L’actualité vue par Le Temps du Togo

Tchad : des gendarmes tirent sur un avocat, les magistrats protestent

Les magistrats de Doba (sud du Tchad) ont fermé leur…

Merzoug Touati, blogueur algérien condamné à 10 ans de prison

Merzoug Touati, un blogueur algérien ayant publié sur internet un…

RDC : Un prêtre catholique contaminé par le virus Ebola

Un prêtre catholique a été placé en quarantaine après avoir…

CEDEAO : A la recherche des juges pour sa Cour de…

Le conseil judiciaire de la CEDEAO recrute les juges de…

Le Togo à l’exposition internationale d’import de Shangaï

Une réunion exposition internationale d’import est prévue pour se tenir…

Le Zimbabwe candidat pour réintégrer le Commonwealth

Le Zimbabwe tente de mettre fin à son isolement sur…

Fin de pagaille dans le secteur immobilier au Bénin

Le secteur immobilier au Bénin se recadre. Le Parlement fixe…

L’Eglise Chilienne : tous les évêques démissionnent devant le Pape

L’Eglise Chilienne est entachée de scandales de pédophilie. En concertation…

WARCIP: Accroître l’économie numérique avec la Banque Mondiale

La Banque Mondiale alloue un financement supplémentaire à l’Etat du…

Les femmes, l’insécurité foncière et la saisine de la justice

Face à l’insécurité foncière et les éprouvantes difficultés des femmes…

Deux journalistes belges interdits d'entrer à Kinshasa

Deux journalistes de nationalité belge accusés de détenir des "visas…

Soudan : Flagellée pour s’être mariée sans le consentement du père

Un commissariat de police au Soudan a donné 75 coups…

L’EEPT : L’Eglise presbytérienne élit son nouveau modérateur

L’édition 74 du Synode de l’EEPT a élu son nouveau…

L’interopérabilité des services financiers sur mobile opérationnel au Ghana

L’interopérabilité des services financiers sur mobile est enfin une réalité…

Les biens et luxe de Yahya Jammeh bientôt en vente

Le gouvernement gambien est acculé par les dettes publiquues. Il…

L’ESMC et sa contribution à la production commune

Les règles de l'innovation de l’ESMC au cœur d’une formation…

Enseignement primaire et secondaire gratuit en Sierra Leone

Le nouveau président Sierra Leonais honore sa promesse de campagne :…

Soudan : Peine de mort pour une adolescente victime de viol

Amnesty International fustige la condamnation à mort par un tribunal…

Dévaluation du FCFA CEMAC pas totalement écartée, selon la COFACE

Le risque d’une prochaine dévaluation du franc CFA de la…

Gambie : La Cour suprême invalide des atteintes aux libertés

La Cour suprême de Gambie a invalidé mercredi plusieurs lois…

L’OIF accompagne jeunes et femmes par l’incubateur Libres Ensemble

L’OIF inaugure son incubateur Libres Ensemble à Lomé, une plateforme…

La Zambie fait la chasse aux étudiantes "à moitié nues"

La Zambie ne donne pas de l’espace aux violeurs des…

Guinée: Importateurs de matériels TIC appelés à promouvoir la qualité

L’Autorité guinéenne de régulation des postes et télécommunications somme les…

Un million d’Africains meurent de pollution de l’air chaque année

La pollution de l'air est responsable de près d'un million…

Burundi : Les radios BBC et VOA suspendues pour six mois

L'autorité des médias du Burundi a annoncé vendredi la suspension…

Le Sénégal va revaloriser son SMIG à partir de juin

Depuis 1996, le Sénégal n’a pu changer son SMIG. A…

Deux pilotes français volent au secours des migrants

Deux pilotes français consacrent leurs économies à l'achat d'un avion…

Bruxelles et Kinshasa : La Belgique sans ambassadeur en RDC

La Belgique affirme qu'elle n'est plus représentée par un ambassadeur…

Neymar arrivera "bien préparé" à la Coupe du monde

Neymar "travaille dur" pour se remettre de la blessure qui…

Mondial/Russie : Zlatan Ibrahimovic sera au Mondial pour…

Zlatan Ibrahimovic a renoncé à faire son retour en équipe…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Afrique du Sud : Des affiches  nazies pour un suprémacisme blanc dans une université

Des affiches inspirées de la propagande nazie  pour une suprématie de la race blanche ont provoqué un scandale à l’université de Stellenbosch, Afrique du Sud.

L’apartheid politique est peut-être terminé, mais pas dans les cœurs ni dans les esprits. Phénomène assez normal : le racisme nait dans le cocon familial, ou des parents attisent doucement les tisons de la haine de l’autre, du mépris de classe. Non content d’avoir le pouvoir économique, une partie de la minorité garde des réminiscences du passé récent de l’Afrique du Sud et son système de développement séparé basé sur la supériorité de la race blanche.

Des affiches inspirées d’images nazies ont provoqué un tollé dans une université sud-africaine, révèle notre confrère Le Monde. Ces affiches dont on parle sont apparues sur des panneaux de l’Université de Stellenbosch, près du Cap, mardi dernier. Elles montrent  un jeune homme et une femme blonds dans des poses directement inspirées de la propagande nazie. Les instigateurs appelaient à une réunion d’étudiants « anglo-afrikaner », c’est-à-dire issus de la minorité afrikaner et anglo-saxonne.

 « Ces affiches promouvant une polarisation et une supériorité raciale, avec des références à la propagande nazie, sont absolument inacceptables », a réagi l’université, rappelant « l’égalité naturelle des êtres humains ».

Chassez le naturel, il revient au galop

L’apparition de ces affiches quoique scandaleuses ne sont surprenantes. Au temps de l’apartheid, l’université de Stellenbosch constituait le foyer intellectuel de la minorité blanche afrikaner, celle qui a porté l’idéologie du racisme d’Etat.

Et en dépit de la disparition officielle de l’apartheid, les pratiques du passé persistent toujours dans cette université. Des étudiants ont mené des campagnes pour l’abolition de l’enseignement en afrikaans et son remplacement par l’anglais. L’afrikaans est la langue de l’oppresseur blanc, et les étudiants noirs plus à l’aise en anglais se sentent désavantagés par les étudiants Afrikaners dont c’est la langue maternelle.

L’Afrique du Sud a neuf langues officielles, mais l’enseignement est surtout dispensé en anglais et en afrikaans.  Contrairement à certaines universités blanches, il n’y a quasiment pas d’université africaine enseignant dans les langues africaines, telles que le Xhosa ou le zulu par exemple.

Le 21 mars 1960, à Shapperville, des douzaines d’élèves ont été massacrés par la police sud-africaine parce qu’ils refusaient l’afrikaans comme langue d’enseignement au lieu de l’anglais. L’afrikaans était la langue officielle du régime ségrégationniste de l’apartheid de 1948 à 1994.

Une société raciste dans toutes ses composantes en Afrique du Sud  ?

Les responsables politiques savaient que le racisme disparaîtrait difficilement d’une société qui a été profondément meurtrie par le racisme d’Etat institué. Cependant, la persistance des pratiques d’apartheid au sein d’institutions sensées incarner le multiculturalisme  de  la nouvelle Afrique du Sud reste déroutante.

Selon notre confrère Le Monde, en mars dernier, un foyer pour étudiants de l’Université de Pretoria s’était défendu d’accusations de racisme pour sa politique de n’héberger que des Blancs parlant afrikaans. Les étudiants qui logent au De Goede Hoop Koshuis (« La résidence de bonne espérance »), doivent être chrétiens et parler obligatoirement afrikaans.

En filigrane, l’apartheid a laissé une société décomposée, malade, raciste au fond, qu’il s’agisse des Blancs ou des Noirs. Il laisse une société xénophobe et raciste. La xénophobie des Sud-Africains, expression des violences récurrentes et  lynchages des Subsahariens n’est-elle pas le reflet inconscient de plusieurs décennies d’humiliation ?

 

 

1252 Vues totales 5 Vues ce jour
(Visited 368 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter