L’actualité vue par Le Temps du Togo

Ecotourisme : pirogues modernes pour surveiller les mangroves

La coopération GIZ et une coopérative de solidarité ont conclu…

Libre circulation: Rackets, prélèvements illicites aux postes frontaliers du Togo

Un rapport d’une ONG révèle des pratiques anormales aux postes…

Casques bleus Minusma : un soldat togolais perd la vie

Plusieurs casques bleus togolais ont déjà perdu la vie pour…

La création d’une monnaie unique de la Cedeao reportée à…

Pas de monnaie unique de la Cedeao en 2020. L’information…

El hadj Kantoutib YANDJA préside Foadan Football Club de Dapaong

Foadan, club de football de première division du Togo prépare…

Mise en œuvre politiques UEMOA: Avancée mitigée du Togo

L’espace UEMOA organise une revue annuelle où chaque pays évalue…

Kpalimé: Comprendre et expliquer l’importance des taxes dans une commune

Kpalimé et d’autres villes pilotes sont en voie d’expérimentation des…

CAN 2019 : Paul Biya s'implique dans l'accélération de construction

Le Président camerounais, Paul Biya s’implique dans l’avancement de préparation…

Marseille : des témoins assistent à un viol en pleine…

Trois amies qui célébraient leurs retrouvailles à la terrasse d’un…

CAN 2019 : Issa Hayatou répond à son successeur Ahmad

L'ancien président de la CAF, Issa Hayatou rumine à peine…

CEMAC : La forte baisse des réserves de change menace le…

Le FCFA menacé de dévaluation. Le FMI confirme les inquiétudes…

Le journaliste américain Garry Iwele interdit de quitter la RDC

Le journaliste indépendant Garry Iwele, basé à Washington, interpellé puis…

Des inspections pédagogiques célèbrent la citoyenneté par des saynètes

Des inspections pédagogiques ont accueilli un festival en cette fin…

Olusegun Obasanjo présente son livre «l’Afrique en marche»

L’écriture est devenue l’une des passions de l’ancien président nigérian,…

Togo recrute Directeur Général pour réguler l'ARCEP

Le Togo dit vouloir nouer avec les principes modernes de…

La CAF rejette les réserves du Togo contre le Bénin

La CAF a rejeté les réserves portées par le Togo…

Environnement : Les communautés Wadagni s’organisent autour de leurs forêts

Les vastes terres de Wadagni étaient prisées du fait de…

L’année scolaire se termine au collège militaire Eyadéma de Tchitchao

Tout se passe en beauté en cette fin d’année pour…

L'académie Kabiyè réactualise ses textes

Les membres de l’académie de langue nationale Kabiyè ont tenu…

Zones minières : nécessité d’un dialogue autour des droits des communautés

Le 25 juillet à Vogan le «dialogue des parties prenantes…

Qualification CHAN : Des réserves dans la double confrontation Togo-Bénin

Le Togo et le Bénin ont joué pour la qualification…

La vingtième promotion EFOFAT accède aux grades de sous-lieutenants

L’Ecole de Formation des Officiers des Forces Armées Togolaises (EFOFAT)…

Quarante entraîneurs togolais en quête de la licence B-CAF

Quarante entraîneurs de football du Togo sont en stage pour…

Les Akposso ont leur concours/festival de danses traditionnelles

Une première édition du festival de danses traditionnelles s'est déroulé…

Le FMI pourrait délocaliser en Chine dans dix ans

Selon la patronne du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde, le…

Transport taxi : Le Caire, mégapole la moins chère au monde

Quelles sont les villes où le Taxi coûte le plus…

Elle trouve la mort dans un conflit foncier dans l’Akébou

Mme Tchando Bêta contribuait au revenu de la famille par…

Bassar: Un ponceau réaménagé et réceptionné sur la piste Dimori-Bikpadjabe

Bassar enregistre le désenclavement de deux localités naguère reliées par…

Rd Congo: sanctions envisagées pour les compagnies minières

La banque centrale de la RDC ne va pas du…

Les Etats-Unis opposés au siège de la RDC au Conseil…

Un siège pour la RDC au conseil des droits de…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Tribune: Éviter une nouvelle crise politique désastreuse au Togo

Au Togo, la démocratie serait impossible: verrouillage des institutions au profit du pouvoir UNIR, débilité de l’opposition, inorganisation de la société. Mais la colère sous-jacente de la misère crasse du peuple pourrait déboucher sur une nouvelle crise politique « désastreuse ». C’est l’analyse du Togolais Dany Ayida, représentant de l’Institut national démocratique pour les affaires internationales (NDI) en RDC. Lisez plutôt.

Les constats et impressions que je partage ici sont issus de ma récente mission d’information et de contact au Togo, entre le 28 Avril et le 03 Mai 2017. En ma double qualité de citoyen togolais et collaborateur d’une organisation internationale d’appui aux processus démocratiques, j’ai eu l’opportunité d’échanger sur la situation politique du pays, avec des personnalités haut placées, tant dans la classe politique qu’au sein des institutions religieuses du corps diplomatique accrédité au Togo qu’au niveau des organisations de la société civile.

(Puisque j’ai publiquement annoncé ce voyage à mes amis de par le monde, j’ai le devoir d’en partager quelques conclusions. Je respecte néanmoins un devoir de réserve, quant à la teneur des discussions spécifiques et l’identité des personnalités qui m’ont fait le privilège de me rencontrer à Lomé et à l’intérieur du pays. Mon rapport de mission a été adressé à qui de droit.)

Le Togo s’achemine dangereusement vers de nouvelles élections ; alors que les réformes politiques préconisées de longue date et mille fois rappelées n’ont pas connu un commencement d’exécution. Les positions des protagonistes semblent inconciliables et les ingrédients sont réunis pour que le pays sombre dans un conflit que les principaux acteurs ont malheureusement du mal à appréhender.

Voici mes principaux constats :

  • Le président Faure Gnassingbé et son parti UNIR ont engagé des initiatives pour des réformes dont aussi bien la démarche technique et politique que les résultats ne peuvent que leur être favorables ;
  • Il existe au sein du pouvoir, une forte résistance aux réformes constitutionnelles et institutionnelles susceptibles de déboucher sur une alternance à la tête du pays ;
  • L’opposition politique est très affaiblie : elle n’a ni les moyens ni la stratégie pour établir des rapports de forces en vue d’exiger et obtenir des réformes à l’Assemblée nationale et encore moins par la pression populaire ;
  • La société civile nationale n’est pas suffisamment active sur la question des réformes politiques ; ses positions sont inaudibles/invisibles et ses capacités d’action sont trop limitées ;
  • L’Eglise catholique du Togo, à travers ses Évêques a pris une option sérieuse en rappelant constamment les acteurs politiques et le peuple togolais à leur responsabilité, et en interpelant quant aux risques de détérioration de la situation sociopolitique, si les processus de réformes et de la réconciliation nationale échouent.

Au regard de ces constats, il y a lieu d’en appeler à l’intelligence des Togolais, au pays et à l’étranger, en vue d’œuvrer dans l’urgence pour ramener la classe politique à la raison. Nous avons assez d’éléments pour affirmer que la situation économique désastreuse dans le pays, l’inconséquence de la classe politique dirigeante et d’opposition et la désaffection générale visible au sein des populations, sont des indicateurs suffisants d’une descente aux enfers, si des consultations électorales sont organisées dans ces conditions.

Nous en appelons au Président de la République, aux responsables de l’Opposition, à la Conférence des Evêques du Togo, aux organisations consciencieuses de la société civile nationale, aux Togolais de l’Etranger pour :

  • Ouvrir des négociations sur la réforme de la constitution et la révision des normes relatives aux institutions en charge des élections ;
  • Adopter des mécanismes consensuels pour l’organisation des élections locales et législatives en 2018 ;
  • Convenir des modalités pour le soutien des Forces de défense et de sécurité au processus politique en vue d’une véritable gouvernance démocratique au Togo
  • Impliquer les Togolais de l’étranger pour leur participation effective dans la nouvelle dynamique politique ;
  • Adopter un Pacte social et politique, pour une gouvernance démocratique apaisée au Togo.

Il ne coûterait pas tant pour une paix des braves en vue de faire avancer la cause commune de la démocratie sur la Terre de nos Aïeux, que des séquelles graves d’une prochaine crise violente dont nos populations seront les victimes expiatoires. Il est plus que temps que notre pays change en profondeur et dans la vérité.

Que Dieu bénisse le Togo !

Dany Ayida, Citoyen Togolais

Expert en gouvernance et développement international

(www.danyayida.com)

518 Vues totales 1 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter