Agriculture : Quand le gouvernement se risque à relancer la filière cacao

Faure Gnassingbé visitant une exploitation agricole.

Faure Gnassingbé veut encourager le développement, la relance et la modernisation de la filière cacao en visitant les exploitations dans les Plateaux.

Faure Gnassingbé s’est rendu dans la région du Grand-Kloto en faisant la visite d’une exploitation cacaoyère dans la préfecture de Danyi puis un centre de production de matériel végétal (CPMV) d’Azafi, selon le site officiel Republicoftogo.

En janvier dernier déjà, le président de la République avait visité les installations de l’Unité technique café-cacao (UTCC) de Kpalimé. Le souhait du président serait de renforcer la filière cacao, qui dans les premières décennies de l’indépendance prit une part importante des exportations.

La relance de cette filière fait partie des différentes mesures dont l’ossature repose sur le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA).

Le Togo espère atteindre production annuelle de 30.000 tonnes pour le café et de 25.000 tonnes pour le cacao.

Risques de mévente du cacao

Cependant, les autorités de tutelle de l’agriculture sont en train de mener une mauvaise politique agricole. La relance de la filière du cacao est une erreur. Depuis quelques années, la Cote d’Ivoire et  le Ghana, principaux producteurs mondiaux ont des problèmes budgétaires à cause de la baisse du prix  de la tonne de cacao et de café sur le marché. Et selon certaines prévisions, les prix vont continuer à baisser alors que la Côte d’Ivoire a d’importants stocks de cacao.

Par conséquent, la filière togolaise risque d’en pâtir et les paysans de s’appauvrir.

Le Togo a besoin d’une ambitieuse politique agricole basée non sur l’exportation des produits agricoles mais sur leurs transformations. Et le Togo ne peut tenir la concurrence avec  les multinationales agro-alimentaires spécialisées dans la production du chocolat ni les grands producteurs que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Brésil. Le Togo devrait chercher à se spécialiser dans d’autres domaines.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 799 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire