RDC : Des proches de Joseph Kabila impliqués dans un scandale de trafic de passeports

Selon Reuters révèle un scandale de corruption dans le marché des passeports dans lequel les principaux bénéficiaires sontdes proches du président Kabila.

République démocratique du Congo : pays des paradoxes. Scandale géologique où la population croupit dans une misère crasse, meurt génocidée pour ces mines du diable. Pays à corruption endémique où les dirigeants politiques sont des multimillionnaires en dollars. Vaste pays où voyager coûte cher. A commencer par le passeport, parmi les plus chers au monde.

Selon l’agence Reuters, dans le cadre d’un marché du passeport biométrique, des proches du président Joseph Kabila tondent tout simplement la laine sur le dos des citoyens. Sur un passeport coûtant 185 dollars américains, seuls 65 dollars sont retournés à l’Etat, le reste s’évapore dans les poches de la galaxie Kabila. Et ce, depuis 2015.

«Le passeport est parmi les plus chers au monde, ce qui coûte à chaque demandeur congolais 185 $ (…) Pourtant, selon les documents examinés par Reuters, le gouvernement congolais recevra seulement 65 $ de chaque passeport. Au lieu de cela, la majeure partie de l’argent ira à Semlex, une société basée en Belgique qui produit les documents de voyage et une petite entreprise dans le Golfe », renseigne-t-elle.

A cause de l’implication d’une société belge, les autorités judiciaires du royaume se sont autosaisies dès le début de l’année 2017. Par contre son homologue congolaise reste dans un mutisme sépulcral. Malgré les protestations de l’opposition, les juges sont atones. Le président Kabila et son tout nouveau Premier ministre Bruno Tsibala vaquent allègrement à leurs occupations. Circulez, il n’y a rien à signaler ! Même pas un petit communiqué pour démentir les faits.

Le scandale en Afrique ce n’est pas vraiment un déficit démocratique, c’est ce système féodal dans une République qui fait des citoyens les sujets des princes semi-analphabètes.

 

Avatar
A propos Komi Dovlovi 835 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire