L’actualité vue par Le Temps du Togo

Sénégal: Le groupe de presse Wal Fadjjri perd son fondateur

L’un des pionniers de la presse privée Sénégalaise, patron du…

Tennis : Nouvelles courts pour encourager la pratique de la discipline

Deux courts de tennis ainsi que des bâtiments administratifs et…

ONMT: Tous les médecins ne sont pas inscrits à l’ordre

L’Ordre national des médecins, ONMT, a organisé ses premières journées…

Un journaliste rwandais accusé de "terrorisme"

Un journaliste rwandais, pigiste pour le service local de la…

Eduquer à la paix par le dialogue inter religieux

Des acteurs communautaires ont échangé le 26 novembre à Sokodé…

Nigeria : Des programmes pour former les détenus dans les prisons

Les autorités des Services pénitentiaires au Nigéria (NPS) tentent de…

Le diocèse de Dapaong consacre trois nouveaux prêtres

Trois diacres du diocèse de Dapaong ont été ordonnés prêtres.…

Centrafrique : Un prêtre retrouvé calciné après les combats à Alindao

"On a retrouvé son corps, calciné", a déclaré l'abbé Mathieu…

Les pharmaciens mobilisés contre l’usage excessif des antibiotiques

Les pharmaciens célèbrent leur semaine au Togo. Pour cette nouvelle…

Ouganda : Onze écoliers meurent dans l'incendie de leurs dortoirs

Onze jeunes garçons Ougandais ont été tués et 20 grièvement…

Il guettait les proches des patients pour voler leurs motos

Voleur de motos? Un présumé avait sa tactique unique pour…

Togo/Bénin : Négociation pour la délimitation de la frontière maritime

Le Togo et le Bénin négocient la délimitation consensuelle de…

Cameron : Libération de la journaliste anglophone Mimi Mefo

La journaliste anglophone camerounaise, Mimi Mefo, a été libérée samedi…

Tchad : Un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

L'époux de la jeune Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée…

eSwatini : La fille du roi, ministre de l'Information du royaume

La fille du roi Mswati III de l'eSwatini, ancien Swaziland,…

Mobilisation pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées

L’Etat togolais mobilise ses partenaires pour la mise en œuvre…

Le Togo accueille un colloque international sur les plantes médicinales

Lomé abritera en décembre un colloque international sur les plantes…

Etude : Des chiens capables de diagnostiquer le paludisme

Des chiens spécialement formés pourraient diagnostiquer le paludisme en flairant…

Niels Högel, «l'infirmier du diable» accusé d'une centaine de meurtres

«Le pire meurtrier d'Allemagne depuis Hitler», «l'infirmier du diable», «le…

Tanzanie : Dar es Salaam appelle à dénoncer les homosexuels

Le gouverneur de Dar es Salaam et environs est en…

Guinée-équatoriale : Alfredo Okenve, a été arrêté et "roué de coups"

Un défenseur des droits humains équato-guinéen, Alfredo Okenve a été…

Gabon : la mouvance Anonymous a attaqué les sites officiels

Des hackers de la mouvance Anonymous ont revendiqué les attaques…

Indonésie : Un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase…

Un appareil de la compagnie Lion Air a disparu des radars…

Liberia : Weah annonce la gratuité pour le premier cycle universitaire

Le président du Liberia, GeorgeLe président Georges Weah vient d’annoncer…

François Jeronimo Amorin J., héros de la lutte indépendantiste disparaît.

François Jeronimo Amorin Joao compte parmi les ardents militants ayant…

Canal+ condamnée pour un "éloge appuyé" du Togo

La chaîne française Canal+ a été condamnée par le CSA,…

Le Maroc teste son projet de télémédecine en zone rurale

Le Maroc a lancé, le 22 octobre 2018, la phase…

Raila Odinga nommé haut représentant de l'Union africaine

L’Union africaine nomme l’opposant kényan, Raila Odinga haut représentant de…

Arrestation pour contrefaçon de la quinine en RDC 

Deux responsables d'un des plus grands laboratoires pharmaceutiques en RDC…

Ethiopie : au moins 120 clous extraits de l'estomac d'un patient

Des médecins d'un hôpital de la capitale éthiopienne ont extrait…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Mémoire : Une exposition sur la visite de Sylvanus Olympio aux Etats-Unis en 1962

L’Ambassade des USA au Togo et le HCRRUN organisent du 26 avril au 26 mai une exposition sur la visite de Sylvanus Olympio aux USA le 22 mars 1963.

L’exposition se situe dans le cadre de l’appui à la mise en œuvre du programme de réparations.  Conformément à sa recommandation 46, « la CVJR recommande qu’un hommage soit rendu à certaines personnalités disparues qui ont occupé des postes de responsabilité importants et rendu service à la nation togolaise … », selon le HCRRUN.

L’ambassadeur des Etats-Unis et le HCRRUN se sont mis d’accord pour l’organisation de cette exposition qui se déroulera du 26 avril au 26 mai. L’objectif de l’exposition est de rendre hommage au Président Sylvnus Olympio à,travers une visite historique à Washington.

Mémorable visite de Sylvanus Olympio

Historique. Le 22 mars 1962, le président Sylvanus Olympio est accueilli par John Fitzgerald Kennedy, le plus populaire des présidents américains au 20ème siècle. La visite restera dans les annales de l’histoire. Le Togo et une bonne partie d’Etats africains venaient d’accéder à la souveraineté nationale. Si en Afrique, la notoriété du président ghanéen Kwame Nkrumah, le chantre du panafricanisme romantique, est internationale, celle du Togolais dépasse également les frontières nationales. De tous les présidents africains, il n’y a que lui qui a cette stature d’un homme d’Etat hyperéduqué et un certain raffinement occidental.

Certes, il y avait Léopold Sedar Senghor, agrégé de grammaire et Kwame Nkrumah, sorti d’une université américaine, mais les autres dirigeants de l’époque étaient soit des instituteurs, soit des syndicalistes.

 Le président guinéen Sékou Touré dont le pays venait d’accéder à l’indépendance le 2 octobre 1958, fit sa première visite à l’étranger au Togo pour s’inspirer de la sagesse et la vision de l’Etat du président togolais. Un sens de l’Etat et une vision du développement que confirma l’essayiste français René Drumont dans L’Afrique noire est mal partie dans lequel il signifia que le Togolais était le seul à avoir un entendement de l’indépendance et du développement.

De par sa formation universitaire, Sylvanus Olympio n’a rien à envier aux dirigeants occidentaux. Diplomé  en économie de  la London School of Economics et en droit d’une Université de Vienne (Autriche), le père de l’indépendance togolais est un polyglotte maniant excellemment l’anglais, le français et l’allemand. Lors de sa brillante présentation à l’Onu du cas de la création d’un Etat Eweland, selon l’historien Atsutse Agbobli, le représentant des Etats-Unis s’exclama : quel est cet enfant de Noir qui parle anglais ainsi !

C’est donc un grand homme d’Etat qu’accueillit chez lui, JFK. Le jeune président américain venait de se rendre célèbre par son discours devant le Mur de Berlin, ce mur de la honte érigée par les Russes inquiets de la fuite des Allemands de l’Est vers l’Ouest florissante.

Visite stratégique

Cette visite auprès de la première puissance militaire et économique mondiale en pleine Guerre froide vaut son pesant d’or. Visiblement, en bon libéral, Sylvanus Olympio  fait le choix naturel du bloc occidental. Déjà en 1961, il a su habilement se défaire de la JUVENTO, aile gauchiste et marxisante, cheville ouvrière de l’indépendance du Togo, par l’adoption d’une  nouvelle constitution avec un régime présidentiel. Des élections générales feront du CUT un parti unique de fait et Olympio, le maître incontestable du pays.

Face à une France envahissante qui entend contrôler le destin de ses ex-colonies en dépit des indépendances, Sylvanus Olympio est en quête de protecteurs. Un mois après la visite à John Kennedy, il effectuera deux visites officielles en Allemagne en mai  et octobre 1962.

Selon l’historien Atsutse Agbobli, le président entend calquer le développement du Togo sur celui des Länders allemands. La création d’une monnaie nationale arrimée au Deutsche Mark serait aussi en vue pour une indépendance pleine et entière. En 1961, le pays achève le paiement de sa dette extérieure et dispose d’un budget équilibré pour négocier sans contrainte avec les partenaires au développement. Olympio ne pouvait alors que lancer le pays sur la voie du développement.

A quand l’accès aux archives américaines ?

Mais la France veille au grain. Le 13 janvier 1963, par l’entremise de la soldatesque coloniale, on assassina le président dans des circonstances encore non-élucidées.

Le président américain, qui sera assassiné dix mois plus tard le 23 novembre 1963 à Dallas, s’est ému de la mort de Sylvanus Olympio.

« L’assassinat tragique du Président Olympio est un coup porté au progès pour la stabilité des gouvernements en Afrique. C’est aussi une perte non seulement pour son propre pays, mais aussi pour tous ceux qui l’ont connu ici aux États-Unis. Sa visite, en mars 1962, a été utile pour accroître notre compréhension des problèmes de l’Afrique et de ses aspirations. Son rôle positif, en favorisant la coopération entre les pays anglophones et francophones a aidé à promouvoir la paix et le progrès en Afrique. Son jugement sage et ses qualités d’homme d’État seront regrettés par toutes les nations qui chérissent les valeurs humaines et les idéaux», écrit-il.

Tout en permettant cette exposition sur le voyage du président à Washington, l’ambassadeur David Gilmour ne peut faire oublier les interrogations légitimes des Togolais quant au rôle exact des Etats-Unis dans l’assassinat du président Sylvanus Olympio.

Ce dernier  s’était réfugié au sein de l’ambassade des Etats-Unis dans la nuit du 12 janvier 1963 de son assassinat. Comment s’était-il retrouvé dehors et lâchement assassiné le 13 par des militaires togolais sous ordre ? Que disent les achives américaines ?

Les Togolais aimeraient connaître leur trouble passé. L’accès aux archives du Département d’Etat pour une appréciation des notes  de l’ambassadeur américain  aux moments des faits pourrait apporter un important éclairage sur cette époque.

Plus de 50 ans après les événements, le département d’Etat américain doit aider les Togolais à voyager dans leur passé. Cette connaissance de leur histoire vaudra mieux que cette réconciliation teintée d’hyporcrisie entreprise par Faure Gnassingbé et le HCRRUN. Et ce, d’autant plus que pendant les audiences de la CVJR  dirigées par un prélat d’une église catholique émasculée, les Togolais n’ont rien appris de l’assassinat du père de l’indépendance.

 

2140 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 351 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter