Etude : boues de vidange des fèces comme fertilisants agricoles ?

Des chercheurs togolais confirment la possibilité de l’utilisation des boues de vidange comme fertilisants agricoles. Tests concluants sur le maïs.

Le Laboratoire de Microbiologie et de Contrôle de Qualité des Denrées Alimentaires (Lamicoda) de l’ESTBA de l’Université de Lomé (UL) a étudié la possibilité de la valorisation des boues de vidange au bénéfice du développement du secteur agricole. La ville test et bénéficiaire est la commune d’Aného.

Cette étude vient rassurer sur la fertilisation possible du sol à partir de fèces pour la culture du maïs et éventuellement les légumineuses à condition de prendre des précautions sur la durée de l’épandage et le temps de séchage en période ensoleillée.

Les techniciens du Lamicoda ont procédé par prélèvement, avant, pendant et après l’épandage des échantillons de sols, l’eau des puits ainsi que les récoltes dans la zone de test à Glidji. Des analyses microbiologiques et bactériologiques au procédé de dosage des éléments-trace (plomb, zinc, fer, cuivre, nickel, chrome…), il ressort une analyse physicochimique du sol concluante pour des paramètres agronomiques. Les tests réalisés ont été favorables et la quantification a permis d’identifier un tonnage de 55 m3 à l’hectare pour une production optimale de maïs.

Il est question maintenant de la vulgarisation de cette technique mais aussi de l’intensification des tests sur de nouvelles parcelles acquises afin de planifier pour confirmation de l’utilisation des boues de vidange comme fertilisants agricoles. Les recherches se poursuivent pour élargir l’éventail des produits agricoles (surtout les céréales) à cultiver avec la même technique.

Il est envisagé que la nouvelle trouvaille soit rapportée pour certification par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article