L’actualité vue par Le Temps du Togo

Kossi Dzodji: Mendiant le jour mais braqueur la nuit

La police a localisé et maîtrisé un groupe de malfrats…

Maurice sacrée championne de la cybersécurité en Afrique

Sixième mondial selon l'Union internationale des télécommunications, l’île Maurice est…

« Génération 2030 » : prime aux projets des jeunes sur…

Le Togo a profité de la commémoration de l’édition 2017…

Sénégal : Sept ans de débat autour du code de la…

Les associations de presse du Sénégal ont appris que l'Assemblée…

Vers l’utilisation des fours solaires pour remplacer le charbon de…

En quinze jours une cinquantaine de menuisiers artisans de la…

Réalisation prochaine d’un film documentaire sur les danses traditionnelles

Un film documentaire autour des danses traditionnelles du centre du…

Des organismes à but non lucratif aux organisations terroristes

Des experts de la sous-région et partenaires discutent de l’utilisation…

Le pape menace des prêtres nigérians de destitution

Le pape François a lancé un ultimatum de 30 jours…

Kinshasa et Brazzaville enfin interconnectées par fibre optique

La liaison fibre optique entre Kinshasa et Brazza est finalisée.…

L’ATBEF pour la prise en charge des femmes enceintes séropositives

L’Association togolaise pour le bien-être familial (ATBEF) lance la lutte…

Notsè célèbre l’éleveur et les produits locaux

«Elevage et Solidarité des Familles au Togo» organise chaque année…

Promotion élevage : de la volaille hybride aux éleveurs de la…

Trente éleveurs dont treize femmes de villages pilotes de la…

Les ministres togolais à l’école des conditions de financements de…

Les conditions d’accès aux financements de l’IDA, souvent mal maîtrisées,…

Mesures préventives pour la sauvegarde de l’environnement et produits halieutiques

Afin de dynamiser le système lagunaire et sa filière poisson,…

Le Togo attribue deux nouvelles licences à des fournisseurs d’accès internet

Par le biais du Ministère des Postes et de l’Economie…

Des professionnels en communication recyclés en journalisme d’investigation

Le Centre de Formation et de Recyclage en Communication vient…

Le Bénin et African Parks ressuscitent le Parc de la Pendjari

Au Bénin, le gouvernement a signé un accord de partenariat…

Inclure la lutte anti-tabac dans les politiques nationales

Il existe au Togo plus de fumeurs dans les zones…

Kara célèbre la journée de la courtoisie sur la route

La ville de Kara se fait doter d'un radar pédagogique…

« Demain pour l’Afrique » au secours de l’orphelinat d’Abalo-Condji

L’association « Demain pour l’Afrique » vient vers le sud…

Unesco: Le Togolais Blim Adoté Blivi représentant du Togo…

Le géomorphologue Blim Adoté Blivi a été élu expert membre…

Football : La FTF suspend Maranatha FC et Gbikinti FC en…

La Fédération togolaise a suspendu depuis ce 30 mai Maranatha…

Média : Le Conapp, la presse proche du pouvoir en assemblée…

Le Bureau Exécutif du Conseil National des Patrons de Presse…

Justice : Les greffiers du Togo poursuivent la grève cette semaine

Les greffiers du Togo ont  repris une grève de trois…

Phosphates : Menace de grève à la SNPT du 6 au…

Le personnel de la Société nouvelle des phosphates du Togo…

Le GF2D appuie les femmes pour un développement local maîtrisé

Le GF2D encourage les femmes à émerger dans les instances…

Pour la CNDH la détention provisoire compromet la présomption d’innocence

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et le…

RDC : Neuf officiels impliqués dans les violences au Kasaï…

Des responsables politiques et hauts-fonctionnaires impliqués dans les violences dans…

A paraître : "Lungi, le récit d’une tragédie", par Pierre Attiogbe

Le journaliste Pierre Attiogbe relate dans un livre à paraître…

Société civile : L’Université de Lomé rendra hommage cette après-midi à…

L’Université de Lomé, la délégation de l’Union Européenne et le…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Afrique du Sud : Des affiches  nazies pour un suprémacisme blanc dans une université

Des affiches inspirées de la propagande nazie  pour une suprématie de la race blanche ont provoqué un scandale à l’université de Stellenbosch, Afrique du Sud.

L’apartheid politique est peut-être terminé, mais pas dans les cœurs ni dans les esprits. Phénomène assez normal : le racisme nait dans le cocon familial, ou des parents attisent doucement les tisons de la haine de l’autre, du mépris de classe. Non content d’avoir le pouvoir économique, une partie de la minorité garde des réminiscences du passé récent de l’Afrique du Sud et son système de développement séparé basé sur la supériorité de la race blanche.

Des affiches inspirées d’images nazies ont provoqué un tollé dans une université sud-africaine, révèle notre confrère Le Monde. Ces affiches dont on parle sont apparues sur des panneaux de l’Université de Stellenbosch, près du Cap, mardi dernier. Elles montrent  un jeune homme et une femme blonds dans des poses directement inspirées de la propagande nazie. Les instigateurs appelaient à une réunion d’étudiants « anglo-afrikaner », c’est-à-dire issus de la minorité afrikaner et anglo-saxonne.

 « Ces affiches promouvant une polarisation et une supériorité raciale, avec des références à la propagande nazie, sont absolument inacceptables », a réagi l’université, rappelant « l’égalité naturelle des êtres humains ».

Chassez le naturel, il revient au galop

L’apparition de ces affiches quoique scandaleuses ne sont surprenantes. Au temps de l’apartheid, l’université de Stellenbosch constituait le foyer intellectuel de la minorité blanche afrikaner, celle qui a porté l’idéologie du racisme d’Etat.

Et en dépit de la disparition officielle de l’apartheid, les pratiques du passé persistent toujours dans cette université. Des étudiants ont mené des campagnes pour l’abolition de l’enseignement en afrikaans et son remplacement par l’anglais. L’afrikaans est la langue de l’oppresseur blanc, et les étudiants noirs plus à l’aise en anglais se sentent désavantagés par les étudiants Afrikaners dont c’est la langue maternelle.

L’Afrique du Sud a neuf langues officielles, mais l’enseignement est surtout dispensé en anglais et en afrikaans.  Contrairement à certaines universités blanches, il n’y a quasiment pas d’université africaine enseignant dans les langues africaines, telles que le Xhosa ou le zulu par exemple.

Le 21 mars 1960, à Shapperville, des douzaines d’élèves ont été massacrés par la police sud-africaine parce qu’ils refusaient l’afrikaans comme langue d’enseignement au lieu de l’anglais. L’afrikaans était la langue officielle du régime ségrégationniste de l’apartheid de 1948 à 1994.

Une société raciste dans toutes ses composantes en Afrique du Sud  ?

Les responsables politiques savaient que le racisme disparaîtrait difficilement d’une société qui a été profondément meurtrie par le racisme d’Etat institué. Cependant, la persistance des pratiques d’apartheid au sein d’institutions sensées incarner le multiculturalisme  de  la nouvelle Afrique du Sud reste déroutante.

Selon notre confrère Le Monde, en mars dernier, un foyer pour étudiants de l’Université de Pretoria s’était défendu d’accusations de racisme pour sa politique de n’héberger que des Blancs parlant afrikaans. Les étudiants qui logent au De Goede Hoop Koshuis (« La résidence de bonne espérance »), doivent être chrétiens et parler obligatoirement afrikaans.

En filigrane, l’apartheid a laissé une société décomposée, malade, raciste au fond, qu’il s’agisse des Blancs ou des Noirs. Il laisse une société xénophobe et raciste. La xénophobie des Sud-Africains, expression des violences récurrentes et  lynchages des Subsahariens n’est-elle pas le reflet inconscient de plusieurs décennies d’humiliation ?

 

 

554 Vues totales 4 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter