L’actualité vue par Le Temps du Togo

Francophonie, l’écrivain Alain Mabanckou rejette l’offre d'Emmanuel Macron

La réponse de Alain Mabanckou est NON. Le président Macron…

Suppression des taxes douanières sur les équipements TIC annulée

L’expérience de la suppression des taxes douanières sur les terminaux…

Découverte d'explosifs et début d'enquête au Ghana

Des individus ont été appréhendés lundi à Accra en possession…

Vers la limitation de l’âge des véhicules d’occasion importés

Le Togo va se conformer aux réglementations en vigueur dans…

Liberia: Ellen Sirleaf exclue de son parti

A sept jours de la passation de pouvoirs à la…

Cameroun : passation des marchés publics par voie électronique

Une loi va désormais faciliter l’attribution des marchés publics au…

Le club Abou Ossé renouvelle l'exécutif: Adjola Abalo, nouveau Président

Adjola Abalo Emmanuel est le nouveau président du club Abou…

Côte d’Ivoire : Taxe imposée sur le transfert d’argent par mobile

L’Etat ivoirien impose une taxe de 0,5% sur le transfert…

Port de Cotonou : gestion confiée au port d’Anvers pour 10ans

Le Bénin a finalement confié la gestion de son Port de…

Côtes libyennes : Environ 300 migrants secourus

Près de 300 migrants ont été secourus dimanche au large…

Zimbabwé : Enquête sur le doctorat suspect de l'ex-première dame

Les autorités anti-corruption du Zimbabwe ont ouvert une enquête sur…

TogoCom : Nomination à la tête de la holding

Affoh Atcha-Dedji, Directeur Général G de Togo Cellulaire, prend les…

Zimbabwé: Abandon des poursuites contre une journaliste américaine

La justice zimbabwéenne a annulé jeudi les poursuites contre une…

Transport : Djibouti et Ethiopie reliés par des rails électrifiés

La Chine facilite la liaison ferroviaire entre le Djibouti et…

Le club Oméga, champion national de karaté

Le club OMEGA a été proclamé vainqueur de l’édition 2017…

Le colonel Barry en prison au Burkina Faso

Auguste Denise Barry, arrêté pour tentative de déstabilisation, a été…

Egypte : Deux coptes tués dans un magasin d'alcool

Dans une nouvelle attaque contre un magasin de boissons alcoolisées…

Aného, ville pilote de la technologie e-Civil

L’administration de la commune d’Aného renforce ses capacités dans le…

Mogho Naaba : "Prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique"

Le Mogho Naaba Baongho, chef suprême des Moose du Burkina…

Le FMI s'alarme d'une "dette insoutenable" et de la corruption…

Le Fonds monétaire international (FMI) s'est alarmé du poids d'une…

Sénégal : Un observatoire des tarifs des opérateurs de téléphonie envisagée

Au Sénégal la création d’un observatoire des tarifs des opérateurs…

1,3 million d'armes illégales introduites au Ghana : inquiétant, selon l’ONU

Il est estimé une inquiétante quantité d’armes introduites clandestinement au…

Togo: la Coalition de l'opposition fait son bilan

Le regroupement des 14 partis de l'opposition politique au Togo,…

Togolaises, togolais, restons vigilants et déterminés face à l'opération de…

Une Réflexion de Wala Kperkouma La sortie de notre président Faure…

Médiation de la crise togolaise: Nul ne peut être joueur…

Une réflexion du Prof Ayayi Togoata APEDO-AMAH, Ecrivain, Enseignant-Chercheur Quelques personnes…

Jean –Luc Yacoubi Tchatchibara , un grand nom qui quitte…

Il était une référence dans la presse togolaise, Jean-Luc Yacoubi…

Uemoa : vers l’adoption d’une monnaie commune de la Cedeao

Les Etats membres de l’UEMOA sont en voie d’abandonner le…

Marche de soutien au Togo: la police ghanéenne arrête des…

Entre 12 et 18 manifestants ont été arrêtés, alors qu'ils…

Médias en Guinée : Les autorités ferment quatre Stations Radios

Les observateurs voient comme une continuité des hostilités à l’égard…

Football : le gardien Bassa Djéri entame une carrière professionnelle

Le gardien international togolais, Bassa Djeri Sabirou a paraphé en…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Afrique du Sud : Des affiches  nazies pour un suprémacisme blanc dans une université

Des affiches inspirées de la propagande nazie  pour une suprématie de la race blanche ont provoqué un scandale à l’université de Stellenbosch, Afrique du Sud.

L’apartheid politique est peut-être terminé, mais pas dans les cœurs ni dans les esprits. Phénomène assez normal : le racisme nait dans le cocon familial, ou des parents attisent doucement les tisons de la haine de l’autre, du mépris de classe. Non content d’avoir le pouvoir économique, une partie de la minorité garde des réminiscences du passé récent de l’Afrique du Sud et son système de développement séparé basé sur la supériorité de la race blanche.

Des affiches inspirées d’images nazies ont provoqué un tollé dans une université sud-africaine, révèle notre confrère Le Monde. Ces affiches dont on parle sont apparues sur des panneaux de l’Université de Stellenbosch, près du Cap, mardi dernier. Elles montrent  un jeune homme et une femme blonds dans des poses directement inspirées de la propagande nazie. Les instigateurs appelaient à une réunion d’étudiants « anglo-afrikaner », c’est-à-dire issus de la minorité afrikaner et anglo-saxonne.

 « Ces affiches promouvant une polarisation et une supériorité raciale, avec des références à la propagande nazie, sont absolument inacceptables », a réagi l’université, rappelant « l’égalité naturelle des êtres humains ».

Chassez le naturel, il revient au galop

L’apparition de ces affiches quoique scandaleuses ne sont surprenantes. Au temps de l’apartheid, l’université de Stellenbosch constituait le foyer intellectuel de la minorité blanche afrikaner, celle qui a porté l’idéologie du racisme d’Etat.

Et en dépit de la disparition officielle de l’apartheid, les pratiques du passé persistent toujours dans cette université. Des étudiants ont mené des campagnes pour l’abolition de l’enseignement en afrikaans et son remplacement par l’anglais. L’afrikaans est la langue de l’oppresseur blanc, et les étudiants noirs plus à l’aise en anglais se sentent désavantagés par les étudiants Afrikaners dont c’est la langue maternelle.

L’Afrique du Sud a neuf langues officielles, mais l’enseignement est surtout dispensé en anglais et en afrikaans.  Contrairement à certaines universités blanches, il n’y a quasiment pas d’université africaine enseignant dans les langues africaines, telles que le Xhosa ou le zulu par exemple.

Le 21 mars 1960, à Shapperville, des douzaines d’élèves ont été massacrés par la police sud-africaine parce qu’ils refusaient l’afrikaans comme langue d’enseignement au lieu de l’anglais. L’afrikaans était la langue officielle du régime ségrégationniste de l’apartheid de 1948 à 1994.

Une société raciste dans toutes ses composantes en Afrique du Sud  ?

Les responsables politiques savaient que le racisme disparaîtrait difficilement d’une société qui a été profondément meurtrie par le racisme d’Etat institué. Cependant, la persistance des pratiques d’apartheid au sein d’institutions sensées incarner le multiculturalisme  de  la nouvelle Afrique du Sud reste déroutante.

Selon notre confrère Le Monde, en mars dernier, un foyer pour étudiants de l’Université de Pretoria s’était défendu d’accusations de racisme pour sa politique de n’héberger que des Blancs parlant afrikaans. Les étudiants qui logent au De Goede Hoop Koshuis (« La résidence de bonne espérance »), doivent être chrétiens et parler obligatoirement afrikaans.

En filigrane, l’apartheid a laissé une société décomposée, malade, raciste au fond, qu’il s’agisse des Blancs ou des Noirs. Il laisse une société xénophobe et raciste. La xénophobie des Sud-Africains, expression des violences récurrentes et  lynchages des Subsahariens n’est-elle pas le reflet inconscient de plusieurs décennies d’humiliation ?

 

 

998 Vues totales 1 Vues ce jour
(Visited 360 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter