement économique et social de l’Afrique », a déclaré la Secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe. « Nous croyons que des efforts comme notre partenariat avec l’ARC aideront les pays africains à mieux se protéger contre ces menaces. »

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article