L’actualité vue par Le Temps du Togo

Le Burkina bombarde Bana avec des moustiques génétiquement modifiés

Dix mille moustiques mâles génétiquement modifiés ont été introduits à…

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

Ghana : les déchets électroniques passeront à l’usine

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé mercredi la…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Qui veut faire taire l’économiste togolais Kako Nubukpo?

Une tribune d’Ambroise TEKO

Quelques jours seulement après le « one man show » d’Emmanuel Macron devant les étudiants burkinabè à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, le masque de la duplicité du discours officiel tombe. En effet, « il n’y a plus de politique africaine de la France » affirmait le nouveau locataire de l’Elysée devant les étudiants. Si l’habileté et l’impertinence dont il a fait preuve, la fraîcheur du ton et l’hommage rendu à Thomas Sankara, ont été relevés çà et là par des médias, on se rend vite compte que tout ceci, loin de montrer un véritable aggiornamento dans la relation France-Afrique, ne représente que des artifices qui sont là pour amuser la galerie.

La preuve, s’il en était encore besoin, c’est que quelques jours seulement après la position que le chef d’État français a prise à Ouaga à propos du franc CFA, l’économiste togolais Nubukpo Kako vient d’être limogé sans ménagement de son poste de Directeur de la francophonie de l’économie et du numérique au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie, pour avoir justement critiqué la position de Macron sur cette monnaie si chère à la France, dans une tribune au Monde, le 30 novembre dernier. Son tort, c’est de qualifier « d’imprécise, caricaturale et finalement déshonorante pour les dirigeants africains » la vision de Macron. M. Nubukpo ne découvre pas cette situation après le discours de Macron devant les étudiants de Ougadougou. Il a toujours fustigé cette monnaie qu’il considère comme nocive et asphyxiante pour les économies de 15 pays africains de la zone franc CFA. Et c’est ce qui étonne dans cette expulsion !

On s’étrangle en découvrant la brutalité d’une telle éviction et on ne peut s’empêcher de penser aux vieilles méthodes de la Françafrique sous Jacques Foccart, qui consistent à éliminer tous ceux qui ne mettent en travers du chemin de « la servilité volontaire » ou de la docilité du colonisé fantasmé et représenté comme l’éternel incapable de penser par lui-même. De Sylvanus Olympio en passant par Thomas Sankara, Patrice Lumumba et autres Kwame Nkrumah, Ruben Um Nyobé… la liste est longue de ceux qui ont été victimes de leur indocilité ou plutôt de la grande idée qu’ils se faisaient de leur liberté, estime de soi et de ce qui est bon pour leur peuple.

À Ouagadougou, Emmanuel Macron récupère habilement Sankara en lui rendant hommage et en proposant aux étudiants de jeter par-dessus bord les vieilles rancunes du passé colonial, de « plaquer en quelque sorte un passé qui doit passer, des représentations, des constructions qui doivent évoluer. » Il va même jusqu’à dire que « notre responsabilité n’est pas de rester dans ce passé mais de vivre l’aventure pleine et entière de cette génération. »

C’était l’idéal de Thomas Sankara, un ardent pourfendeur du néocolonialisme. Celui qui avait une profonde et viscérale aversion pour tout ce qui pouvait empêcher l’émancipation de son peuple et au-delà des Africains.

Comment peut-on convoquer aujourd’hui la figure tutélaire de la jeunesse du Faso, tenir ce discours devant les étudiants et accepter que la Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, débarque un collaborateur qui affirme que le franc CFA est une monnaie qui « fut imposée aux Africains dans le cadre des turpitudes de la colonisation française » et qui n’a qu’une ambition, sortir de ce passé pour « vivre l’aventure pleine et entière de cette génération » qui a, à juste titre, interpelé le président Macron?

Avec l’éviction de Kako Nubukpo, se remet en branle la machine souterraine à empêcher par tous les moyens l’émancipation des peuples africains. On crie d’une part qu’on veut qu’il y ait lieu le débat sur cette monnaie, et d’autre part on brise ceux qui le portent sur la place publique. On affirme du haut de la chaire qu’ « il n’y a plus de politique africaine de la France » et en même temps, on veut conserver le carcan colonial d’une monnaie qui n’a jamais démontré sa pertinence en matière d’échange entre les pays utilisateurs de cette monnaie, qui n’a pas été un puissant levier de croissance et de création d’emploi ni un outil de compétitivité exemplaire. Le Ghana, avec son cédi, est-il moins viable, moins prospère, moins en retard que le Togo, le Bénin et la Côte d’Ivoire ? C’est plutôt le contraire, à l’heure actuelle.

C’est dire que la vérité est ailleurs. Elle est dans cette domination des pays de la zone franc CFA, instaurée depuis l’accession des indépendances, par de Gaulle et dont les différents successeurs se veulent les continuateurs. C’est pourquoi, l’avenir que propose Macron aux jeunes africains est une grosse entourloupe qui consiste à repeindre aux couleurs de la jeunesse et de l’avenir un futur désirable paré des mêmes vieilles représentations éculées. Si ce futur-là n’est pas porté par une autre monnaie capable d’impulser une dynamique forte pour créer une économie prospère et solidaire à même de retenir les jeunes dans leur pays, rien n’aura changé et les jeunes continueront à manger la poussière. Ce dont on a besoin, c’est un système économique qui émancipe, qui démultiplie les énergies, libère les talents et accompagne le génie de créativité des Africains. Si le franc CFA était doté d’une telle capacité, cela se saurait depuis longtemps.

C’est cela que dénonce M. Kako Nubukpo et qui dérange les thuriféraires de ce franc CFA que sont Allassane Ouattara de la Côte d’Ivoire et tous ceux à qui profite ce système et qui veulent que rien ne change.

Voilà pourquoi personne ne fera taire les Africains qui veulent ce débat.

Voilà pourquoi il faut un débat serein et sans tabous. Un débat rigoureux qui met tout sur la table.

Voilà pourquoi je trouve inacceptable la violence du limogeage de M. Kako Nubukpo.

Et voilà aussi pourquoi je condamne de toutes mes forces ce type de procédé.

La liberté d’expression est un droit. Il n’y a que les couards qui ne s’en saisissent pas !

Je hais les couards qui détournent les yeux de la misère de leurs peuples !

Ambroise TEKO

3542 Vues totales 6 Vues ce jour
(Visited 100 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter