L’actualité vue par Le Temps du Togo

Criminalité : Recrudescence des braquages à Anié

La préfecture de Anié et ses environs connaissent une insécurité…

Le plan secret de Faure Gnassingbé pour surprendre l'opposition

Qu'est-ce qui donc fait courir l'héritier-successeur du Général Eyadema? Depuis…

Tribune de Dany Ayida : Au-delà d’un simple dialogue, négocier…

Nous vous proposons la tribune de Dany K. Ayida, publiée…

Africans Rising: Brève interpellation de quatre activistes pro-démocratie

Brièvement interpellés dans la nuit du 12 au 13 octobre,…

Dany AYIDA: "L'alternance va se réaliser d'ici à 2020 au…

Le Temps vous propose l'interview de Dany Ayida, réalisée par…

Un navire togolais intercepté pour contrebande en Italie

Un navire battant pavillon togolais a été intercepté début novembre…

Justice : Rentrée solennelle 2017-2018 pour le barreau togolais

Le Barreau togolais a effectué, dans la semaine du 13…

Contre cancer du sein : Un site internet dédié par Alafia

Le site internet nocancer.net a été construit et dédié à…

L’Union Européenne s’intéressera aux volontaires nationaux sur ses projets

L’Union européenne et l’agence nationale du volontariat s’accordent sur l’implication…

Danyi abrite un projet d’assainissement pour milieux ruraux

Un projet d’« Appui à l’Assainissement Total piloté par les…

Les Nations Unies nomment un nouveau Directeur pour UNREC

La Haute-Représentante des Nations Unies pour les affaires de désarmement…

Côte d’Ivoire: Action judiciaire contre des opérateurs télécoms

L'Association ivoirienne des consommateurs des services télécoms intente une action…

Construction du tout premier bâtiment pour le CEG Sogou

Le collège d’enseignement général de Sogou (préfecture de Kpendjal) a…

Le footballeur Georges Griffiths tué par des braqueurs à Abidjan

Un joueur ivoirien, Georges Griffiths a été tué par balles…

Cinq présidents ouest africains au chevet de Faure Gnassingbé

Patrice Talon, Christian Kaboré, Nana Akufo-Addo, Alassane Ouattara et Mahamadou…

Eagle/Togo en Croisade contre trafic pointes d’ivoire : un ex marin interpellé

Le nommé Gumédzoé Koffi Mawuli a été interpellé le 02…

Lilian Thuram : L’ex international rejoint les opposants au Franc CFA

Le front anti-FCFA vient de recevoir un soutien, inattendu mais…

Revue à la hausse du budget 2018 de l’Assemblée Nationale

Les députés de l’Assemblée Nationale se sont octroyés environ neuf…

Un ministre tunisien décède lors d'un marathon contre le cancer

Le ministre Tunisien de la Santé est décédé dimanche après…

Remontée du dollar : bonnes et mauvaises nouvelles face au CFA

En un mois le dollar américain a progressé face au…

AFRIQUE Mediapart révèle des preuves d'un montage du procès de…

Alors que le procès de Laurent Gbagbo se poursuit actuellement…

Financement de l’agriculture : Quinze pays africains se concertent

Il est une peine de pouvoir mobiliser des ressources pour…

Burkina : Vers la construction d’un mémorial dédié à Thomas Sankara

Une campagne de collecte de fonds est lancée au Burkina…

"Marche de la colère": des foules, quelques heurts et des…

La deuxième journée de manifestations à l'appel de l'opposition démocratique…

Le jeu trouble de la communauté régionale dans la crise…

Hier, trois organisations régionales (et internationales) ont rendu public un…

A travers le Togo, des centaines de milliers de personnes…

La vague de manifestations contre le régime de Faure Gnassingbé…

La Francophonie dépêche une mission d'évaluation au Togo

Depuis le mois d'Août, le Togo est secoué par une…

Plusieurs jeunes Egyptiens jugés à huis clos pour homosexualité

Dix-sept Egyptiens de 17 à 35 ans, soupçonnés d'être homosexuels,…

Systèmes éducatifs: Les harmoniser avec les exigences du marché travail

Les ministres en charge de systèmes éducatifs de la CEDEAO…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Claude Ameganvi lance une campagne pétitionnaire pour la démission de Faure Gnassingbé

Claude Ameganvi du Parti des Travailleurs, sonne la mobilisation populaire pour le départ de Faure Gnassingbé après 50 ans de pouvoir familial et clanique. 

A l’occasion du cinquantième anniversaire du clan familial au pouvoir le 14 avril prochain, Claude Ameganvi, le leader du Parti des Travailleurs, lance une pétition pour la démission de Faure Gnassingbé.

Piqûre de rappel. Claude Ameganvi, le leader des Partis des Travailleurs, est imbu de leçons d’histoire, et rares sont les hommes politiques togolais qui ont une telle connaissance de l’histoire du Togo.

Pour ceux qui l’ignorent encore, contrairement aux idées reçues, Gnassingbé Eyadema, de son vrai Etienne Eyadema, est arrivé au pouvoir le 14 avril 1967 et non le 13 janvier 1967. Il venait de pousser à la porte le colonel Kléber Dadjo, présumé chef de la junte militaire auteure qui venait de renverser le régime civil de Nicolas Grunitzky, miné par des querelles byzantines.

Il était une fois Etienne Gnassingbe Eyadema

Porté au pouvoir par la France à la suite de l’assassinat du président  Sylvanus Olympio, son beau-frère, Nicolas Grunitzky, manquait de maîtrise dans la gestion du pouvoir aux yeux des services de Jacques Foccart et de Gaule. Pire : sa « faiblesse » permettait le retour en force des ex-CUT restés fidèles au père de l’indépendance du Togo. Le deuxième président  qui vivait sous la hantise d’un coup d’Etat a passé facilement aux militaires.

Problème : le colonel Kléber Dadjo,  le chef de la junte, est un personnage falot vivant sous l’empire du verre. Les Français le remplacèrent alors par le Sergent Etienne Eyadema le 14 avril 1967. C’est plus tard qu’Eyadema portera le patronyme Gnassingbé qui est en réalité celui de son beau-père.

Depuis le 14 avril 1967, Etienne Eyadema Gnassingbé règnera sur le Togo d’une main de fer à travers une dictature militaro-civile d’un parti unique RPT (Rassemblement du peuple togolais) et une répression féroce de l’opposition par une armée tribale et clanique.

Etienne Gnassingbé a réussi à se maintenir pendant 32 ans à la tête du Togo, en dépit de la lutte de l’opposition exprimée par divers complots et  attentats, de la lutte démocratique du peuple à travers le soulèvement populaire le 05 octobre 1990 et la Conférence nationale souveraine. Son règne sanglant aura coûté près de  10.000 morts selon le Parti des Travailleurs. Sans compter le désatre social de son incompétence en économie.

A sa mort le  5 février, un quarteron d’officiers impose son fils Faure Gnassingbé au prix d’un massacre de 400 à 500 personnes (de février à mai) selon le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme et 1000 selon la Ligue Togolaise des droits  de l’homme. Par des tours de passe passe juridique, des élections controversées, la mainmise sur l’appareil judiciaire, l’administration et l’Assemblée nationale, Faure Gnassingbé dirige le pays depuis 12 ans. Il est à son troisième mandat et se prépare à aller à un quatrième.

Le délitement de l’opposition politique, le retournement d’une forte partie de l’élite intellectuelle laissent à Faure Gnassingbé un grand boulevard pour rester ad vitam aeternam au pouvoir.

D’où la réaction de Claude Ameganvi, l’infatigable leader du Parti des Travailleurs. 38 ans pour le père, 12 ans pour le fils, l’addition est très salée pour les Togolais qui n’en peuvent plus de vivre dans un pays économiquement exsangue.

Claude Ameganvi en campagne pétionnaire pour une démission

Pétition. C’est le refus de la prolongation des souffrances sans fin des Togolais qui incite le leader du Parti des Travailleurs à lancer le 14 mars  dernier, en conférence de presse, une campagne pétitionnaire  pour la démission de Faure Gnassingbé le 14 avril prochain.

Claude Ameganvi, le leader du Parti des travailleurs

L’objectif de la pétition est de demander à Faure Gnassingbé de « démissionner de ses fonctions» en tout cas de quitter la présidence à la veille de «la commémoration du 50ème anniversaire du règne du clan familial des Gnassingbe Eyadema au Togo».

Nous estimons que c’est trop pour le Togo, trop pour l’Afrique, car le Togo est le deuxième pays au monde après la Corée du Nord  où règne une dictature aussi longue, déclare Claude Ameganvi.

Aussi, le leader du Parti des Travailleurs a-t-il noté les multiples changements démocratiques chez les voisins et surtout en Afrique de l’Ouest- la Gambie étant le dernier pays à connaitre une alternance démocratique après 22 ans de dictature de Yahya Jammeh. Le Togo reste un îlot de dictature clanique et tribal, et des méthodes de gouvernement suranné.

Certes la démission de Faure Gnassingbé dans un mois n’est pas une partie gagnée d’avance. Et le coordonnateur du Parti des Travailleurs ne se fait aucune illusion sur une telle gageure. Par ailleurs, le président Faure Gnassingbé n’ayant apparemment pas cure d’incarner une gouvernance vintage, affiche un mépris de son peuple. En décembre 2016, lors du sommet France-Afrique à Bamako, il a déclaré qu’il ne voit « pas de  rapport »  entre le départ volontaire du président François Hollande après  un mandat de cinq ans, et les 50 ans de règne de la dictature surannée des Gnassingbe au Togo.

Echec en perspective ?

Loin d’être un naïf, Claude Ameganvi, un militant trotskiste qui fut un casse-tête pour Eyadema pendant la conférence nationale en 1991, a le sens de la symbolique. Le lancement de cette pétition constitue tout un symbole dans un contexte socio-politique marqué par des grèves à répétition dans l’enseignement public, le ras-le-bol des élèves qui manifestent intempestivement dans la rue, les jacqueries dans les zones rurales,  une opposition certes démoralisée mais renvoyée dans ses derniers rentranchements, le dos au mur, inquiète des coups d’état électoraux en gestation lors des prochaines élections locales et législatives.

Le contexte sous-régionnal et international pourrait favoriser aussi une pression populaire. Le gouvernement togolais voulant redorer son blason, entend faire de Lomé une plaque tournante des conférences internationales. Un remake d’un passé des années 1980-1990 pendant lesquelles à des coûts exorbitants pour le budget de l’Etat, Eyadema organisait des sommets de la CEDEAO, ACP-UE, etc… Sauf que les tenants de cette diplomatie risque d’être déçus. On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve, écrivait Héraclite. Ça vaut aussi en politique. Il faut savoir vivre avec son époque.

Rappelons néanmoins qu’il ne s’agit pas de la première pétition de Claude Ameganvi pour une démission de Faure Gnassingbé. En 2012, il avait également conçu un tel projet, qui fit chou blanc. Saboté par ses ex-alliés de l’ANC, confie-t-il. A l’époque, le leader du Parti des Travailleurs a accusé l’ANC alors très en verve dans les manifs de la plage, d’être obnubilé par les législatives de 2013.

Claude Ameganvi a également lancé une autre campagne pétitionnaire pour exiger de Manuel Valls le remboursement des 5 milliards CFA au « peuple togolais ». Une générosité du pouvoir togolais, à en croire le coordonnateur du Parti des Travailleurs.

782 Vues totales 1 Vues ce jour

Laisser un commentaire

Newsletter