L’actualité vue par Le Temps du Togo

Des vieilles gloires du basket togolais honorées

Un hommage a été rendu le 15 août à cinq…

Yvonne Chaka Chaka nommée ambassadrice de bonne volonté

Annonce de l’Agence NEPAD. Yvonne Chaka Chaka, chanteuse et humanitaire,…

Tanzanie : Un village entier arrêté pour actes inciviques

Tous les habitants de Ngolo, un village du sud de…

Zambie: les appels via réseaux sociaux bientôt tarifés au quotidien

Les appels via internet tendent à supplanter ceux traditionnels. Des…

Nigeria : Samuel Ogundipe jugé pour refus de dévoiler ses sources

Samuel Ogundipe, journaliste nigérian, arrêté après avoir publié un document…

Angola : Le corps de Savimbi sera re-enterré "dignement"

Le corps de Jonas Savimbi, chef historique de la rébellion…

La Fifa menace de suspendre le Nigeria et le Ghana

La Fifa menace de suspendre les fédérations de football du…

Ebola en RDC : déjà Onze décès confirmés dans l'Est

Un nouveau décès parmi les cas confirmés de la maladie…

Instabilité institutionnelle dans une situation de crise

S’exprimant lors d’un atelier, l'universitaire Kpayé Koffi donnait son opinion…

Reporters sans frontières "débloque" son site internet en Egypte

L'organisation Reporters sans frontières (RSF), annonce avoir décidé de "contourner…

Le COPED en campagne pour renforcer les acquis démocratiques

Le Centre d’Observation et de Promotion de l’Etat de Droit,…

Taxe réseaux sociaux en Ouganda : Facebook gèle son investissement

La société Facebook annonce le gel de son projet d’investissement…

Transport aérien : Air CEMAC définitivement liquidée

Les pays membres de la CEMAC liquident la compagnie aérienne…

 Vers une interconnexion électrique Nigéria-Niger-Bénin-Togo-Burkina

Le Fonds Africain de Développement, FAD se propose de financer…

Le club Sara Sports de Bafilo a un nouveau Président

Monsieur Adam Séïdou Nourou a été élu nouveau président du…

Homosexualité: Les Eglises Presbytériennes Togo et Ghana opposées

Le 23ème Synode conjoint des Eglises évangéliques presbytériennes du Togo…

Mexique: Une centaine de passagers survivent à un crash

Une centaine de passagers d'un vol Aeromexico ont survécu le…

Brazzaville : Le pasteur Ntumi désormais libre de ses mouvements

Les autorités congolaise ont officiellement annoncé la fin des poursuites…

Suspension des avantages commerciaux pour vêtements rwandais

Les États-Unis ont suspendu les avantages commerciaux dont bénéficiaient les…

Exemption de visas entre le Togo et la Centrafrique

Le Togo et la Centrafrique ont signé le 29 juillet…

Droits humains au Soudan : Arrestation d'un éminent défenseur

Un éminent défenseur des droits humains au Soudan du Sud,…

Enquête sur la mort suspecte d'un évêque copte en Egypte

La police égyptienne enquête sur la mort dans des circonstances…

Cameroun : 160 détenus s'évadent pendant l'attaque de leur prison

Au moins 160 détenus se sont évadés dimanche à la…

Le foyer Immaculée Don Bosco encourage la protection des enfants…

Le foyer Immaculée Don Bosco a lancé son initiative d’appuyer…

L’enlèvement des ordures de la commune de Kpalimé renforcé

Un tracteur attelé à une remorque pour le ramassage des…

L’ex garde du corps de Ben Laden en liberté provisoire

L'ex-garde du corps présumé de Ben Laden, Sami Idoudi a…

Une Chinoise meurt mordue par un serpent acheté en ligne

Une jeune Chinoise meurt après avoir été mordue par un…

Moov Togo : 28 milliards FCFA pour les nouvelles licences

Il s’agit d'honorer l'acquisition des licences 2G, 3G et 4G…

Le Zimbabwé va tester un projet de télémédecine

Le Zimbabwe fait l’expérience de la télémédecine. Les zones rurales…

Prison avec sursis contre des activistes nigériens

Verdict de trois mois de prison avec sursis prononcé mardi…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Amnesty International réclame la libération d’un militant de l’opposition détenu à Dapaong

Amenesty International réclame la libération de Kombate Garimbité, un militant de l’opposition détenu à la prison de Dapaong depuis le 4 avril.

 Dans un communiqué rendu publique le 12 avril dernier, Amnesty International a exigé des autorités togolaises la libération « immédiate et sans condition » de Kombate Garimbité, un militant politique de l’Alliance des démocrates et le développement intégral (Addi), un parti d’opposition très implantée dans la Région de la Savane.

L’ONG des droits de l’homme accuse les autorités togolaises de détenir arbitrairement Kombate Garimbité « pour ses opinions ». Amnesty International dénonce également les menaces et intimidations à l’égard des militants de l’opposition, surtout ceux du Parti national panafricain (PNP) dans la Région Centrale.

Selon les informations recueillies par Amnesty, Kombate Garimbité aurait été arrêté à la suite d’une réunion de parents d’élèves du canton de Yembour au cours de laquelle il s’était opposé à un responsable.

Le chef du village de Yembour demandait aux parents d’élèves une cotisation de 1600FCFA chacun pour réparer les dégâts matériels causés par une manifestation d’élèves.

Le militant de l’Addi avait demandé si la mesure du chef venait d’une décision de justice.

« Suite à ces propos, il a été arrêté et accusé de +troubles aggravés à l’ordre public+ pour avoir instigué les manifestations d’élèves », s’indigne Amnesty, précisant que le militant est désormais détenu dans une prison de la région « sans accès à un avocat ».

Les militants de l’opposition sont régulièrement victimes des abus des autorités locales même pour avoir exprimé librement leurs opinions. Selon Kombate Garimbité, les autorités de la gendarmerie de Dapaong l’ont contraint à signer un procès-verbal de plusieurs pages sans l’avoir lu.

« Si Kombate Garimbité est détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression de manière pacifique, il doit être libéré immédiatement et sans condition,» a déclaré François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

Opposition interdite à l’intérieur du pays

Amnesty International dénonce également les exactions commises à l’égard des militants de l’opposition dans la partie septentrionale du Togo.

Amnesty international a documenté plusieurs cas d’intimidation de militants politiques de l’opposition dans le pays, en particulier au Nord. Des militants du Parti national panafricain (PNP, opposition) ont été empêchés de manifester dans les villes de Mango le 12 mars et de Kara le 25 mars. Dans la capitale Lomé, une manifestation organisée par une coordination d’élèves et d’étudiants a été interdite le 9 mars au motif que son itinéraire incluait, selon la mairie de la ville, une zone d’affluence les jours ouvrables.

« La liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique sont des droits et non des privilèges. Les autorités doivent mettre un terme à leur campagne d’intimidations et d’arrestations arbitraires de personnes exerçant ces droits, y compris les militants de l’opposition, » a déclaré François Patuel.

Exception faite de Lomé la capitale, il est quasi impossible pour l’opposition de s’exprimer librement et quotidiennement dans le reste du pays sans rencontrer des répressions ni être victime des exactions des représentants du gouvernement central, des préfets et de petits responsables locaux.

L’opposition est quasi interdite à l’intérieur du pays, notammment dans la partie septentrionale, d’où des jacqueries incessantes et parfois violentes dans ces contrées. Le pouvoir considère le Nord du pays, une zone arriérée, comme une chasse-gardée.

637 Vues totales 1 Vues ce jour
(Visited 69 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter