L’actualité vue par Le Temps du Togo

Centrafrique : Un prêtre retrouvé calciné après les combats à Alindao

"On a retrouvé son corps, calciné", a déclaré l'abbé Mathieu…

Les pharmaciens mobilisés contre l’usage excessif des antibiotiques

Les pharmaciens célèbrent leur semaine au Togo. Pour cette nouvelle…

Ouganda : Onze écoliers meurent dans l'incendie de leurs dortoirs

Onze jeunes garçons Ougandais ont été tués et 20 grièvement…

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

Canal+ condamnée pour un "éloge appuyé" du Togo

La chaîne française Canal+ a été condamnée par le CSA,…

Le Maroc teste son projet de télémédecine en zone rurale

Le Maroc a lancé, le 22 octobre 2018, la phase…

Raila Odinga nommé haut représentant de l'Union africaine

L’Union africaine nomme l’opposant kényan, Raila Odinga haut représentant de…

Arrestation pour contrefaçon de la quinine en RDC 

Deux responsables d'un des plus grands laboratoires pharmaceutiques en RDC…

Ethiopie : au moins 120 clous extraits de l'estomac d'un patient

Des médecins d'un hôpital de la capitale éthiopienne ont extrait…

Le Togo contre la criminalité faunique et floristique

L’autorité chargée de la protection de l’environnement et des ressources…

Médias/RDC : Cinq journalistes "enlevés" à Kinshasa

Cinq journalistes d'un tri-hebdomadaire paraissant à Kinshasa "enlevés" après la…

Le Togo communique sur l’organisme de sécurité sanitaire des aliments

Le Togo est en chantier pour créer un organisme de…

Vers l’interconnexion des douanes de cinq pays ouest-africains

Réunis à Lomé, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le…

Angola : Le président se réjouit d'avoir freiné la corruption

Le président angolais s'est réjoui des résultats obtenus sur le…

Appel aux bonnes pratiques dans le commerce café-cacao

A l’orée de la campagne de commercialisation du café-cacao, les…

Sierra Leone: le gouvernement annule un contrat avec la Chine

Le gouvernement sierra léonais résilie un contrat de 300 millions $…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Ethiopie: Yonatan Tesfaye Regassa condamné à 6 ans de prison pour des publications sur Facebook

En Ethiopie, l’opposant Yonatan Tesfaye Regassa a été condamné,  ce jeudi 25 mai, à six ans de prison pour des publications critiques sur Facebook.

L’Ethiopie est l’un des régimes les plus répressifs d’Afrique. Et l’ancien porte-parole du parti d’opposition Semayawi (Blue Party), Yonatan Tesfaye Regassa , vient de connaître le prix de la liberté d’expression en étant condamné, ce jeudi 25 mai, par un tribunal d’Addis-Abeba pour «incitation au terrorisme ».

Derrière ce vocable flippant, la justice éthiopienne accuse l’opposant d’avoir, sur Facebook, accusé le  Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), « d’user de la force contre le peuple plutôt que de privilégier le dialogue pacifique avec le public ». Des faits pour lesquels il a été arrêté en décembre 2015 et détenu jusqu’à présent.

La justice incrimine onze commentaires postés sur Facebook du 15 au 17 novembre, peu de temps après le début de manifestations populaires d’étudiants, de lycéens et de paysans oromo, l’ethnie majoritaire du pays, pour protester contre un projet d’expansion géographique de la capitale, Addis-Abeba, qui devait selon eux déboucher sur des expropriations en masse.

La répression des manifestation l’année dernière et en début de 2017 avaient fait plus de 700 morts selon les autorités. Elles ont conduit le gouvernement à décréter l’état d’urgence en octobre 2016 et à le reconduire pour quatre mois en mars.

Zones d’opposition interdites de visites aux organisations des droits humains

D’après un document de la Haute Cour de justice, les commentaires postés par Yonatan Tesfaye affirmaient qu’« utiliser des objets pour des manifestations pacifiques, bloquer des routes avec des pneus ou brûler du matériel plastique dans les rues […], ce n’est rien comparé aux vies des gens que le gouvernement détruit ». Il écrivait aussi : « Cher EPRDF, le temps est venu pour vous de partir. Si vous vous souciez vraiment des citoyens, quittez vos sièges [au Parlement], laissez-leur vos sièges. Sinon, ils les prendront par la force, même s’il faut verser du sang. »

Malgré de nombreuses condamnations par des organisations des droits de l’homme, l’Union Européenne, et les Etats-Unis, principal soutien, le régime reste ferme sur sa méthode de gouvernement. En réalité, les Tigréens au pouvoir, sont accusés par le reste des populations de s’accaparer tous les leviers économiques et politiques du pays et d’instaurer une forme de tribalisme et d’ethnocentrisme.

Les zones contestataires du pays sont interdites de visite par les représentants des organisations des droits de l’homme. Début mai dernier, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, a regretté ne pas avoir été autorisé à se rendre dans les régions où la contestation a été la plus marquée.

Le premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, avait clairement indiqué, fin avril, qu’il refusait toute enquête indépendante sur la répression des manifestations.

En définitive, il n’y a pas une grande différence entre le régime stalinien d’Erythrée et celui d’Addis-Abeba. Les deux pays sont parmi les premiers en Afrique avec une importante population en exil à l’étranger pour raisons politiques.

1420 Vues totales 1 Vues ce jour
(Visited 183 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter