Recul prix du cacao : la Côte-d’Ivoire réduit ses dépenses publiques

Champ de cacaoyer

La réduction des dépenses publiques est de l’ordre de 10% afin de compenses les conséquences liées à la baisse du prix du cacao. Pilule amère Côte-d’ivoire.

Le gouvernement de la Côte d’Ivoire a annoncé, jeudi qu’il va procéder à la réduction de ses dépenses budgétaires au titre de l’exercice 2017 de 10%, en raison de la baisse des prix mondiaux du cacao.

Cette décision qui a été envisagée début avril, lors de la visite d’une délégation du Fonds monétaire international (FMI), touchera plusieurs secteurs de l’économie du premier producteur mondial de cacao. Les lignes budgétaires consacrées à l’investissement seront réduites de 10% soit 200 milliards de FCFA.

«À l’exclusion des salaires, nous avons été obligés de réduire les dépenses de 10%. Tous les ministères vous diront que leurs budgets ont été réduits de 5 à 10%.», a dit le président ivoirien, Alassane Ouattara dans des propos repris par Reuters. Le pays subit actuellement une pression budgétaire sans précédent, due à la chute des prix du cacao, aux concessions non prévues par le budget accordées aux fonctionnaires et les paiements versés aux soldats mutins depuis février 2017.

Le FMI indique qu’une hausse de 1% dans les recettes d’exportation de cacao qui représentent 20% des exportations globales de la Côte d’Ivoire pourrait conduire à un impact de 0,63 % sur les dépenses publiques.

Le géant de l’UEMOA s’attend à recevoir dans le cadre de deux accords triennaux au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du Mécanisme élargi de crédit (MEC), plus de 659 millions $. Il entrevoit aussi aller sur le marché international de la dette pour financer les réformes politiques et économiques entamées depuis la crise de 2011.

Le Temps avec Agence Ecofin

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article