L’actualité vue par Le Temps du Togo

Côte d’Ivoire : Les caches d'armes de Guillaume Soro

Une cache d'armes a été découverte à Bouaké, le 18…

Vient de paraître : Togo, le prix de la démocratie, par…

Le Togolais Dany Ayida, représentant-résident du NDI en RDC, vient…

Disparition : Essoyaba Boukpessi est décédé le 18 mai dernier

Essoyaba Boukpessi, le président du club de football As Togo…

Inde: Une chèvre née avec un œil et une oreille

D’après une vidéo de Barcroft Animal, une chèvre est née…

La BADEA accorde 60 millions de dollars à La BIDC

La BADEA et la BIDC ont signé un accord de…

Un financement de 5 milliards CFA de la BID pour…

Le Togo a obtenu de la BID un financement de…

Pacôme Yawovi Adjourouvi, un conseiller de Faure Gnassingbe si proche…

Selon Jeune Afrique, le Franco-Togolais Pacôme Yawovi Adjourouvi, maire adjoint…

Coton: Une production importante de 108.000 tonnes depuis la reprise…

La NSCT annonce bonne nouvelle pour le coton avec une…

Agriculture : Quand le gouvernement se risque à relancer la filière…

Faure Gnassingbé veut encourager le développement, la relance et la…

Pays-Bas : Le roi Willem-Alexander, co-pilote sur des vols commerciaux

Pilote avant de devenir souverain en 2013, le souverain des…

Economie : Deux missions de la BAD en cours au Togo

Deux missions de la BAD sont actuellement à Lomé pour…

Togo:Appel des partis de l’opposition aux députés UNIR pour un …

Deux groupes de partis de l’opposition ont lancé un appel…

Assemblée nationale: La commission des lois va étudier une proposition…

La Commission des lois de l'Assemblée nationale étudiera ce mercredi…

France : Edouard Philippe nommé Premier ministre

Le nouveau premier ministre français est Edouard Philippe, et sa…

L'OMS confirme un deuxième cas lié au virus Ebola en…

L'OMS a confirmé dimanche l'existence d'un deuxième cas de contamination…

Nigéria : L’émir Sanusi II de Kano accusé de détournement de…

L’émir de Kano, Sanusi II, est visé par une enquête…

Diplomatie : Eli Ben-Tura, nouvel ambassadeur d’Israël au Togo

Dans l’optique du sommet Israël-Afrique à Lomé en octobre prochain,…

Togo: Le gouvernement veut instaurer un dialogue avec les populations…

L’inefficacité de la  politique des aires protégées pousse le gouvernement…

RDC : Annonce d'une épidémie du virus Ebola dans la province…

L’Organisation mondiale de la santé indique avoir été informée par…

Viettel Global tenté par le marché télécoms nigérian

Le marché télécoms nigérian semble prometteur, ce qui attire Viettel…

Zimbabwe : Vers une canditature unique de l’opposition contre Robert Mugabe

A l’approche de la présidentielle de 2018 au Zimbabwe, l’opposition…

120 ans après la tragédie, la communauté Bassar s’en souvient

Bassar commémore chaque année la tragédie de l'expédition allemande sur…

Finance : La BIDC lance un emprunt obligataire de 50 milliards…

La BIDC, la banque d'investissement de la CEDEAO, lance un…

Afrique du Sud : Des affiches  nazies pour un suprémacisme blanc…

Des affiches inspirées de la propagande nazie  pour une suprématie…

Tribune: Éviter une nouvelle crise politique désastreuse au Togo

Au Togo, la démocratie serait impossible: verrouillage des institutions au…

Exposition: "Le Prix de l'aventure" par Folly Koumouganh

Le photographe togolais Folly Koumouganh expose du 12 mai au…

Faure Gnassingbe à Kigali dans le cadre d’un sommet africain…

Le président togolais effectue un voyage à Kigali dans le…

Afrique : Les investissements directs à l'étranger menacés par l’incertitude…

Les ministres africains et des investisseurs directs à l'étranger  étaient…

​RDC: Des dirigeants du Kasaï central menacent de "tuer" la…

Reporters Sans Frontière dénonce les principaux dirigeants de la province…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Afrique du Sud : Des affiches  nazies pour un suprémacisme blanc dans une université

Des affiches inspirées de la propagande nazie  pour une suprématie de la race blanche ont provoqué un scandale à l’université de Stellenbosch, Afrique du Sud.

L’apartheid politique est peut-être terminé, mais pas dans les cœurs ni dans les esprits. Phénomène assez normal : le racisme nait dans le cocon familial, ou des parents attisent doucement les tisons de la haine de l’autre, du mépris de classe. Non content d’avoir le pouvoir économique, une partie de la minorité garde des réminiscences du passé récent de l’Afrique du Sud et son système de développement séparé basé sur la supériorité de la race blanche.

Des affiches inspirées d’images nazies ont provoqué un tollé dans une université sud-africaine, révèle notre confrère Le Monde. Ces affiches dont on parle sont apparues sur des panneaux de l’Université de Stellenbosch, près du Cap, mardi dernier. Elles montrent  un jeune homme et une femme blonds dans des poses directement inspirées de la propagande nazie. Les instigateurs appelaient à une réunion d’étudiants « anglo-afrikaner », c’est-à-dire issus de la minorité afrikaner et anglo-saxonne.

 « Ces affiches promouvant une polarisation et une supériorité raciale, avec des références à la propagande nazie, sont absolument inacceptables », a réagi l’université, rappelant « l’égalité naturelle des êtres humains ».

Chassez le naturel, il revient au galop

L’apparition de ces affiches quoique scandaleuses ne sont surprenantes. Au temps de l’apartheid, l’université de Stellenbosch constituait le foyer intellectuel de la minorité blanche afrikaner, celle qui a porté l’idéologie du racisme d’Etat.

Et en dépit de la disparition officielle de l’apartheid, les pratiques du passé persistent toujours dans cette université. Des étudiants ont mené des campagnes pour l’abolition de l’enseignement en afrikaans et son remplacement par l’anglais. L’afrikaans est la langue de l’oppresseur blanc, et les étudiants noirs plus à l’aise en anglais se sentent désavantagés par les étudiants Afrikaners dont c’est la langue maternelle.

L’Afrique du Sud a neuf langues officielles, mais l’enseignement est surtout dispensé en anglais et en afrikaans.  Contrairement à certaines universités blanches, il n’y a quasiment pas d’université africaine enseignant dans les langues africaines, telles que le Xhosa ou le zulu par exemple.

Le 21 mars 1960, à Shapperville, des douzaines d’élèves ont été massacrés par la police sud-africaine parce qu’ils refusaient l’afrikaans comme langue d’enseignement au lieu de l’anglais. L’afrikaans était la langue officielle du régime ségrégationniste de l’apartheid de 1948 à 1994.

Une société raciste dans toutes ses composantes en Afrique du Sud  ?

Les responsables politiques savaient que le racisme disparaîtrait difficilement d’une société qui a été profondément meurtrie par le racisme d’Etat institué. Cependant, la persistance des pratiques d’apartheid au sein d’institutions sensées incarner le multiculturalisme  de  la nouvelle Afrique du Sud reste déroutante.

Selon notre confrère Le Monde, en mars dernier, un foyer pour étudiants de l’Université de Pretoria s’était défendu d’accusations de racisme pour sa politique de n’héberger que des Blancs parlant afrikaans. Les étudiants qui logent au De Goede Hoop Koshuis (« La résidence de bonne espérance »), doivent être chrétiens et parler obligatoirement afrikaans.

En filigrane, l’apartheid a laissé une société décomposée, malade, raciste au fond, qu’il s’agisse des Blancs ou des Noirs. Il laisse une société xénophobe et raciste. La xénophobie des Sud-Africains, expression des violences récurrentes et  lynchages des Subsahariens n’est-elle pas le reflet inconscient de plusieurs décennies d’humiliation ?

 

 

362 Vues totales 7 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter