L’actualité vue par Le Temps du Togo

Kossi Dzodji: Mendiant le jour mais braqueur la nuit

La police a localisé et maîtrisé un groupe de malfrats…

Maurice sacrée championne de la cybersécurité en Afrique

Sixième mondial selon l'Union internationale des télécommunications, l’île Maurice est…

« Génération 2030 » : prime aux projets des jeunes sur…

Le Togo a profité de la commémoration de l’édition 2017…

Sénégal : Sept ans de débat autour du code de la…

Les associations de presse du Sénégal ont appris que l'Assemblée…

Vers l’utilisation des fours solaires pour remplacer le charbon de…

En quinze jours une cinquantaine de menuisiers artisans de la…

Réalisation prochaine d’un film documentaire sur les danses traditionnelles

Un film documentaire autour des danses traditionnelles du centre du…

Des organismes à but non lucratif aux organisations terroristes

Des experts de la sous-région et partenaires discutent de l’utilisation…

Le pape menace des prêtres nigérians de destitution

Le pape François a lancé un ultimatum de 30 jours…

Kinshasa et Brazzaville enfin interconnectées par fibre optique

La liaison fibre optique entre Kinshasa et Brazza est finalisée.…

L’ATBEF pour la prise en charge des femmes enceintes séropositives

L’Association togolaise pour le bien-être familial (ATBEF) lance la lutte…

Notsè célèbre l’éleveur et les produits locaux

«Elevage et Solidarité des Familles au Togo» organise chaque année…

Promotion élevage : de la volaille hybride aux éleveurs de la…

Trente éleveurs dont treize femmes de villages pilotes de la…

Les ministres togolais à l’école des conditions de financements de…

Les conditions d’accès aux financements de l’IDA, souvent mal maîtrisées,…

Mesures préventives pour la sauvegarde de l’environnement et produits halieutiques

Afin de dynamiser le système lagunaire et sa filière poisson,…

Le Togo attribue deux nouvelles licences à des fournisseurs d’accès internet

Par le biais du Ministère des Postes et de l’Economie…

Des professionnels en communication recyclés en journalisme d’investigation

Le Centre de Formation et de Recyclage en Communication vient…

Le Bénin et African Parks ressuscitent le Parc de la Pendjari

Au Bénin, le gouvernement a signé un accord de partenariat…

Inclure la lutte anti-tabac dans les politiques nationales

Il existe au Togo plus de fumeurs dans les zones…

Kara célèbre la journée de la courtoisie sur la route

La ville de Kara se fait doter d'un radar pédagogique…

« Demain pour l’Afrique » au secours de l’orphelinat d’Abalo-Condji

L’association « Demain pour l’Afrique » vient vers le sud…

Unesco: Le Togolais Blim Adoté Blivi représentant du Togo…

Le géomorphologue Blim Adoté Blivi a été élu expert membre…

Football : La FTF suspend Maranatha FC et Gbikinti FC en…

La Fédération togolaise a suspendu depuis ce 30 mai Maranatha…

Média : Le Conapp, la presse proche du pouvoir en assemblée…

Le Bureau Exécutif du Conseil National des Patrons de Presse…

Justice : Les greffiers du Togo poursuivent la grève cette semaine

Les greffiers du Togo ont  repris une grève de trois…

Phosphates : Menace de grève à la SNPT du 6 au…

Le personnel de la Société nouvelle des phosphates du Togo…

Le GF2D appuie les femmes pour un développement local maîtrisé

Le GF2D encourage les femmes à émerger dans les instances…

Pour la CNDH la détention provisoire compromet la présomption d’innocence

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et le…

RDC : Neuf officiels impliqués dans les violences au Kasaï…

Des responsables politiques et hauts-fonctionnaires impliqués dans les violences dans…

A paraître : "Lungi, le récit d’une tragédie", par Pierre Attiogbe

Le journaliste Pierre Attiogbe relate dans un livre à paraître…

Société civile : L’Université de Lomé rendra hommage cette après-midi à…

L’Université de Lomé, la délégation de l’Union Européenne et le…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Arts: Une alliance de Faure Gnassingbe et des artistes togolais

Faure Gnassingbe a inauguré le 28 avril dernier des fresques de dix artistes togolais de renom qui s’étendent de l’aéroport au Carrefour de Bè Amoutiévé.

Historique. Des fresques  s’étendant sur  plusieurs kilomètres couvrent les murs de la capitale Lomé allant de l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema au Carrefour Amoutivé en passant par la Colombe de la Paix.

Aussi le chef de l’Etat a-t-il assisté hier 28 avril au vernissage des fresques murales à l’aéroport Gnassingbé Eyadema de Lomé.  Ces peintures murales sont partie d’un ensemble de travaux de dix artistes togolais parmi lesquels  Kossi Assou, Sokey Edorh, Emmanuel Sogbadji, Jimmy Hope, Eric Wonanu.

Les œuvres se déclinent sur le thème de la paix et convoquent les Togolais et le public à  s’interroger sur ses ressorts.

Les titres des œuvres drainent ces idées-là : « La paix t’accueille » ; « Bâtissons la cité » ; « Les faiseurs de paix sont braves » ; « La poignée de main pacifique » ; « L’union fait la force » ou encore les « Méandres de arts pour la paix ».

Le plasticien Eric Wonanu, auteur d’une fresque titrée « Les faiseurs de paix sont braves » explique : « Les mots PAIX et BRAVES sont mis en exergue. Symboliquement, la paix est dans une marmite. Elle mijote. Pour dire que la paix n’est ni une évidence, ni une facilité. Pour être pleine et entière, elle nécessite du temps, du courage et de la patience. Et il faut être brave pour agir dans le sens de la paix ».

Ces travaux d’arts participent de l’esthétique d’une capitale nullement réputée pour ses qualités artistiques. Si quelques œuvres du peintre Paul Ahyi pavent  admirablement quelques bâtiments  publics à Lomé, celles des autres artistes sont rares voire inexistantes.

Certes depuis Faure Gnassingbe, des artistes ont fait des bustes assez détestables des grands hommes du Togo ainsi que des oeuvres de qualités hissées dans les allées de la présidence de République.  Mais l’Etat du Togo au temps d’Eyadema commandait très peu d’œuvres auprès des artistes locaux. Eyadema, un militaire ignorant n’entravait que couic en Beaux-Arts et donnait sa priorité aux métiers des armes. Son fils s’illustre autrement.

 

Alliance des artistes et du pouvoir togolais

L’un des artistes a déclaré que ces fresques témoignent de la vitalité et du dynamisme de la politique culturelle de Faure Gnassingbé, que cette dernière va dans le bon sens.

De même le ministre des Arts et de la Culture, Guy Madjé Lorenzo, a abondé dans le même sens en déclarant que cela va de  la « vision » de Faure Gnassingbé  « en matière culturelle, celle de construire une nation unie, sur un socle culturel diversifié et réhabilité ».  Et de son souhait « de faire de notre capitale un fleuron de la création artistique contemporaine », a-t-il ajouté.

Néanmoins, on ne peut manquer de souligner le contexte de production de ces œuvres, celui d’un pays dirigé par un dictateur d’opérette qui a à son actif plus 400 à 500 morts, régente un pays grâce à des élections controversées et le soutien d’une armée clanique et tribale.

Il a fait échouer toutes les réformes devant déboucher sur une transition démocratique, et par des tours de passe passe juridico-politiques manœuvre à perpétuer un pouvoir familial qui dure depuis 50 ans. Ce n’est donc pas d’un grand démocrate et pas forcément un ami de la paix auquel s’acoquinent les artistes, togolais.

Faure Gnassingbé s’est acheté la paix sur le front artistique en finaçant grassement ou en faisant payer par l’Etat des oeuvres d’artistes togolais. Un Fonds d’aide à la culture (FAC)  de 360 millions- une broutille- a même été institué et distribué comme de petits pains, un émollient pour colmater les plaies béantes de la misère des artistes.

En travaillant à l’instigation de Faure Gnassingbé et sur le thème choisi de la paix, les artistes ont-ils oeuvré en toute liberté ?

On peut en douter. Dans ces conditions, il est difficile de croire que leurs oeuvres restent à la postérité.

Photo de famille (au centre Faure Gnassingbé entouré de ces dignitaires et des artistes)

Artistes et pouvoir politique  ?

Dans son dernier roman, Le Soleil sans se brûler, le romancier togolais Théo Ananissoh met en exergue la place de l’écrivain africain dans le monde. Il évoque la situation de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi et  du professeur Amelavi Amela, agrégé des lettres classiques. Les deux artistes furent compromis à leur corps défendant par le pouvoir politique.

Il serait dommage que pour des postures et des raisons obscures, des artistes prospères jusqu’à présent de façon indépendante grâce à leurs propres talents, et qui ne mmanquent certainement pas de discernement en ce qui concerne la situation sociopolitique togolaise, fassent une union avec le pouvoir des Gnassingbé.

On ne peut pas confondre le siècle de Louis XIV et celui de Faure Gnassingbé.

 

550 Vues totales 4 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter