L’UEMOA envisage de serrer la ceinture

L’UEMOA a décidé de réduire son budget de fonctionnement lors de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat tenue à Abidjan le 10 avril.

Dans un communiqué lénifiant, l’UEMOA a choisi de faire passer la pilule de la rigueur. L’organisation bat quelque peu de l’aile.  Les dirigeants de la zone ont décidé de poursuivre « les efforts  de  rationalisation  à travers une bonne maîtrise des charges  de fonctionnement  des Organes de l’UEMOA »,   malgré « la  bonne  situation  de  la  zone  UEMOA ».

A ce titre, ils ont décidé  de réduire le   taux  du  Prélèvement  Communautaire  de  Solidarité (PCS)  de 1%  à 0,80% à partir du 1er juillet 2017 avec  un  objectif  de 0,50% à partir du 1er janvier 2019. Les politiques sectorielles seront maintenues tout en veillant  à  « la maîtrise des charges dans leur opérationnalisation ». Le nombre des commissaires reste intact tandis que les Représentations seront maintenues « avec  le  souci  de réduction des charges de fonctionnement ».

Le Comité Interparlementaire (CIP) est également touché, ses activités sont limitées « à ses missions statutaires avec une structure allégée compatible avec le principe de la rationalisation ». Le même  objectif de veiller à « une maîtrise des charges » concerne les Organes de contrôle juridictionnel (Cour de Justice et Cour des Comptes). Le financement des organes consultatifs de l’UEMOA est plutôt limité avec l’octroi d’une subvention annuelle plafonnée. Sont concernées la Chambre Consulaire Régionale, le Conseil du Dialogue  Social,  le Conseil  des  Collectivités  Territoriales.

Le nouveau président de la Commission de l’UEMOA est le Nigérien Abdallah BOUREIMA.

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 894 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire